Notre monde est détruit.
WWIII, l'ultime guerre, l'a anéanti il y a déjà deux ans.
Obligé de se cacher la première année, aucun survivant ne sait vraiment ce qui s’est produit.
Aujourd'hui, la terre n'est qu'un enfer perpétuel, où chacun tente de tenir un jour de plus.
Au cœur de cette horreur se trouve MadTown, seul vestige de notre civilisation passée.
Dans cette ville, la vie continue son cours, ignorant les affres de cette fin des temps.
Depuis sa découverte, les survivants se pressent aux parois du dôme.
Ceux qui refusent la surveillance permanente s'entassent aux alentours, quand ils ne rejoignent pas les rangs des dissidents.

Combien de temps encore, les immortels tiendront-ils la ville ?
Les nouveautés
► 23/06/2018 : Venez semer la Discord !
► 22/06/2018 : Nouvel event contextuel Freedom
► 10/06/2018 : Bienvenue en Mars 2017 !
(...)
► avril 2014 : Ouverture du forum
Important
Forum R18: contenu mature et violent. Les relations homosexuelles sont les bienvenues. Minimum : 300 mots, 1 RP/mois
Crédit
Le contexte vient du fondateur. Le thème est un généreux don de Myrddin d'Epicode/John d'Insomnia. Quelques codes viennent de Cccrush.
Le staff
Fondateur: Kumio
Dispo • MP •
Modérateur: Abel
Semi-absent • MP •
Modérateur: Valerian
Dispo • MP •
Votez pour

Lens

 :: Prélude :: Inventaire :: Fiche :: Ouverte Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 23 Juin 2018, 22:53

Lens
L325 – X95
Métier/études : Cobaye
Situation raciale : Cobaye anomalie
Classe Sociale : Scientia martyr
Situation conjugale : Célibataire

▬ ft. Original de Yeraa

Âge : 38 ans dans son dossier. +/-25ans physiquement
Nationalité/origines : Allemande/Russe. Laboratoire de River.
Carnation : Pâle
Taille : 1m95
Corpulence : Athlétique
Cheveux : Noirs, souples, coupés légèrement en dessous des oreilles.
Yeux : Jaune
Signe(s) distinctif(s) : Sur l’ensemble de son corps, un tatouage fluorescent : des lignes fines et stylisées. Ses yeux jaunes.
Sexe : Masculin

-Observations du Docteur Lyséa Sulivan-

Aux premiers regards, le sujet L325-X95, ne représente aucun danger malgré l’animal avec lequel il a été fusionné. Il est fin et grand, si bien qu’il m’arrive parfois de me demander si je lui donne assez de nourriture. Mais il possède de bons muscles et ses analyses de sang ne montrent aucun manque (hormis ceux que l'on cherche à lui donner).

C’est un sujet qui semble plaire autant au personnel qu’aux autres cobayes. Son physique athlétique et sa force ne laisse visiblement pas indifférent. Certains bruits de couloir circulent sur le fait qu’il est endurant depuis son plus jeune âge. J’ai d’ailleurs pu observer avec le temps qu’il accepte les avances avec facilité et son comportement se modifie en fonction de son/sa partenaire. Il semble répondre à leurs demandes sans se forcer. C’est un changement notable de comportement ; il fuyait les contacts par le passé et certaines vidéos surveillances ont montré qu’il devait être attaché pour avoir des rapports avec lui. D’après ses dires, il veut se simplifier la vie. A ce jour, je n’ai pas pu identifier ses préférence, ni même s’il préfère dominer ou l’être.

Il est toujours en alerte et à l’observation. Rien dans la pièce où il se trouve ne lui échappe ; s’il avait ses oreilles animales, je suis sûre qu’on les verrait bouger aux bruits environnants. Il est souple et agile, des aptitudes probablement acquises avec ses années de combats.

Sur l’ensemble de son corps, en plus du tatouage qu’il possède, de nombreuses cicatrices sont présentes ; des témoins de ses années d’existence en tant que cobaye. Et grâce au projet Génésis, il gardera le même physique jusqu’à sa mort définitive.

Forme animale : Elle ressemble en tout point à ses homologues naturels. Son pelage est un dégradé de noir avec l’extrémité grise. Elle a une épaisseur de 8cms. Au garrot, il mesure 2m30. Sur ses pattes arrière, position qu’il prend pour donner des coups de pattes violents, il mesure 4m. Sous cette forme, il se montre agile et est rapide pour la course.


