Notre monde est détruit.
WWIII, l'ultime guerre, l'a anéanti il y a déjà deux ans.
Obligé de se cacher la première année, aucun survivant ne sait vraiment ce qui s’est produit.
Aujourd'hui, la terre n'est qu'un enfer perpétuel, où chacun tente de tenir un jour de plus.
Au cœur de cette horreur se trouve MadTown, seul vestige de notre civilisation passée.
Dans cette ville, la vie continue son cours, ignorant les affres de cette fin des temps.
Depuis sa découverte, les survivants se pressent aux parois du dôme.
Ceux qui refusent la surveillance permanente s'entassent aux alentours, quand ils ne rejoignent pas les rangs des dissidents.

Combien de temps encore, les immortels tiendront-ils la ville ?
Les nouveautés
► 14/11/2018 : Anna rentre dans le staff, elle se chargera des partenariat. Un grand merci à elle !
► 23/06/2018 : Venez semer la Discord !
► 22/06/2018 : Nouvel event contextuel Freedom
► 10/06/2018 : Bienvenue en Mars 2017 !
(...)
► avril 2014 : Ouverture du forum
Important
Forum R18: contenu mature et violent. Les relations homosexuelles sont les bienvenues. Minimum : 300 mots, 1 RP/mois
Crédit
Le contexte vient du fondateur. Le thème est un généreux don de Myrddin d'Epicode/John d'Insomnia. Quelques codes viennent de Cccrush.
Le staff
Fondateur: Kumio
Dispo • MP •
Modérateur: Abel
Semi-absent • MP •
Partenariat: Anna
Dispo • MP •
Votez pour

Kumio Hakkyou

 :: Prélude :: Inventaire :: Fiche :: Ouverte Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 23 Juin 2018, 22:29

Kumio Hakkyou
XRCS - 934 89
Métier : informateur
Situation raciale : Cobaye / anomalie
Classe Social : Nanoïd
Situation conjugale : Refus de toute relation amoureuse

▬ ft.Kaito de vocaloid

Âge : Entre 20 et 30 ans
Sexe : Masculin
Kumio possède un sang universelle très rare, il s'agit du sang Rhnull.
A quoi ressemble ce sombre être ? Difficile à dire.. Il change de tout au tout au grès de ses envies. Vêtements, coupe de cheveux, couleur.. C'est un jeu pour lui. Certaine de ses tenues sont relativement calme, d'autre par contre n'ont rien de discret. Parmi la foule, il n'est pas aisé de repérer sa silhouette longiligne d'un mètre quatre-vingt. Soit, il est différent, étant métisse de naissance, ses yeux sont plus effilés que la normal, mais quel bien maigre moyen de le reconnaître.


De fines touches bleutées recouvrent ses ongles, encadrant avec minutie la forme des orteils à l'alignement irréprochables. Délicat, aucune dureté particulière, même sur sa plante ou sur son talon, ne ternie ses pieds. Remontant le long de sa jambe, le constat est sans appel : il n'a rien d'un tas d'os. Sa musculature est visible, développé sans excès, en finesse pour une sculpture distinguée et inoubliable. Suivant le long de ses fines courbes, l'arrivée se fait au niveau du renforcement : le fessier. Ferme et rebondit, le jeu du "chat et de la souris" a développé avec gourmandise ces muscles particuliers. Et ce n'est pas sa taille étroite qui gâcherait cet effet, bien au contraire. Continuant sur ce dangereux chemin, la pente qu'offre la chute de ses reins fait office de sentier des plus agréables, laissant place a bien des pensées dédiées au stupre et à l'indécence. Qui sait ce dont il est capable avec si bel outil ~

Remontant lascivement le long de la colonne vertébrale, sa peau irréelle aux reflets argentés est d'une irrésistible tentation. Tellement délicate et si douce... Cette pâleur lunaire est un appel à la damnation, qui ne voudrait pas la parer de couleurs passionnées, la faire sienne en y apposant son sceau, sa marque ? Rapprochez vous et regarder attentivement cette précieuse toile. En vous concentrant, en l'effleurant avec délicatesse et attention, vous pourrez la sentir frissonner sous vos doigts. Ces souvenirs de ce qu'à était sa vie.. Fouet, brûlure, morsure, griffe, cassure et autres joyeusetés laissées par ceux qui sont déjà passés sur ses rives, comme de silencieux nom presque effacés par les âges..


Se perdant et errant le long des relief courbés suggérés par les omoplates, après maintes détours dus aux sinueux sentiers qui serpentent le long de cette route de débauche, on finit par arriver au torse. Trop long pour être large, cette vue délicieuse est parfaitement encadrée par de solides épaules. Parsemés de doux pavés, voici les marches de la tentation qui mènent à la décadence et la dépravation en une invitation aussi silencieuse qu'irrésistible, ses bras façonnés avec soin par tous ces jeux se tendent, ouvrant ses mains pour mieux vous entraîner dans les profondeurs de ce qui sera votre enfer personnel. Long et délicat doigts, aux impeccables ongles bleutés, dont la simple vue suffit à s'imaginer maintes choses. Qui sait quel tour pourraient bien vous jouer ses doigts de fée, pour votre plus grand plaisir...Ou pour votre pire cauchemar..

Remontant en quête d'une délivrance, la finesse de sa nuque est une ode au pécher de chaire et de sang. Accablé par les impulsions, s'approchant sans méfiance, la fragrance qui s'en échappe est d'un arôme tout particulier. Nul parfum ne vient le teindre, à quoi bon gâcher si subtile nuance ? Arôme emplis de fraîcheur, mêlant le sanglant, la mort et un vicieux espoir, entêtant jusqu'à l'obsession.. Musqué sans toutefois être sauvage, provoquant les sens comme pour mettre au défi.. Impossible de clairement le définir, à la fois si discret et pourtant surprenant, trop étrange et insaisissable pour ne pas en être dérangeant, pour ne pas ressentir cette pointe de méfiance s'insinuer.

Brillant d'une multitude d'éclat bleutés, tombant en une courte cascade, voici ce qui frappera par la couleur atypique : sa chevelure. Emporté au grès du vent sans rien masqué de l'éclat de son regard, offrant oreille et nuque en toute imprudence aux regards et aux gestes déplacés, il ne s'agit là qu'un appât destiné à accaparer l'attention, à révéler de nouvelles tentations, de nouveaux pièges..

Au cœur de cet anguleux masque que représentent son visage, son nez sera éclipsé entre les deux principales attractions sur lesquelles reposent tous ses stratagèmes. Discrètes pétales rosé, n'attirant pas de suite l'attention, une fois mis en mouvement, l'envie de clore ses tendres lèvres d'une ardente morsure deviendra rapidement votre unique priorité. Étiré en un éternel sourire aux teinte particulières, l'ivoire immaculé de ses dents donne l'étrange illusion d'être.. aiguisé... Oserez vous tendre le cou pour vérifier vos soupçons ?
D'un timbre aussi suave que mélodieux, maintes paroles aux nuances plus déroutantes et suspectes les une que les autres auront tôt faite de vous transpercer le tréfonds de l'âme.

Nous voici arrivé à l'élément principal : le miroir de l'âme, délicatement entouré de fins sourcilles. Scrutez ce regard d'un bleu abyssal à l'obscure profondeur, cette crypte qui renferme tous les secret de son être, mais prenez garde à ne pas vous noyer dans ses eaux tumultueuses. Vouloir les déchiffrer, les explorer est une quête vouée à l'échec, tout s'y mélange sans cesse à tel point que vous vous y perdriez avant même de vous rendre compte de votre erreur. L'amusement renvoi à la détresse qui se part de frustration pour sombrer dans l'envie avant de se rehausser d'appréhension. Puis voici l'enthousiasme qui vient prendre place, rapidement étouffé par le dédain, transpirant de souffrance jusqu'à se muer en plaisir. Vient alors la contrariété, couplé à l'attention, faisant naître le dégout, puis l'ennui et c'est au tour de l'exaltation de supplanter l'irritation, chasser au loin par le mépris qui se destitue en un désespoir dans une cascade de gaité. Finalement, le ressentiment chasse la solitude pour répandre le fatalisme qu'achève la mélancolie ... A peine croit on en cerner l'une d'entre elle, qu'elle se fond en son opposé puis évolue en son contraire, laissant pantelant toute tentative de capture. Au cœur de ce véritable océan, les plus visibles sont bien évidemment celles qui le corrompent au court des événements, mais une lueur particulière rôde dans ses eaux mystérieuses. A jamais présente, parfois discrète, parfois débordante de toute parts, maligne, se dissimulant pour mieux guetter le moment propice à son triomphe...