En fait, je déteste mon corps et ce qu’on en a fait ; j’ai malheureusement mit du temps avant de comprendre qu’il ne m’appartient pas. Je déteste ces marques que Lyséa a laissées sur ma peau. De cette manière, je ne peux jamais oublié que je suis à elle. Ou du moins, que je l’ai été. J’ai essayé de les retirer en m’arrachant la peau, mais c’est trop profond et je n’ai jamais eu le temps d’aller jusqu’au bout. Je n’aime pas non plus mes yeux jaunes. Par le passé, c’était par ce biais qu’on nous différenciait, Matéo et moi. Aujourd’hui, lorsqu’on m’en parle, ça me fait aussitôt penser à lui et surtout sa perte. Mais même si je suis blessé par ce souvenir, je n’en laisse rien paraitre. J’ai apprit à garder au fond de moi certains sentiments. La tristesse, la peine et même une joie trop importante. Ce n’est jamais bon de se laisser aller dans les couloirs de BH, il y a toujours quelqu’un pas très loin pour s’en servir contre vous, plus tard. Alors je feins, je simule certaines émotions ; je me calque à mes interlocuteurs. Je suppose que la dernière fois où j’ai vraiment été moi, ça remonte à des dizaines d’années.
A côté de ça, j’aime cette forme bestiale que je prends. Je pense que si je n’avais pas peur de me perdre totalement dans mon esprit animal, je resterais plus souvent grizzly qu’humain.


Orientation : Homosexuel mais il a apprit à donner son corps à qui le veut si ça peut lui facilité la vie

Phobies : Le noir, il ne supporte pas d’être dans le noir total. Il commence à suffoquer et quand il ne peut plus se contrôler, il finit par se transformer. C’est dans cette seule situation qu’il ne parvient pas à se maitriser. Il devient alors dangereux pour les autres et surtout pour lui, il peut se jeter littéralement contre les murs pour essayer de sortir.
L’eau, ne lui demandez pas de prendre un bain. Tout ce qui représente de près ou de loin à un récipient capable de l’accueillir et le noyer le fait flipper. Il peut dire merci aux scientifiques pour ses peurs ~

Ambitions : La première serait de continuer à survivre à toutes les expériences qu’on lui fait. La seconde, qu’il n’ose dévoiler serait de ne plus être un cobaye.

Capacités et Effets secondaires:

✘ Projet Chiméra (IDO) :
Bien que l’esprit animal soit particulièrement fort et difficile à gérer pour les Chiméras, Lens a réussi l’exploit de maitriser parfaitement sa forme animale et elle ne prend place que lorsqu’il le décide (sauf lorsqu’il est sujet à ses peurs). Il a un très bon odorat sous forme humaine et reconnait d’abord les individus à leur odeur avant leur physique. Son ouïe est également meilleure que celle d’un humain lambda (si ça veut encore dire quelques jours aujourd’hui) et il est fort physiquement, notamment avec le haut de son corps.
Effets secondaires : Il ne voit pas très bien, pas à plus de cent mètres. Après, l’image devient floue et il ne distingue rien. Il lui arrive d’adopter des comportements de l’animal : agressivité s’il se sent menacé ou si on pénètre dans son espace personnel (ça peut parfois toucher des personnes qu’il connait depuis des années), des périodes de solitude où il ne supporte pas d’être approché. A partir de novembre jusqu’à février (à peu près), il ne parvient pas toujours à faire appel à sa bête ; elle est comme endormie. Elle hiberne. Mais comme les grizzlys, si elle sent un danger imminent, alors elle se réveillera –instinct de survie-. A noter que Lens doit se montrer violent envers d’autres individus plusieurs fois par semaine, c’est comme une condition pour sa cohabitation entre l’esprit animal et le sien.

✘ Génésis (Anomalie ) :
Utilisé comme chair à canon pour tester le projet en vue de sauver d'autres cobayes importants, Lens est un échec. Il peut certes renaitre de ses morts mais ses effets secondaires l’empêchent d’être une réussite.
Effets secondaires : - Son esprit revient à la vie mais son corps n’est nullement guéri. S’il est mort sur la table d’opération avec le thorax ouvert, il garde les mêmes blessures (amoindries légèrement) et risque de mourir de nouveau. Grâce à Anima, ce désagrément est moindre mais il reste toutefois très douloureux et il met plusieurs heures avant de pouvoir se mouvoir totalement (en fonction de sa blessure mortelle).
- Il ne peut pas renaitre s’il est désintégré (dans une explosion) et si sa tête ou son cœur sont coupés de son corps trop longtemps. Il n’est donc pas immortel. Sa puce peut également le tuer sans soucis.
- Son corps revient toujours dans le même état que lors de sa première mort. Ainsi, il reste bloqué à l’âge de 25 ans physiquement, ses cheveux ne seront jamais plus courts et son tatouage ne disparaitra jamais. Tout comme son ADN qui se reconstruit et efface les modifications apportées, ce qui fait de lui un bon sujet de test.

✘ Projet Anima (Anomalie) : Il se régénère rapidement, sous réserve qu’il prenne ses injections deux fois par jour, sinon il perd cette capacité. Sa régénération se fait proportionnellement à ses blessures; plus ses blessures seront mortelles plus vite la régénération se fera et mettra un temps presque normal pour des petites blessures.
Effet secondaire : Anima permet de soigner le corps au détriment de l’esprit, de ce fait, Lens a développé une atrophie multisystématisée. Cela peut lui provoquer (aléatoirement) un syndrome parkinsonien (tremblement, rigidité) ou une ataxie (déséquilibre, maladresse). Egalement, la prise de ce sérum est très douloureuse ; semblable à des morceaux de verre qui parcourent ses veines pendant une bonne heure. Il s’y est habitué au fil du temps mais c’est toujours désagréable et handicapant sur le moment.



Biens : Un cobaye avec des biens ? C’est une blague ?
Ok. Il a six piercings à l’oreille gauche.

" Character is how you treat those who can do nothing for you



- Observations du Docteur Lyséa Sulivan-

L325-X95 est un sujet sociable mais je doute qu’il puisse vivre en communauté sur de longues périodes, du moins pas si on lui refuse ce qu’il demande. Il lui arrive de s’isoler pendant quelques jours et si nous venons le déranger dans ces moments, il se montre extrêmement violent. Il m’est déjà arrivé de devoir le sédater pour l’emmener à des expériences alors qu’en général, il se montre docile.
Il a développé pour certains autres sujets un comportement protecteur. J’ignore sur quels critères il se base pour prendre la défense de certains individus mais lorsqu’il le fait, c’est de façon très totale et violente. Il se dit détaché de tous mais ce comportement contre dit ses dires. A moins qu’il ne s’en rende pas compte ? Se pourrait-il que son esprit animal soit à l’origine de cette conduite ? Pourtant seules les femelles protègent violemment leurs petits. Je dois admettre que ce sujet me laisse perplexe.
Le cobaye montre des signes d’intérêts pour toutes sortes de connaissances. Il a apprit l’allemand, le russe et l’anglais avec une assiduité déconcertante. Est-ce pour se rattacher à ses racines ? Ou par soif de connaissance ?


J’ai apprit à être docile, si bien que c'est le trait de caractère qui vient à l'esprit quand pense à moi. Les expériences, je ne peux pas les refuser –j’ai essayé par le passé et j’en ai payé les conséquences- alors je suis un parfait cobaye qui ne se débat plus ; je n'ai plus besoin d'être attaché. Je connaîs également ma place et je ne tiens tête à personne, autres cobayes exceptés. Mais ça ne veut pas dire que je suis soumis pour autant. S'il n'y avait pas cette puce tueuse dans mon corps, il est fort probable que j’aurai tenté de m’enfuir. Malheureusement, j’ai déjà vu l'action de la puce et même Génésis couplé à Anima ne pourra pas m'aider à survivre. Alors je courbe l'échine, j’écoute les ordres des Immortelles, je donne mon corps pour obtenir des privilèges et surtout, j’écoute. J’observe. Je me dis que les informations que je peux obtenir pourront le servir un jour. Quelqu'un pourrait payer pour les avoir ? Et si je trouve quelque chose d'assez important, peut être que le prix pourra être l’ablation de ma puce. J’y crois en tout cas car dans cette vie, peu de choses ont encore de l’importance pour moi.

Je ne suis attaché à personne, j’ai perdu cette faculté au fil du temps. Pourquoi tenir à quelqu'un dans ce monde, notamment le mien ? Les cobayes ne vivent en général pas très longtemps, je l'ai appris très jeune. Ma première perte m'a d'ailleurs beaucoup marqué et il n'est pas rare que je parle seul. Du moins, c'est ce que pensent ceux qui me voient ainsi. Pour moi, je ne suis pas seul. J’ai une conversation avec mon jumeau décédé. J’ai conscience qu'il n'est plus là physiquement mais je n’ai jamais réussi à accepter sa disparition, alors c'est mon esprit animal qui a prit cette place. Je ne me sens pas totalement seul grâce à lui. Et ma bête a du comprendre que pour vivre, elle avait besoin que je garde le contrôle. Le jour où Matéo est mort sous nos yeux, des suites de l'expérience Chiméra, on s’est mit d'accord: il y aurait une cohabitation pour notre survie. Avec quelques petits arrangements ci et là.