Ce flux d'émotions perverti d'aspects malsains fait naître un malaise certain lorsqu'on le croise. A l'image d'un prédateur, plus on l'aperçoit, plus la sensation de danger ce fait persistante sans qu'on ne parvienne à sortir de cette torpeur, de cette engourdissement dû à l'hypnotisante tempête qu'est son regard. Finalement, un nom se forme sur ce tourillon nuisible : démence.. La folie, voilà le bijou que porte ses yeux, la pierre précieuse qui fait resplendir ce corps dénudé de vie. Une fois aperçu, elle éclipse toute autre chose de son regard et alors on le voit sous son véritable aspect. Ce sourire si étrange n'est que le reflet de cette folie... Son être tout entier irradie d'une beauté macabre teintée de bien des choses.. Comme si en succombant à la perte de raison, il avait découvert une nouvelle lueur. Et c'est justement cela qui emprisonne ses victimes et les poussent dans ses toiles..

NEW : Une cicatrice part son avant-bras gauche, inscrivant un nom. Plutôt visible, car récente, c'est un sujet délicat qu'il vaut mieux s'abstenir d'évoquer : Ses réactions sont particulièrement imprévisibles.

Communément, pour dérouter et énervé son entourage, il a prit goût à se vêtir d'un kimono, tenue de ses aïeux et de jouer avec toute une série de tic particuliers. Objet de contraste laissant apercevoir atouts et jardin secret sans réellement les révéler au grand jour, il s'agit d'une mise en garde silencieuse contre lui-même. En général, il est d'une nature enjoué, sautillant de-ci, de là en sifflotant joyeusement, dégageant une aura aussi trompeuse que dangereuse, telle un poison invitant aux pires méfaits.


Orientation : Croyez-moi, vous ne voulez pas le savoir.

Phobie : être aimé.

Ambitions : Engendrer le chaos.

Capacités et Effets secondaires:
détail
Seul survivant des projets Syren et Réol, ses capacités sont remarquables... Et ses effets secondaires dévastateurs.

Syren :
On peut le comparé à un super ordinateur, ou une IA. Il est en permanence lié au réseau, sur lequel il a un contrôle total. Et le réseau est en permanence relié à lui. Comme l'a prouvé le jour où son corps est arrivé à sa limite: le dôme s'est ouvert, la ville à subit une sorte d'IEM... Quelle réseau ? Le réseau technologique : internet, la téléphonie, les ordinateurs, ect.. Ses capacités se sont développées au point d'envahir ce qui reste du monde.

La conséquence direct de cela, c'est sa folie, unique et invivable, qui a ravagé sa personnalité. Elle le pousse dans des sentiers de plus en plus dangereux et tôt ou tard, le conduira à sa perte.

Ce projet vouait à l'échec lui a donner une capacité néfaste ; son corps créé du métal comme une énième couche de peaux dégénérer. S'il le laisse, ses organes, ses muscles et ses chaires s’abîme et se détériore, pouvant causer sa mort. Véritable inconvénient, son corps pourrait ne plus se mouvoir au point de l'enfermer dans ce dangereux carcan. S'il l'enlève.. Et bien, cela revient à s'arrache la chaire, les os, ce métal étant une partie de son corps.

Raël :
L’adaptabilité de son corps.
Quant il a eu besoin d’électricité, il lui en a fournit pour alimenter ses machines. Quand il a été en contact avec la radioactivité, il a sût l'emmagasiner pour y résister. La même chose s'est produite lorsqu'il a subit des virus, des manipulations génétiques, des drogues et autres joyeuseté : il les subit, étape par étapes, puis s'adapte pour revenir à son état naturel.

Par contre, sa vie était condamné à se finir avant ses 25 ans. Ses nerfs ont lâcher, puis la dégénérations de ses organes l'ont conduit à une mort épouvantable. Bénéficiant de justesse du projet génésis, il y survécut, mais à quel prix ? Le 24 de chaque mois, sont corps se dégénère jusqu'à le tuer. Le 25, il se régénère et ainsi revit ce supplice.


Phobie :
Sa vie passée comme objet de haine et de mépris, comme anomalie, lui a laisser de lourdes séquelles sur le plan relationnel. Il a une phobie de l'amour : il refuse qu'on puisse l'aimer, il insupporte la douceur, les preuve de tendresse.. Ses réactions sont éloquentes et dangereuses. Cela a évoluer au point qu'il n'accepte que des liens haineux et destructif. Dès que cela évolue et devient positif, il y met fin, d'une manière ou d'une autre.

Biens :
☢️ Une flopée de canifs à lame rétractable.
☢️ Un téléphone portable assez récent.

♥️ Une étrange sphère de métal, contenant un œil humain.
♥️ Une vielle pièce d'un dollars.
♥️ Un morceau de soie taché de sang.
♥️ Un morceau de peluche imitant grossièrement une plume de couleur marrons.
♥️ Une enveloppe vierge.
" Character is how you treat those who can do nothing for you

Nous voici aux portes du labyrinthe, surtout ne vous égarez pas, vous risqueriez de ne jamais en revenir sinon. Ici, rien n'est simple ni évidant. Tout a été construit sans dessus-dessous, les escaliers serpentent, ravagés à moitié, donnant sur des salles pendant au plafond. Ici, tout se construit et se détruit à toute allure.. Pourtant, certaine zone ont clairement été ravagé, de la fumée en sort encore, mais dans ce lieu voué aux chaos, c'est de l'essence que l'on répand sur le feu, laissant le plus de dégâts possible être causé jusqu'à ce qu'il ne reste ni ruine ni rien d'autre, juste un trou béant ... Avant que ce trou ne soit lui-même reconstruit dans n'importe quel sens. Comme si les notices n'existaient plus...


Commençant par la zone la moins dangereuse, comme vous pouvez le remarquer, chaque pièce colorée tente de prendre le plus de place possible, ainsi elles se mêlent entre elles et forment divers amas aussi variés que changeants. Voici pourquoi son humeur, son attitude, son comportement et même ses goûts varient tout le temps. Une véritable girouette.. Pourtant, ce n'est pas si anarchique qu'on voudrait le croire, quand pour son travail ou pour ses jeux il a besoin d'arranger les choses, les pièces forment rapidement l'arc en ciel voulu. Ainsi il passe du rire aux larmes, de la sympathie feinte à la cruauté gratuite et sans qu'il n'y ai de véritables raisons à tout cela. Bien sûr, en cherchant bien, on trouvera des raisons, un mot qui l'a titillé, un double sens, un quiproquos.. Ce genre de choses, mais des raisons, il y en aura toujours. D'ailleurs, il sait quand il s'en donne la peine, justifier tout ceci.

Voilà pourquoi rien n'est simple, également voici pourquoi il arrive si facilement à être ce qu'il veut. Pourtant, lorsqu'il ne se concentre pas, c'est-à-dire les trois quarts du temps, il subit ses changements sans les contrôler. En sachant s'y prendre, le manipuler n'a rien compliqué, mais encore faut-il savoir comment le déchiffrer... Jusqu'à présent, nul n'y a réussi.

Passons à quelque secteur particulier, à droite vous pourrez observer une salle qui a tous d'une chambre de torture. C'est avec faciliter que vous y retrouverez son côté masochiste, son addiction à la souffrance, qu'elle quelle soit, rangée à côté de son sadisme. Se traumatiser est à ses yeux un jeu délectable, presque aussi jouissif que s'amuser à se détruire. Faire de même aux autres est une part un tantinet moins importante de ces centres d'intérêt. Sans doute avez-vous constaté que toutes les pièces ressemblent à s'y m'éprendre à des jeux ? Cartes, dames, échec, chevaux.. C'est là sa vision du monde, tous n'est qu'un jeu.. Quand ce n'est pas une déchèterie. Autant dire, la vie n'a aucune valeur à ses yeux, pas plus que la mort en fait.

Ainsi, vous aurez beau chercher, vous ne trouverez rien d'autre que des objets ici, représentatifs des gens qui l'entourent. Cauchemars, saigneurs, humains... Il les voit tous sous le même angle, leur donnant autant d'importance qu'il s'en donne à lui-même : inutile, déchet, futur victime. Rien d'étonnant à ce qu'il n'ai nulle attache et que rien n'ai d'influence sur lui. Son désastreux passé ? Et bien, regardez le puits sans fond que vous avez à votre gauche. Tous ses souvenirs sont jetés ici, après que toutes informations en aient été extraites et rangées bien entendu.