Cobaye
Murphy
avatar
PCLK : Non
Date d'inscription : 06/01/2014
http://deadend.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Juin 2018, 22:54
Histoire



1979. Laboratoire de River. Russie.

L321 est arrivée à son terme. Elle donne naissance à deux individus mâles, l’un présente des difficultés pour respirer, l’autre est en bonne santé. Nous avons été obligé de neutraliser L321, sa part animale a prit violemment le dessus lorsque nous avons emmené les nouveau-nés loin d’elle. Pour la première fois, elle a effectué une transformation animale complète. L’instinct maternel a probablement décuplé ses prédispositions à cette modification. Nous n’avons pas réussit à la contenir et l’euthanasie a été notre seul moyen de l’arrêter.

Les jeunes sujets sont placés en salle d’observation. L325 est mit sous respirateur, nous voulons le maintenir en vie le plus longtemps possible. Les signes vitaux de L324 sont bons et puissants. Nous attendons beaucoup de lui.

1985. Laboratoire de River. Russie.
Les jumeaux grandissent vite et un lien très fort semble les unir. Les premiers essais sur leur ADN ont démontrés qu’ils ne réagissent pas de la même façon. Nous ignorons quel(s) paramètre(s) modifie(nt) ce résultat. Ils sont en tous points identiques et la même souche animale a été utilisée. L325 semble accepte plus facilement notre sérum.


Début 1989. Laboratoire de River. Russie.

L324 se montre de plus en plus instable. Il ne maitrise pas sa part animale. Nos changements génétiques sont trop lourds à porter et il rejette massivement toutes nos tentatives pour le soigner. Son organisme semble lutter contre tous corps étrangers. L235 quant à lui progresse. Il maitrise une transformation partielle sans perte de contrôle totale. Il cherche à aider son jumeau dans ce sens. Ils ne se quittent plus. Nous le laissons faire dans le but d’observer les deux partis.

1990. Laboratoire de River. Russie.

Je dois faire sortir L324 et L325 du laboratoire. Des sabotages ont eu lieu dans une aile du bâtiment et je crains pour leur vie. Le projet fait polémique dans notre sphère et je ne peux pas me permettre de perdre des sujets aussi prometteurs. Je ne veux pas les séparer, ils pourraient se montrer très utiles pour le futur.
J’avais raison. Bon nombre de sujets ont été détruits, tout comme nos recherches. Certains cobayes sont parvenus à fuir mais ce n’est pas important, leur espérance de vie n’est que de cinq ans. Ils s’éteindront dans la nature. J’ai effacé toutes traces de commentaires concernant mes deux sujets sur leur capacité à maitriser partiellement leur transformation.

1995. Laboratoire de River. Russie.

L324 est décédé des suites de sa transformation sous les yeux de L325. Depuis ce jour, le sujet ne montre aucun signe de réaction. Il est apathique et nous fait perdre notre temps. Nous avons donc décidé de lui injecter un stimulant pour déclencher sa métamorphose. Nous ne l’avions jamais vu dans un tel état de rage. Il a détruit du matériel médical et s’est gravement blessé en se jetant contre les murs. Mais le résultat est là : il s’est transformé totalement. Comportement étrange : l’animal est allé se coucher à l’endroit précis où L324 est tombé. Partagent-ils leur esprit ? Ou L325 est toujours présent et commande à l’animal ? Il s’endort et revient sous forme humanoïde à son réveil, seul, sans aide technique. Nous lui demandons de recommencer l’expérience et c’est un franc succès. Jamais encore un cobaye n’a réussit à garder toute sa tête et maitriser l’esprit animal imposé. Descendant direct d’une expérience Chiméra et grâce à nos amplifications de gène, nous pouvons classer L325 comme première génération et un IDO de ce projet. Je suis fière de lui.

1997. Laboratoire de BioHazard. France.

L325 est entrainé pour devenir une arme. Il démontre des capacités au combat et une force redoutable. Le voir se transformer et maitriser ses mouvements est spectaculaire. Je prends note de tous ces combats pour observer ses améliorations.