Cette zone confortable qui respire le bien-être vous surprend ? C'est vrai qu'elle a l'ait très paisible, néanmoins je vous déconseille de tomber dans ce piège alléchant. Ici est l'endroit qui regroupe sa prétendu bonté et douceur, chose qui ne sont que fourberie. Les larmes, les sourires mielleux, les paroles encourageantes.. Ce sont les armes qui sont rangées dans ce lieu. De la même manière, la douceur n'a presque aucune influence sur lui, sauf celui de le dégouter, de lui donner envie de vomir lorsqu'il n'est pas sur ses gardes. Pour savoir ce qui lui plait, il faut revenir au premier secteur, celui qui est le plus vaste. Ranger dans divers placards accrochés aux murs, dégoulinant d'un liquide sombre, vous trouverez les insultes, la haine, la rancœur.. Les seules émotions qu'il aime faire ressentir.

Les photographies qui recouvrent certain mur sont ces trophées, elles représentent les émotions qu'il a réussi à capturer lors de certain de ses défis. Les diverses bibliothèques qui peuplent cet endroit sont intrigantes, elles regroupent la somme des connaissances qu'il a acquit au cours de sa vie. Ouvrez-les et vous verrez qu'ils traitent de sujets variés. Les arts ont une place majeure, on les retrouve à maintes occasions. Sculpture, théâtre, peinture, dessin, cuisine, musique et bien d'autre. On peut aussi voir des choses surprenantes, comme la ventriloquie, qu'il a détourné en une manie de faire parler les objets. Des recueilles de chimie et des tours de passe-passe, des encyclopédies de poisons.. Et bien d'autres encore.. L'espèce de brume qui nous entoure montre que tous ses talents, aussi nombreux que variés, sont bien cachés en lui. Se faire valoir n'est pas son but, à l'inverse, il aime donner l'image d'un idiot, bien que le plus souvent c'est celle d'un fou dangereux qui ressort ...

Nous voilà arrivé à la mémoire, cet ensemble de cages et de prisons qui regroupent toutes les informations qu'il a recueilli sur les gens, avec des moyens que vous souhaitez ne jamais connaître. La brume et le jeu des miroirs ont toujours la même signification, cet homme aime faire croire qu'il ne sait rien, poussant le vice jusqu'à faire mine de ne pas reconnaitre ce qu'il a en face de lui, c'est dire.. Là encore, ce ne sont que des fables, comme vous pouvez le constater, la mémoire et la partie la mieux entretenue et la plus performante.

Le mensonge et la vérité sont la mousse et le lichen visibles un peu partout. Les deux se mêlent intimement, car ces thèmes sont bien trop volage pour pouvoir se définir. Ce qui est lichen devient mousse puis redevient lichen.. Lui-même n'est jamais sur de ce qu'il dit. Enfin, quand cela le concerne, évidemment. Pour le reste, ce n'est gère plus distinguable tans il ment comme il respire. La visite de cet étage se termine ici, pour résumer il est très volage et libre d'esprit et à première vue, bien qu'il sait être très utile, il est également aussi difficile que risqué de lui faire confiance.

A pressant, nous allons rentrer dans les profondeurs de son être, dans ce crépuscule baigné de cette étrange lumière bleutée. Bleu, cette couleur dont peu savent qu'elle a été donné à la folie et au désespoir..
Un drôle de bruit, persistant et continue, voilà la première chose gênante qui apparait. Ceci est le flot de sa voix, insupportable, blessante, vicieuse, dérangeante.. L'écoute, surtout en continue et hautement déconseillé sous peine de conséquences peu sympathique, telle que des blessures, des colères noires, voir même un désespoir telle qu'il peut vous pousser au suicide. L'autre son qui brouille un peu tout, c'est son rire. Il diffère selon les occasions, se teintant de ses sentiments.. Pourtant, il est rarissime d'y sentir un amusement sincère et pur, ce son n'étant qu'éteins, malsain et vicieux, voir moqueur.

Ici, tremblements de terres, destructions massives et explosions vous attendent. Si vous en sortez indemne, c'est que vous êtes excessivement chanceux. Cette chose qui éclaire tout en offrant une vision pervertie est la folie, baignant l'intégralité de son âme plus ou moins discrètement. De cet iceberg, seul la partie immergée vous est visible, l'autre... L'autre, souhaitez ne jamais la rencontrer, jamais.

Les miroir déformant et les cadre vides sont là pour donner une vision de son monde, car les hallucinations sont son quotidien. Visuelles, sensorielles, auditives... Tous ses sens sont les jouets de ce dérèglement. Il a appris à vivre avec, à savoir ce qui est réel et non.. Bien que nul n'est à l'abri d'éventuelles erreurs. Parfois, sans qu'il n'y ai de raisons particulières, ce côté-là prend le contrôle de tout, l'enfonçant dans une marrée noire d'affres étranges et indescriptibles. Lorsqu'il oublie le réel pour s'abandonner à son monde cauchemardesque, ses réactions sont imprévisibles, qui sait pourquoi il prendrait ce qui lui serait donné de voir.. Et comment il risquerait de vouloir interférer avec.

Toutes ces halées sombres se regroupent dans un endroit très étrange. Tous se mouvant trop rapidement pour que la vision puisse saisir quoi que ce soit.. Le cœur du chaos, la folie à l'état brute, qui jaillit de toute part dans un état aussi critique qu'instable. Ses yeux s'écarquillent, son rire se fait entendre, annonçant le glas et la déchéance tandis que son aura devient clairement malsaine, faisait naître la peur dans les yeux des pauvres victimes qui viendraient à le croiser. Dès lors, il prendra plaisir à arracher membre par membre, peau par peau jusqu'à se repaitre de toutes cette souffrance. .. Ces petites crises sont courantes, il s'agit là de soupape de sécurité pour évacuer le trop plein de ce qui l'habite.. Hélas, sa folie c'est teinté d'une envie sanglante. Dès qu'il se retrouve en présence d'une trop grande quantité de sang, ou en carence importante, il perd toute conscience, confondant ami et ennemis et massacre tout ce qu'il se trouve sur son chemin jusqu'à épuisement complet de son énergie.

La visite est terminée, vous savez à présent ce que vous risquez à fréquenter ce sombre personnage. Au mieux, il fera seulement de votre journée un enfer.. Alors ne perdez pas votre temps avec lui, il est tombé trop bas pour qu'on puisse lui être d'une quelconque aide. En tant qu'informateur chevronné, il dispose d'un réseau de connaissance et des dossier remplis des secret de certaines personnes qui lui assure de pouvoir dormir sur ses deux oreilles en toute quiétude..

Murphy
avatar
PCLK : Non
Date d'inscription : 06/01/2014
http://deadend.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juin 2018, 22:50


Histoire
22 juillet 1979 |||Nouvelle acte
Proffesseur Nicolaï Vazilov – Oussinsk, secteur génomique

River nous a trahis en passant du côté de ses capitalistes d'Américains, en abandonnant notre mère patrie. Mais nous ne resterons pas inerte. Dès ce jour et avec l'aide de mes très estimés patriotes, nous formons la suite de River, Elohim. Que le progrès contribue à la nation, que rien ne freine notre progrès. Nous gagnerons cette guerre, nous sommes l'avenir. Là où eux se sont concentré sur Chimera, nous nous concentrerons sur Raël. Leurs armes serviront à les abattre, que River se mette à trembler.

1990 07 octobre |||Fin d'une air
Professeur Nicolaï Vazilov – Oussinsk, secteur génomique

Onze année de recherches acharnées, des sommes folles engloutis dans ce projet, tout cela pour quoi ? River ne nous a laissé aucune chance, il a détruit l'installation le jour même où le projet allait aboutir. Les insensés, alors que le monde n'en est qu'au préliminaire, nous nous avons relevé le défis de Renato Dulbecco. Pourquoi craindre l'avenir ? Eux, les capitalistes, devraient les premiers être séduits de ce que nous leur offrons. L'être humain de synthèse, une réserve de main d’œuvre aux possibilités infinies. Des objets à l'apparence humaine, aux capacités presque humaine, mais créé par de simples procédés de fabrication, entièrement programmable. Des objets sans conscience ni émotion. L’armée de demain, l'ouvrier de demain, le cobaye de demain.. Remplacer l'homme, le mettre au dessus de ses taches ingrates et le remplacer par cette chose produite en milliard d'exemplaires. S'ils auraient collaboré, avec VYII , nous aurions même put en contrôler l’évolution. Nous aurions pu créer l'avenir, ce projet aurait été un nouvel Upir. Seulement, River a prit peur, il a parlé d'étique, d'opinion publique, refusant cette extrémité. De quel droit pouvait-il dire cela, lui qui utilise sans vergogne des enfants pour ses expériences, alors que nous lui proposions une chaire fraîche, docile, qui permettrait d'éviter tout massacre sur les humains et les animaux.
Hélas, les milliers de fœtus ne pourront jamais aboutir, River a suspendu l'opération et a détruit l'ensemble des locaux, faisant de nos laboratoires les cimetières prénatals de notre projet à jamais avorté. Quant à moi, il ne me reste qu'à fuir au travers la toundra avec ce sentiment d'inachèvement qui me ronge. River, un jour vous réaliserez ce que vous avez perdu.