2000. Laboratoire de BioHazard. Amérique du Nord.

Je continue mes expériences sur Lens, L325. Il est prometteur mais je crains que son corps ne lâche avant son mental. Il semble bien résister à l’assaut de son esprit animal, même s’il présente une pathologie mentale : il parle à une entité qui semble réelle pour lui. Je l’insère au projet Anima pour guérir plus rapidement son corps. Je prends la responsabilité de détruire son esprit plus rapidement que prévu mais je garde espoir pour trouver comment palier à ce désagrément. Je travaille en collaboration avec Docteur Huan Ming, chef du projet Anima. Je lui laisse la totale liberté du corps de Lens, tout en gardant un œil sur ce qu’il fait, je n’aime pas ce médecin.

2001. Laboratoire de BioHazard. Amérique du Nord.

J’ai retiré Lens du projet Anima, il ne supporte pas d’être sur plusieurs projets en même temps et je reste la décisionnaire le concernant. Je prends le risque de le modifier corporellement. Je ne suis plus aussi impartiale qu’au début de mes recherches sur lui. Il est à moi. Je l’ai fais naitre et grandir. S’il est aussi bon aujourd’hui, c’est uniquement grâce à moi. Les membres du personnel ou même les autres patients peuvent faire ce qu’ils veulent de lui depuis des années, à l’origine il est là grâce à moi. Je m’étonne d’ailleurs de ne pas les empêcher de lui faire toutes ces choses depuis son enfance. Je suppose que j’aime regarder son comportement et son évolution dans ces situations.

2003. Laboratoire de BioHazard. Manchester.

Nous avons intégré les infrastructures de BioHazard. Les ressources dont nous disposons sont parfaites pour continuer les recherches.

2005. Laboratoire de BioHazard. Manchester.

Lens est mit sur le projet Génésis. Il obtient un nouveau nom. L325X95. Son but est de prévoir de sauver un sujet important aux yeux de BH. Je n’aime pas ça, il n’est pas moins important. Mais je ne peux détourner cet ordre, il vient de très haut et je comprends pourquoi : Lens est très endurant dans sa condition de cobaye et docile. Et puis, il risque de mourir également suite à sa condition, alors s'il a une chance de survivre grâce à ce projet.
Il fait un très bon sujet d’expérimentation, surtout pour une « Anomalie » et les tests ne s'arrêtent pas uniquement à Génésis.
Il devient un purgeur à cette période.

2007. Laboratoire de BioHazard. Manchester.

C’est un échec. Lens parvient à revenir à la vie mais les résultats ne sont pas acceptables : son corps n’est pas intacte à son retour à la vie, il reste dans le même état que celui de sa mort. Il est en lambeaux après les expériences et met un laps de temps considérable avant de pouvoir bouger correctement. Il va falloir un autre cobaye pour ce projet.

2008. Laboratoire de BioHazard. Manchester.

Le corps de Lens ne se modifie plus. Malgré mes expériences, son ADN ne garde pas en mémoire ces changements et à chacune de ses morts, il revient comme intact. Un autre effet du projet Génésis.
Dans le même temps, j’obtiens des sujets Cauchemar femelle. Lens doit s’accoupler avec elle. Avec du temps, je suis sûre qu’il peut engendrer un meilleur cobaye qu’il ne l’est.

2014. Laboratoire de BioHazard. Manchester.

Fermeture totale du Dôme. J’espère pouvoir continuer à obtenir des sujets pour mes expériences. Lens lui, semble soulagé de ne plus devoir violer ces femelles. Je ne le comprends pas. Ne veut-il pas enfanter et laisser une trace de son passage derrière lui ?

2016. Laboratoire de BioHazard. Manchester.

J’ai été irradié. Je n’ai plus beaucoup de temps à vivre. Je passe mes derniers instants en compagnie de mon enfant. Il me fait un bien fou. Il est devenu très doué et docile. Ce sera mon dernier commentaire.
Doc. Lynéa Maria Sulivan.


Si on me demande de raconter ma vie, ce serait uniquement sur des instants précis. Je n’ai jamais eu de notion de temps, les scientifiques se gardaient bien de m’en donner. Je ne sais d’ailleurs pas quel âge j’ai précisément et comme mon physique ne change plus depuis quelques temps, je ne peux pas l’estimer. Je suppose que si j’avais accès à mon dossier je pourrais le savoir mais je n’ai pas envie de découvrir tout ce que l’on m’a fait. Le vivre en étant aux premières loges est suffisant à mes yeux.