11 Mai 1995 ||| Un nouvel éclat
Professeur Nicolaï Vazilov – complexe nucléaire Maïak

De retour sur les lieux qui auraient dû être l'apothéose de ce nouveau siècle à venir, mes pas m'ont conduit dans ce qui fut mon laboratoire. Désireux de retrouver quelques pages de ce projet, des miettes qu'aurait laissé le passage de River, j 'ai retourné de fond en comble ce qui m'entourait. Ce fut alors que je découvris un étrange phénomène. De la lumière s'échappait d'une des machines. L'une des couveuse demeuraient depuis tous ce temps opérationnelle et avait lancé la procédure de développement de l'embryon synthétique au delà de toute espérance. Depuis cinq ans elle fonctionnait et depuis ce que j’évoluais à une année, le fœtus avait atteint son but. Son développement n'avait cessé, aussi devant mes yeux se tenait cette chose daté déjà d'une année, qui demeurait contre toute logique toujours opérationnelle. Ses yeux clignaient, sa poitrine se soulevait et il agitait ses membres, amas de chaire dénuée d'âme. Cette chose été naît au cœur de ce liquide bleuté, dans ce laboratoire délabré et attendait depuis, dans le silence à peine entrecoupé des grésillements de cette machine qui le gardait en vie. Lorsque du grand nettoyage, River a coupé le courant, s'assurant qu'aucun noyau n'aboutirait. Ors, celui là tirait son énergie de cette chose qui se développait entre ses parois de verres. Oui, cet humain synthétique produisait de l'énergie, mais pas n'importe laquelle. Il ne s'agissait pas d'électricité, mais de radioactivité.

02 septembre 1995 ||| Prise en charge
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

River a bien entendu envahit la Russie, m'offrant un nouveau poste à savoir la surveillance de ce petit rebut. Le confinement a rendu ses membres moues et malhabiles, de plus bien que l'éclat phosphorescent de sa peau ai cessé, l'aspect bleuté de ses poiles perdure, dénotant sa véritable nature. Un code barre a été inséré sur le haut de sa nuque, à la basse de sa chevelure. Ainsi toutes les informations le concernant seront aisément disponibles.
Mac Culloch, un homme étrange, prétendant appartenir à BioHazard,un partenaire de River, est venu voir le phénomène. Après qu'on ai posé son code barre, il s'est permis de lui offrir une peluche, une espèce de canidé à poiles blancs nommé Lethal. Ce faisant , il est parvenu à lui sous-tirer quelque parole et un sourire. Ce rebut sait donc aisément imiter ce qu'il voit, bien que cela reste de l'imitation. Il n'assimile pas.

23 décembre 1995 ||| Attribution
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

XRCS - 934 89 a été intégré à l'orphelina, dans la section de recherche. A temps partiel, River tient à voir comment il se comportera dans une vie dit normal. Aussi, l'un des chercheurs a été contraint de l'adopter, en remboursement, une maison a été mit à sa disponibilité. Bien qu'étant un rebuts, le fait de connaître son code génétique et toutes les données le concernant fait de lui un très bon cobaye pour les recherches. De plus, il n'est qu'un objet, cela ôte de ce fait toute question d'étique ou de conscience.

01 janvier 1996||| Observation
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Les comptes rendus de son évolution se feront par trimestre.
Ce mois-ci, les recherches ont portées sur la radioactivité et leur polluant. L'eau qu'il boit et les aliments que nous mettons généreusement à sa disposition sont tous radiés, comme l'est l'air de cette ville, centre du domaine chimique et de ses déchets. Déjà, les résultat semble probant. Cette peau reste blême, sûrement à cause de ses trois années enfermées à l’abri du soleil. Elle n'est prise d'aucune démangeaison, d'aucun bouton. De même, aucune quinte de toux ne le prend, il semble s'épanouir dans cette ville. Un déchet dans une ville saturée de pollution et de rebuts, là est bien sa place.

01 avril 1996||| Observation II
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Ses contactes avec les êtres vivants, les enfants de sa classe comme les orphelins du laboratoire, sont particuliers. N'ayant pas le cerveau développé, il a un retard considérable sur eux. C'est à peine s'il parvient à se lever et à exécuter les gestes nécessaires à sa survie. De plus, n'ayant aucune intelligence, il est incapable de s'exprimer. Sûrement d'ailleurs n'a-t-il rien à exprimer. Sa nature d'objet se sent, il est donc normal que nul ne sache l’accepter.
Dans sa classe, ses camardes ont bien tenté d'obtenir des réactions.. néanmoins il semble ne réagir que lorsqu'on tente de lui retirer cette peluche, s'y agrippant de toutes ses forces sans même éviter les coups qui pleuvent sur lui. Décidément, cette peluche est une mauvaise idée, offrir un objet à un autre objet..

01 juillet 1996||| Observation III
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

La peluche est l'objet de nombreuses convoitises, les orphelins ont tenté à de nombreuses occasions de la lui voler, sans toutefois y parvenir. C'est la seule chose à laquelle il n’obéit pas. Qu'on lui dise de boire n’importe quoi, de rester allongé quand on le pousse ou même de mettre sa main dans le feux, il le fait sans histoire. Mais qu'on lui ordonne de donner cette peluche et là il fait la sourde oreille. On pourrait croire à une certain résistance, mais je pense qu'il s'agit simplement d'un accident né avec cette peluche. L'homme qui lui a donné lui a ordonné d'en prendre soin, aussi depuis se contente-t-il d'y obéir. Il n' a aucune hiérarchie dans les ordres qu'il reçoit, il est incapable de les classé et sûrement n'a-t-il aucune attache particulière envers l'objet. La preuve, plus d'une fois, en tirant dessus, les membres de la peluches ont été arrachés. Le rebuts s'est débrouillé pour le réparer en imitant ce qu'il voyait. Il y a eu la colle, les agrafes puis les nœuds avant que son cerveau sous développé ne réalise qu'il faille avoir recourt à la couture.

01 octobre 1996||| Résistance
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Maintenant qu'il a été prouvé que cette chose synthétique est très résistante aux radiations, on a put passer aux véritables expérimentations. Il fallait déterminer si son corps était aussi résistant que celui de toute autre personne. Au moyen de divers objets. Même si face à ses camarades, il ne pleurait ni ne criait, face à ce traitement, il s'est montré semblable à n'importe qui. Je dirais même qu'il doit être plus fragile que la normal, ses os se sont brisés très facilement et les hématomes sur sa peau sont apparut au moindre contacte. Néanmoins, la différence consiste dans le temps qu'il prit à se relever. En dépits de son état, il fut incapable de se protéger, ni de tenter de nous en empêcher. Il s'est laissé faire, continuant à bouger, sans réaliser que cela nuisait à son bon fonctionnement.

01 janvier 1997 ||| Résistance II
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Après la douleur physique, ce fut le tour de sa résistance à éprouver le manque. La faim dans un premier temps, au bout de combien de temps ne pourrait-il plus y résister ? Au bout de quelques jours, il était mourant. Ceci dit, il ne réagit pas sainement. En copie imparfaite, il englouti tout ce qui traîna autour de lui. Déchets impropres à la consommation, saletés trouvées au sol.. Ensuite, nous testâmes le temps qu'il pouvait rester sans boire: les résultats furent semblable. Puis vint le temps qu'il pourrait rester sans respirer, sans dormir... Résultat comme toujours avec ça, peu concluant. Il n'était qu'une pâle copie, bien inférieur à n'importe quel autre véritable être humain.

01 avril 1997 ||| Avenir
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Notre laboratoire est à court d'argent, River semble peu à peu disparaître et nous laisser derrière lui. Tans pis, nous nous débrouillerons sans eux. Afin de pouvoir poursuivre nos recherches, nous n'avons pas d'autres choix de que vendre les orphelins. Leur cheveux mais surtout leur corps, certains laboratoires, centre médical et même des scientifiques payent pour pouvoir tester leur médicaments sur ces petits. Puis, nous avons eu d'autre offres plus étranges, louer le corps de ses indésirables à d'autre fins que scientifiques. Nous n'avions pas d'autre choix, pour subvenir à nos besoins, que d’accepter. A cet âge là, ils ne s'en souviendront jamais et de toute manière, je doute qu'ils survivent bien longtemps. Au moins, avec cet argent ils pourront avoir un peu plus régulièrement à manger.