Je me souviens de Matéo. Mon frère jumeau. Il était plus fort que moi, plus gentil et courageux. Je l’admirais. Je voulais lui ressembler et très jeune, je pensais que l’on pourrait être toujours ensemble. Je ne demandais rien de plus, au final, juste pouvoir l’avoir toujours à mes côtés, ça me suffisait pour supporter leurs expérimentations. Mais ça ne s’est pas passé comme ça. Matéo est mort sous mes yeux. Je ne sais pas ce qui s’est passé, encore aujourd’hui. Sa transformation s’est mal passée, il a perdu le contrôle et s’est écroulé. Il m’arrive parfois de me réveiller, en sueur et le souffle court car j’ai rêvé de ce moment. Je ne veux pas l’oublier mais il me fait toujours aussi mal.
Et grâce –ou à cause- de ce jour, j’ai réussi à maitriser ma propre part animale. Elle est toujours aussi violente et demande continuellement du sang et de la violence mais nous avons réussit à trouver un terrain d’entente. Elle partage mon corps comme je partage le sien. Elle se manifeste de temps à autre, quand l’enfermement est trop oppressant pour elle et je l’accepte. Les gens autour de moi un peu moins mais je ne m’en préoccupe pas. Je veux pouvoir rester en bon terme avec elle. Elle est tout ce qu’il me reste de Matéo.

Je me souviens de Kieran. Pendant quelques temps, il a été là pour moi comme une sorte de repaire dans ce monde. Je me souviens de ces journées où je venais me glisser près de lui pour dormir après de longues heures passées entre les mains des scientifiques. Ses bras puissants et son corps fort me permettaient de ne pas me perdre, de ne pas m’imaginer disparaitre entre leurs mains. J’étais quelque chose. De faible et d’insignifiant certes, mais il prenait la peine de me protéger et ça faisait du bien. Je ne pense pas lui avoir déjà dit et puisqu’il est parti depuis trop longtemps, je doute de le revoir un jour.

Je me souviens de XRCS - 934 89. Ce gosse était le souffre-douleur de tout le labo. C’était mon impression et ça a réveillé en moi un instinct de protection. Que les scientifiques nous maltraitent, ok, nous ne sommes rien. Mais que les autres cobayes s’en prennent à lui par plaisir et méchanceté pure, je n’ai jamais pu l’accepter. Je me suis battu plusieurs fois contre eux, j’ai même tué pour lui et je ne le regrette pas. Je lui ai ramené quelques fois son espèce de peluche, souvent tachée de sang frais et je me couchais auprès de lui, souvent dans ma forme d’énorme grizzly. Personne ne s’approchait de lui quand j’étais là et encore moins aussi imposant. Lui aussi a quitté les labos. Je ne sais pas si je dois espérer qu’il soit mort ou libre. Tout ce que j’espère, c’est qu’il n’est plus le souffre douleur de personne.

Je me souviens de Valérian. Je ne sais pas trop pourquoi mais ce nom est resté gravé dans mon esprit. Un cobaye, tout comme moi, et comme il y en a tant dans les labos. Mais je sais pas, il avait quelque chose… d’attirant.

Je me souviens de KZ 1569-S alias Adrian. Comment je ne le pourrais pas ? Je suis une version ratée de Génésis qui a été crée pour le sauver. Mais je ne lui voue aucune espèce de rancœur. Je suis plutôt satisfait que mon échec ait pu servir à sauver une vie. Un autre cobaye. Et puis, je l’ai observé et sa force me plait. Elle attire ma bête. Si je pouvais l’affronter, je suis sûr que mon colocataire mental serait ravi. Mais je ne veux pas le tuer. Je veux l’affronter pour mesurer notre puissance. Et puis, je le respecte –pour ce que ça veut dire chez les cobayes- pour sa force. Il passe de temps en temps dans les couloirs de BH mais il n’est plus résident ici. Peut-être échappe-t-il aux expériences ?

Et aujourd’hui, je suis toujours leur cobaye. Je hante les couloirs du labo lorsqu’on ne m’appelle pas. Je commence à sortir de ce périmètre et découvrir la ville mais n’ayant rien connu d’autre que les labos de River et de BH, cette immensité m’effraie un peu.
Murphy
avatar
PCLK : Non
Date d'inscription : 06/01/2014
http://deadend.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DEAD end :: Prélude :: Inventaire :: Fiche :: Ouverte-