01 juillet 1997 ||| Déviation
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

J'ai de profond doute sur leurs travaux avec le synthétisé. Il ont beau dire ce qu'ils veulent, je vois bien qu'il s'agit surtout d'en faire des vidéos qu'ils vendent ensuite. La perversion est sans borne, comment peuvent-ils avoir ce genre de pensées envers une telle chose ? Et puis, je n'aimes pas ce qui relate à Chimera. Il est prévu pour Raël, pas pour cet échec cuisant. Qu'il s'amuse avec des cadavres plutôt qu'avec des chiens.

01 octobre 1997 ||| Schtroumph
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Des étrangers sont venus en ville, leurs enfants ont ramenés avec eux d'étranges livres où figuraient des êtres bleus. Il n'en fallut pas davantage pour que les enfants décident de jouer avec le rebut aux jeux qu'ils appellent « Смурфы » soit Smurfy . C'est à celui qui arrivera le plus à le faire sembler à l'une de ses créature à la peaux bleutée en le rouant de coup. Un jeu qui a pris beaucoup d’ampleur, même les adultes s'y sont mis, c'est un bon moyen de passer ses nerfs. C'est à croire que seul le bleu et le rouge lui aillent.

01 janvier 1998 ||| infection
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Maintenant que nous avons plus de crédit, nous pouvons reprendre quelques expériences sur le synthétisé. Notamment l'implantation de maladies, qu'il se montre enfin un minimum utile. S'il aurait s'agit d'un être humain, j’aurais admiré sa capacité à résister à la douleur, néanmoins je sais qu' il ne ressent pas les coups et est incapable d'exprimer une chose tel que la souffrance. Bien sûr, il pleure, il crie, il hurle même à certain moment.. Néanmoins, dans ses yeux bleus, il n'y a rien d'humain, ni même d'animal.

01 avril 1998 ||| Sourire
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Bizarrement, ça s'est subitement mit à sourire. Sûrement en observant les autres, mais cette expressions chez lui n'a rien d'agréable, on voit bien qu'il s'agit de plagiat. Il n'y a aucune chaleur, aucune émotion dans ses traits étirés. Cela n'inspire que le mépris et le dégoût, comme le reste de son être.

01 juillet 1998 ||| Léthal
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

La peluche fait toujours parler d'elle. Malgré son état bien moins brillant, c'est un bien que les autres ne possèdent pas. Ce qui est totalement injuste, moi et les autres scientifiques sommes d'accord. Aussi nous l'avons retiré à ce rebuts qui s'en occupait très mal et l’avons donné à un autre, à un véritable enfant. La chose tente depuis de le reprendre par tous les moyens, ce qui montre son absence de moral. Voler le bien d'un autre..

01 octobre 1998 ||| Professeur
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Vivant toujours la moitié du temps dans le laboratoire, l’autre en ville, il suit les cours, enfin lorsqu'il y va. Bien sûr, n'étant pas doté de la moindre parcelle d’intelligence, le résultat est désastreux. Ce qui est bien dommage, ces cours auraient été plus utiles aux orphelins. Pour lui, ce n'est qu'une perte de temps. Par contre, ses professeurs sont de très bons clients, aussi nous avons décidé de leur laisser l'utiliser pendant les cours. Qu'il serve a quelque chose pour une fois.

01 janvier 1999 ||| Poupée
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

L'un des hommes qui vient souvent le voir à décrété que c'est une chose semblable à une poupée. Étant un produit synthétique, on peu effectivement le comparer à une poupée voir à un pantin. Si Raël aurait put arriver à son terme, je ne doute pas qu'une grande partie d'entre eux aurait été utilisée à ce but. C'est que ces choses sont tellement dociles et abruties qu'on pourraient les prendre comme telle. Enfin, lui, n'est en rien si adorable, il fait froid dans le dos et ce ne sont que les pervers qui tournent autour.

01 avril 1999 ||| Seul
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Le scientifiques qui l'a adopté n'arrive pas à supporter de vivre avec ça. Il m'a confié que ça se plie et hurle subitement en pleine nuit, que sinon ça reste immobile à le regarder. C'est très dérangeant quand c'est immobile et ça sourit. Alors je luis ai dit qu'il n'était pas obligé de passer tout son temps avec lui, au contraire. Il n'avait qu'à le laisser seul, il y a peu de chance que ça se sauve, ça n'a aucune volonté propre.

01 juillet 1999 ||| Mensonge
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Sans raison, ça a tenté de parler, mais ça ne raconte que des mensonges. Des choses farfelues, qui n'existent pas, ou alors des choses sans intérêt. Qu'il parle ou non, cela n’intéresse personne alors je lui ai dis de se taire. Bien sûr, il a obéit.. Mais qu'un certain temps. Il a recommencé à dire des stupidités et des mensonges éhontés, à priori il ne sait vraiment pas se contrôler. Je pense qu'il faudrait lui couper ses cordes vocales, néanmoins les autres ne sont pas du même avis que moi, certain aime l'entendre hurler.

01 octobre 1999 ||| Lethal
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

La chose à eu une mauvaise réaction. Très mauvaise. Comme de coutume, il tente sans cesse de récupérer cette peluche. Néanmoins, personne ne lui laisse cette opportunité.. Ceci dit, son approche à été très différente. Il a brûler la peluche à moitié et à jeté le reste dans des excréments. Au final, tant l'odeur que l’apparence est immonde, le pauvre objet ne ressemble plus à rien. Et ce reste informe et puant, il s'est remit à le serrer contre lui. Décidément, il n'y a rien dans son cerveau pour en venir à une telle extrémité, c'est pitoyable. Forcément, à présent, plus personne d'autre que lui n'en veux. Était-ce délibéré ? Je ne peux y croire, c'est impossible qu'il en vienne à un tel raisonnement. Mais cet aberration est telle qu'il a été à l'encontre des ordres qu'on lui a donné, à moins qu'à ses yeux cela revenait à en prendre soin.

01 janvier 2000 ||| Incendie
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Depuis que ça vie pratiquement seul, ça ne fait que bêtise sur erreurs. A trois reprise, il a brûlé la cuisine en laissant des choses sur le feux, il a manqué de se noyer en se baignant et je ne parle pas des blessures qu'il ne cesse de se faire. Ni de la façon si comique dont il s'habille. Il est tellement risible ! Je dirais bien qu'il est la lis de l’humanité, seulement il n'en fait aucunement partie.

01 avril 2000 ||| vivisection
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Nous l'avons étudié plus en profondeur ses derniers temps, mais pour l'heure, physiquement, rien ne le distingue d'un autre hormis ses cheveux bleus. Du moins en dehors des expériences dont il est le sujet, néanmoins peu importe ce qu'il subit, au bout du compte, il revient à ce qu'il est, c'est assez étrange. La plupart des orphelins de son âge sont déjà mort, mais pas lui. Au fond, peut être est-il plus résistant que la normal ? Dans ce cas, nous n'avons aucune raison de le ménager. Au contraire, je pense commencer à lui injecter d'autres produits plus radical.

01 juillet 2000 ||| Surprise
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Les adultes aussi l’agressent à présent, ceci dit il en est responsable, il se montre moins docile, refusant de suivre leur ordre. Je ne saurais leur donner tord de lui avoir brisé une bouteille sur le visage, ni même de lui plaquer la tête contre un mur. Si ce n'est qu’ainsi qu'il comprenne, pourquoi hésiter ? De toute manière, s'il survit jusque là, ces dents repousseront, comme il ne s'agit que de dents de lait.

01 octobre 2000 ||| Drogue
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Un nouvel investisseur nous a demandé de tester une drogue qu'il désirerait mettre sur le marché. Le synthétisé a été tout désigné pour cela. La drogue a bien pris sur lui, il a rapidement était accrocs, néanmoins il s'est mit à cracher du sang. Ensuite, ses différents orifice ont vu ce liquide poisseux couler de toute part. Je ne sais de quoi c'est composé, mais ce n'est pas viable.

01 janvier 2001 ||| Enfantillage
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Les enfants sont intelligents, ils ont remarqué que c’était inutile de le blesser directement, comme ça ne sait pas ce qu'est la douleur. Peu importe les humiliation, les coups et la solitude, cette chose est complément insensible. Aussi, c'est à son affreuse peluche qu'ils ne cessent de s'en prendre, l’esquintant de plus en plus.

01 août 2001 ||| Injections
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Je ne sais pas pourquoi, mais certains laboratoires nous payent cher pour injecter des produits aux orphelins. Nous ignorons ce que ça contient, ils ne nous dissent rien, tous ce qui leur importe, c’est de savoir si cela tuera ou non le cobaye et dans quel circonstance cela se ferra. Après une perte des trois quarts de nos effectifs, nous ne leur laissons que le synthétisé, on dirait que cette vermine est in-tuable, autant exploité cela.

01 juillet 2001 ||| Fin
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Les orphelins ont détruit la peluche. Ils ont attrapé la chose et l'ont immobiliser avant de brûler devant ses yeux ce qui restait de cette peluche exécrable. La réaction de la chose a été imprévisible.. Au lieu d’accepter docilement cette perte, c'est devenu hors de contrôle. Cela a attaqué tous ceux qui se sont mis sur son passage, il les as tous tué, enfant comme adulte. Une véritable hécatombes, nous avons du l'enfermer pour qu'il ne fasse pas de même sur tous le laboratoire. Peu importe comment nous avons tenter de l’arrêter, rien n'a suffit. Après quelque heures d'un silence de marbre, nous nous sommes approché, il avait perdu conscience dans cette pièce macabre.

01 octobre 2001 ||| Réflexion
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Après quelque réflexion, la force déployé n'était en rien inhumaine. Simplement, n'ayant aucune conscience, rien ne la limité. Aussi, il s'est lui même brisé en l'utilisant à son plein potentiel. Ceci dit, je n'arrive pas à expliquer ce qui c'est passé.. Même si je pense que tout est lié à cette peluche. Cela a créé de mauvaises choses en lui et a court-circuité ce pour quoi il a été créé. A présent, nous avons voulu nous en débarrasser, mais nous avons eu un refus de ceux qui prenne la relève de River. Ces imbéciles sont intéresser par ce.. ce monstre. Cette abomination. Car, en plus d’avoir éliminé aussi froidement ses compagnons, cette chose est à l’origine d'une catastrophe toute particulière. Toutes nos donnés ont été subitement effacés, nos appareils électrique ont explosé et sont devenu inutilisable. De la plus infime prise électrique aux appareils de recherche les plus perfectionné. Même les voitures.. Plus rien en ville ne fonctionne.. On aurait dit une sorte d'IEM en plus redoutable. Je n'ai aucune preuve de ce que j'avance, mais je suis certain que c'est lié à ce rebut.

01 janvier 2002 ||| Emprisonnement
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

L’orphelinat a fermé, nous n'avons pas les moyens de tous remplacer. River, enfin son poursuivant, nous a ordonné de garder en vie l'abomination. En attendant qu'ils puissent s'en occuper, nous devant le stoker. Qu'importe, on continue les injections, cela nous fait gagner de l'argent et surtout, nous avons bonne espoir de l'éliminer.

23 décembre 2003 ||| BioHazard
Professeur Nicolaï Vazilov – Dzerzhinsk

Il a survécut en dépit de tout. Nous l'avions enfermé dans un caveau, les membres attachés, complètement seul, sans eau ni nourriture.. Régulièrement, on venait lui injecter des produits, mais nous ne lui donnions rien et il a réussit à survivre en se débrouillant, tel un nécrophage.. Terrifiant. Il souriait toujours lorsqu'on la sortie de là. Je ne sais si c'est une chance ou non, mais comme je l'observe depuis toujours, BioHazard m'a engagé pour continuer mon étude sur lui, comme si mon destin était lié au sien. Nous avons donc pris l'avion et somme partie direction la prétentieuse Amérique.

01 janvier 2004 ||| Radiation
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

La chose supporte très mal l'air pure et l'eau non pollué de l'endroit. Il est tombé gravement malade et je doute qu'il parvienne à s'y habituer. Cela n'a pas tant gêner les scientifique d'ici, pourtant je pensais qu'il tenait à lui. Peut être est-ce seulement cet homme mystérieux qui lui a offert la peluche ?

14 aout 2004 ||| Confrontation
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Tant bien que mal, il s'en est remis. Néanmoins, dans son regard, quelque chose à changé. Le centre, cette société scientifique qui venait de l’acquérir, à décidé de lui donner une place chez eux. Financé par des militaires, ils ont voulu en faire une arme, échangeant un endroit confortable, où il n’aurait plus à subir la moindre opération, où il serait nourrit et accepté, en échange de sa docilité. Il lui ont donné une arme, il n'avait qu'à tuer celui qui lui faisait face, ce n'était pas bien difficile vis à vis de l’hécatombe qu'il avait commis. Seulement, cet imbécile à refusé. Il a lâché l'arme et à laisser l'autre cobaye le battre presque à mort, on ne les a séparé que de justesse. Une erreur reste une erreur, il n'y a rien de bon à tirer de lui, BioHazard l'a bien compris.

17 septembre 2004 ||| Un déchet reste un déchet
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Il a survécut, comme toujours. A croire qu'il n'est bon qu'à cela, survivre. Néanmoins, sa vie tranquille et douce a bien changée. Plus personne ne le gâtera à présent, il va connaître ce qu'il mérite. BioHazard n'a pas besoin des faibles et il a prouvé qu'il n'est qu'une anomalie. Aussi, dès a présent, ils l'utilisent comme déchet, testant leur expérimentations les plus dangereuses sans pitié, puis le rejetant ensuite dans la nature, mêlant à ces injections une drogues puissante qui l'obligera à revenir. Ici il est traité comme il se doit, à sa place , telle la vermine qu'il est. Je vais reprendre mes observations trimestriel.

17 décembre 2004 ||| Sdf
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

A présent il vie dans les rues, objets des misères du mondes. Déjà les laissé pour compte et autre criminel peuplent cette ville dont il ne connaît pas même la langue, près à faire de lui leur victime. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne meure. Dormir à la belle étoile et manger du rats crue comme seul repas ne le tiendra pas en vie très longtemps.

17 mars 2005 ||| vocation
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Les changement chez l'abomination continuent. Il a acquit des compétences particulière, il arrive à se faufiler sans peine a travers les portes du centre, errant prés des ordinateurs, regardant de ses yeux inhumains les caméra. Sûrement cherche-t-il un moyen de rester, mais c'est trop tard, il a raté sa chance. Sa survie dans la rue a aussi été modifié, il semble rentrer dans le monde de l'argent. Il vend ce qu'il entend, néanmoins il ne se sert pas de cette argent pour mieux vivre.. Non, il le gaspille futilement, achetant d'autre informations. Sûrement imite-t-il ce qu'il a vue sans le comprendre.

17 juin 2005 ||| danger
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Son manège dans le centre continue, il faut dire ici pas plus qu'ailleurs il n'est accepté. Il a échoué au teste, à présent il n'est que de la chaire fraîche. Mais même les autres ne l’accepte pas, la solitude est son seul avenir, il n'est pas comme eux, il vaut bien moins qu'eux. Tel un parasite, il s'est mit en tête de se frotter à un gang ultra violent de yakuza. Depuis qu'il à perdu Léthal, il semble complètement déraillé..

17 septembre 2005 ||| Menace
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

L'un des membre de BioHazard a pris contacte avec ce gang particulier. Ils ont battu sévèrement l'abomination, au point de mettre sa vie en danger. J'ignore pourquoi, mais l'une des haute tête de la société, probablement Mac Culloch, a été les prévenir : ils peuvent abuser de lui comme ils le souhaitent.. Mais pas le tuer. Hors, ces yakuza tienne à leur tranquillité, ils font leur affaire en dehors de la ville. Ils ont donc accepté, il faut dire, personne ne s'oppose à BioHazard.

17 décembre 2005 ||| Puppet
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Je ne saurais dire combien de fois déjà il s'est approché de ce gang et à finit en sang. Entre ça et les expériences qui ne cesse de tourner mal, je ne vois pas comment il fait pour tenir, ni où ça le mène. Sûrement nul part,je doute qu'il ai la capacité de planifier quoi que ce soit.

17 juin 2006 ||| gang
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Ils l'ont laissé pour mort plusieurs fois et lui font subir un enfer sans nul équivoque.. Cela fait un an et il n'en démord pas, il continue à vouloir leur vendre des informations, à exiger d'être payé. Je pensais qu'il l'aurait abandonné là, prêt à mourir. Seulement, ils ont finit par accepté, sa ténacité à eu raison d'eux. Ce qui n'est pas normal, ils ne sont pas du genre à accepter n’importe quoi.. Les informations qu'il leur fournit sont elle si fiable ?

17 septembre 2006 ||| délire
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Les choses ne vont pas fort chez la nullité. Je sais que les expériences ne donnent rien, il répond toujours à côté de leur questions. Mais surtout, il commence à être pris de délire. Non seulement il se mutile, même si je pense que c'est une chose qu'il fait depuis un moment. Encore que, je crois qu’ainsi il cherche seulement à attirer l'attention, c'est pourquoi on le laisse faire sans lui en donner, si cela l'amuse.. Mais là, il lui arrive de s’ouvrir le corps ou de vouloir s’arracher les cordes vocales en hurlant qu'il y a des choses à l'intérieur. Souvent, il s’effondre et raconte un tas d’ineptie, ses yeux écarquillés tel un démens. La fin arrive, j'en suis sur.

17 décembre 2006 ||| trois langues
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Depuis quand a-t-il maîtrisé l'anglais ? Je n'arrive pas à réaliser le moment où il a apprit, enfin où il s'est mit à l'imiter. Car il ne peut s'agir que de cela, une simple imitation. La preuve, s'il parle japonais, c'est bien parce que les psychopathe qui l'ont adopté le parle. Je doute qu'il réalise vraiment ce qu'il dit. La preuve, il n'a pas d'accent quand il s'exprime.. C'est bien un objet..

17 mars 2007 ||| déchéance
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Je savais que ce n'était pas une bonne idée de le laisser s'approcher de criminel aussi dangereux. Ce Shin, le caïd de cette bande de détraqué, l'a mit à l’épreuve sans réaliser ce qu'il est. Il lui dit quoi faire, lui confiant des tâche hors de porté d'un enfant de son âge.. Sauf que ce n'est pas un enfant, c'est une abomination, une chose. Alors forcément, il y arrive, même s'il finit en morceaux. Que ce soit saigner un homme, le frapper à mort pour lui donner une leçon, enlever quelqu'un, vendre de la drogue, dérober une mallette.. Si je ne connaissais pas sa véritable nature, je dirais qu'il fait preuve ingéniosité, seulement il n'est pas capable de telles choses.

17 juin 2007 ||| errance
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Cette chose ne cesse d'aller et venir, épiant partout. Il semble parvenir à ouvrir les portes, peu importe qu'elles soient protégée par des codes ou des digicodes. De plus, ses conditions sembles s'être amélioré. Par au centre, forcément, mais à l’extérieur. Il s'est si bien acclimaté avec ce groupes de fous dangereux qu'ils lui on donné le toit de leur immeuble pour lui vivre. Il lui on également offert un nom et un prénom, cela montre combien ils ignorent à quoi ils ont affaire. Un objet, ça ne se nomme pas.

17 septembre 2007 ||| Réflexion
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Je ne sais ce que BioHazard lui injecte et le met dans de tels états, mais je commence à cerner les capacités qu'il semble avoir. Il manie les ondes, tous ce qui nécessitent des transports d'ondes, des vibrations. C'est ainsi qu'il ouvre les portes, c'est aussi pourquoi il observe les caméras. Il capte leur bruits, peut être même arrive-t-il a les comprendre. Néanmoins, il n’interagit pas réellement avec, il ne semble rien contrôler. Cela se fait au bonheur la chance, il n'a pas les capacité pour en tirer le plein potentiel.

17 décembre 2007 ||| cauchemars

Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Thérianthrope, la suite de chimera.. Un projet sensible que consulte trop régulièrement l'abomination. Il a poussé les choses jusqu'à vouloir entrer en contacte avec l'un des groupuscules qui milite pour les droits de ces animaux. Néanmoins, il n'a pas reçu d'échos et pour cause, il n'est pas leur semblable. Il n'est pas humain, ni même animal, il n'est qu'un objet.

17 mars 2008 ||| bas les masques

Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

J'ai sous-estimé cette aberration, grandement même. Lorsque je le voyais errer, sans but, il récoltait des donnés. Aujourd'hui, il a livré toutes ses informations sur le net, sous le nom Dany Kane. Une identité créée de toute part, un homme d'âge mur, d'une trentaine d'année, américain pure souche, ayant fait ses études en Europe, réputé depuis plusieurs année pour avoir aiguillé certaines enquêtes un peu partout dans le monde, révélant les secret fâcheux de plusieurs gouvernements. Personne n'aurait soupçonné que derrière se dissimulait cette chose. Il a dénoncer BioHazard, remontant plus loin encore que River, dénonçant l'utilisation de cobaye humain.. Cela a ébranlé la société, car avant de donner ses preuves, il avait menacer BioHazard, demandant la liberté d'un cobaye particulier. Son dossier est solide, serait-ce la fin de nos recherches ?

17 juin 2008 ||| Ébranlé
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

BioHazard est un géant que rien ne saurait détruire. En l'espace de ces quelques mois, toutes les donnée dont disposés le nuisible ont été détruites, ses preuves devenues obsolète, la police est même venu l’arrêter. Dany Kane a disparu, ne laissant que cette chose bleuté à la place. Il ne tardera pas à être amener au tribunal pour diffamation, mais surtout attaque au secret défenses, atteinte à la décence moral et d'autre encore. Même son avocat commit d'office est contre lui, autant dire ; il est perdu.

17 septembre 2008 ||| Prison
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Syren, le projet auquel biohazard l'a rattaché, est un échec. Une chose qui lui va a merveille. Véritable nuisance, tous veulent sa disparition, la plus brutal possible. Aussi, dans l'attente de son procès, il a été conduit dans une prison à haute sécurité. Avec les tueurs et les violeurs, il ne ferra pas long feux.

17 décembre 2008 ||| canular

Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Un massacre.. Il a recommencé en prison. En riant.. Alors, évidement, il a gagné une sorte de respect, de terreur qui lui ont valut la tranquillité. On l'a enfermé pour protéger les autre prisonniers, en attendant qu'on l’amène aux portes de la mort, car il a était jugé coupable et condamné à la chaise électrique.

17 mars 2009 ||| liberté
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Mr Dagon l'a sauvé. Je ne sais pourquoi il a empêché la mort de cette abomination. Ne voit il pas que c'est un monstre ? Une lamentable erreur, un pitoyable échec.. Il a abandonné les charges contre lui, mais le pire.. C'est qu'il l'a prit sous son aile. A cause de ses capacités particulière ? Parce qu'il est le seul survivant de Rael et Syren ? Ou y a-t-il d'autres raisons plus obscures ?

11 mai 2009 ||| Intrusion
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Accompagnant Mr Dagon lorsqu'il est allé au centre, l'échec à encore fait des sienne. Il s'en est prit sans raison à un autre cobaye. Il agit de manière de plus en plus étrange et autonome. De plus, il a détruite toutes les donnés le concernant.. Il est visible qu'il va profiter de l’intérêt de Mr Dagon pour obtenir cette liberté qu'il dit vouloir.

02 novembre 2009 ||| Perte
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Il est de plus en plus difficile de garder contacte avec l'abomination, je ne sais comment cela se passe chez Mr Dagon, surtout que ce derniers est en train de le sevrer des drogue de BioHazard. Mes seuls connaissances sont celle que j’obtiens lorsqu'il n'est pas avez lui. Mr Dagon croit-il vraiment qu'il parviendra à canaliser une telle chose sans avoir recourt aux drogues ?

13 février 2010 ||| Cadeaux
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Il semblerait que l'axe d'attaque choisis par le maître de l'ombre soit la douceur. Avec cela, l'abomination va être encore plus gâté et pourris qu'il ne l'est. Pourtant, il a déjà tout ce que les orphelins pourraient désirer, tout ce qu'un cobaye serait en droit de rêver.. Il possède même plus qu'un humain lambda. C'est injuste, il n'est qu'une lamentable erreur, tout ce qu'il devrait posséder, c’est une cage où l'enfermer et le bourrer de produit jusqu'à ce qu'il périsse.

14 aout2010 ||| Hôpital

Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

La chose, une fois sortit du coma que sa folie a provoqué, est entré dans ce que Maître Dagon a nommé crise et que jusqu'à présent moi comme les autre scientifique avant nommé folie, massacre, horreur..En d'autre terme, il a tuer les médecins et infirmiers qui s'occupaient de lui, il a arraché ses perfusions et à même tenter de sauter du troisième étage. Sans notre maître, il se serait tué, mais notre Saigneur l'en a empêcher et à réussit a l’apaiser. C'est un miracle dont seul cet homme vénéré était capable.

13 novembre 2010 ||| Phobie
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Ces étranges crises se sont reproduites chaque fois qu'il a été amené à l’hôpital. Cela serait une phobie, sauf que je n'ai jamais vue de phobique réagir avec tant de violence. Même en mettant de côté le fait qu'il ne devrait pas être sujet à la peur, n'étant qu'une machine, pourquoi a-t-il cette peur ? Jamais il n'a été emmener à l’hôpital, nous n'allions sûrement pas dépenser des soins pour ça. Des laboratoires, du centre, de ce genre de chose, ce serait compréhensible. Mais non, il continue d'ailleurs à y aller en douce, n’obéissant absolument pas à notre maître. Ce sont les lieux eux-même, les médecins qui sont pourtant d'une bonté sans pareil.. La douceur peut être, même si cela paraît absurde. Néanmoins, chaque fois que messire Dagon se montre doux et aimant envers lui, il détruit tous sous son nez et le provoque avec véhémence.

13 février 2010 ||| Punition
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Je ne sais pas les détails, mais face à cette chose si méprisable, même notre vénéré maître perd son calme si parfait. Il suffit de voir l'état du corps de ce déchet, couvert de bandages et de plaies. Pourtant, son sourire reste sur son visage si insolent. Dagon le parfait à présent est bien plus terrible avec lui, sans jamais publiquement cesser de ce montrer doux et chaleureux, il le rabaisse et l'humilie à chaque fois qu'il lui adresse la parole, l’écrasant tel la vermine méprisable qu'il est.
Pourtant cet infâme cloporte ne s'écrase pas, il ne cesse de lui tenir tête, de lui répondre ! Se sale insolent ne baisse pas les yeux face à lui, pire il a la prétention de se considérer au niveau de notre maître. Se montrant familier avec lui, se permettant d'être familier avec lui..

13 mai 2011 ||| Réflexion
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

C'est étrange.. Alors que lorsque notre Maître se montrait le plus parfait des hommes, le rebuts le repoussait, signe là de ses anomalies. N'importe qui de normalement constitué adorerait la force et la puissance protectrice dont dégageait notre mésestimé Saigneurs, on se damnerait pour avoir le droit au moindre geste bienveillant de sa part.. Et lui en avait des hauts de cœur.
Par contre, lui qui était parvenu à s'attirer ses foudres devait connaître la partie la plus sombre de Maître Dagon et depuis.. Il n'avait toujours pas peur, mais il l'appréciait. Sincèrement, au lieu de le fuir, de lui obéir avec respect, il semblait adorer cette aspect terrifiant. A le rechercher, sans se faire aussi agressif qu'auparavant, il l'écoutait à présent.. Mais se permet toujours de le critiquer.. Une véritable anomalie

07mars 2012 ||| Évolution

Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Mon bilan de ses dernières années est inquiétant. L'abomination a présent se comporte pratiquement comme n'importe quel être humain. Il a apprit énormément de choses, cela vient sans aucun doute de ses nouvelles compétences. Il lui suffit de quelque mois pour enregistrer les donnée et pouvoir sans faille les réutiliser plus tard. De plus, à distance ou par contacte, il peut prendre les donner de tout appareil, peu importe les protections de ce dernier. Donné qu'il stock en lui et qu'il n'a aucun mal à réutiliser quand il le souhaite. Il peut calculer n'importe quoi en quelque instants, mettre en corrélation des dizaines d'autres machines, emmagasiner des tonnes d'information et les relier entre elle. Un ordinateur, l'être humain de synthèse est comparable à présent à un ordinateur surpuissant et terrible. Prenant le contrôle d'autres appareils de même nature, pouvant quand il perd sa concentration, les mettre hors service en un instants. Il a le contrôle des appareils électriques, particulièrement ceux qu'il fonctionne par onde.
Tous cela, il semble le mettre au service de son protecteur, ayant créer un réseau d'information sans fail . Mr Dagon est au courant de tous ce qui se passe en ville, du moindre vole de papier au rond de fumer des plus grand criminel. Cela lui a donner un pouvoir considérable, il semble réellement avoir fait sien cette machine et l'avoir pousser au maximum de ses compétences.

14 aout 2012 ||| Terreur
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Mr Dagon reste trop souvent avec l'anomalie. C'est insupportable de voir cela. Mais là où la crise est proche, c'est ce que j'ai vue sur le coup de ce rebuts. Il a toujours un pansement, bien souvent ensanglanté.. Maître Dagon ne devrait pas se nourrir de ça, c'est sale, il risque de tomber grièvement malade en s'alimentant de met aussi néfaste.

21 décembre 2012 ||| La fin d'un monde
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

J'ai peur. L'anomalie a tout infiltrer, j'en suis sur à présent. BioHazard, Upir, Oléandre, River.. Y a t'il la moindre chose qu'il ignore ? Comment a-t-on put accepté que cette chose tourne autour de la sorte ?
Pourquoi ne réalise-t-il pas ce qu'il est ? Une aberration, un non-sens total, il ne devrait même pas vivre, non.. Ce n'est qu'une chose, il n'est rien, il n'a aucune importance. Il ne devrait pas avoir le droit d'exister, il ne devrait pas même respirer.

16 février 2013 ||| Merci
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

J'ai été remercié. Je ne suis plus apte à suivre son évolution, je suis de partir prie, trop impliqué qu'ils dissent. Je pense surtout qu'ils craignent que j'en sache de trop. Un autre à pris ma place dorénavant. Un certain Chasse Logan cooper qui va prétendre être son ami. Ami avec une chose, cette époque n'est vraiment plus la mienne..

03 novembre 2014||| Dernier écrits
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester

Tant de changement.. Je suis sur que cette chose a un rapport avec cela. Même si je dois être l'un des seuls à savoir qu'il est une presque réussite du projet Syren, le soldat zéro seul n'a pas put commettre une telle chose. Le jour même où Mr Cooper, son nouvel ami et espion, lui a diagnostiquer son état, l’apocalypse est arriver. Drôle hasard.
Son état, car forcément, il n'est qu'un être de synthèse, sa durée de vie n'est pas la même qu'à nous autre. Jamais il n’atteindra les trente ans, tout au plus les vingt-cinq s'il est chanceux. Ses organes vont peu à peu se détruire, ses nerfs ne répondront plus, et la mort le cueillera. Il n'est qu'un objet, il a une durée d'utilisation limité.
De plus, sa puissance à beau être terrifiante, d'autre effet secondaire sont apparut. Son corps produit de l'argent, cela appairait dans son corps et ça pourrait bien le tuer s'il ne l’enlève pas à temps. Cela pousse tel la peaux, continuant à menacer sa vie. Ce qui est une bonne chose, car à présent il a quitter notre bien aimé Dagon. Subitement, sans prévenir personne.

J'ignore comment notre maître va y réagir, mais j'espère bien que cette fois si, il prendra conscience de la nature néfaste de cette chose. Car s'il aurait réellement voulu empercher la fin du monde, l'anomalie aurait aisément put prendre le contrôle des missiles et empercher tous cela. Zéro dans le coma, si le dôme a était saboter pour que personne ne puisse l’ouvrir, n'est ce pas plutôt pour que lui ne puisse l’ouvrir ? Zero, j'en suis sûr, nous à sauvé, en faisant quelque chose à l'abomination. Mais quoi ?

A présent, cette chose est indépendante, hors d'atteinte, il vend ses informations si précieuses aux plus offrant, criminel comme dirigeant.. Pire, il est entré dans les forces de l'ordre. Je ne sais ce qu'il prépare, mais cela va être redoutable.

Juillet 2016||| La fin
Professeur Nicolaï Vazilov – Manchester
Je vais mourir.. Tant de chose à dire et si peu de temps.. L'abomination, c'est pire que je ne pensais.. Il.. Il est arrivé à la fin de sa vie. Cooper a voulu le sauver, mais les grèff n'ont pas pris. Le ciel ! Plus d’électricité en ville, tout à disjoncter, suivant son état.. Le dôme, le dôme.. Il s'est ouvert quand il a été sur le point de mourir. Alors, Quincy a .. Utilisé Génésis... Pour que Manchester ne sombre pas..
Sauvé.. Mais.. Perdu l'esprit.. Tué, tout le monde.. L'hopital.. Les scientifiques.. Cooper.. Blessé et s'est enfuis. Le cobay.. Les yeux rouge.. Massacré..
Ils.. l'utilisent.... BiohaZard.. .. Aussi.. gère.. le réseau.. Le réseau.. !
Biohazard.. m'a éliminé.. J'en sais trop.. iL..veulent taire.. Si.. si vous trouvez mes notes.. Faites...
Murphy
avatar
PCLK : Non
Date d'inscription : 06/01/2014
http://deadend.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DEAD end :: Prélude :: Inventaire :: Fiche :: Ouverte-