Notre monde est détruit.
WWIII, l'ultime guerre, l'a anéanti il y a déjà deux ans.
Obligé de se cacher la première année, aucun survivant ne sait vraiment ce qui s’est produit.
Aujourd'hui, la terre n'est qu'un enfer perpétuel, où chacun tente de tenir un jour de plus.
Au cœur de cette horreur se trouve MadTown, seul vestige de notre civilisation passée.
Dans cette ville, la vie continue son cours, ignorant les affres de cette fin des temps.
Depuis sa découverte, les survivants se pressent aux parois du dôme.
Ceux qui refusent la surveillance permanente s'entassent aux alentours, quand ils ne rejoignent pas les rangs des dissidents.

Combien de temps encore, les immortels tiendront-ils la ville ?
Les nouveautés
► 14/11/2018 : Anna rentre dans le staff, elle se chargera des partenariat. Un grand merci à elle !
► 23/06/2018 : Venez semer la Discord !
► 22/06/2018 : Nouvel event contextuel Freedom
► 10/06/2018 : Bienvenue en Mars 2017 !
(...)
► avril 2014 : Ouverture du forum
Important
Forum R18: contenu mature et violent. Les relations homosexuelles sont les bienvenues. Minimum : 300 mots, 1 RP/mois
Crédit
Le contexte vient du fondateur. Le thème est un généreux don de Myrddin d'Epicode/John d'Insomnia. Quelques codes viennent de Cccrush.
Le staff
Fondateur: Kumio
Dispo • MP •
Modérateur: Abel
Semi-absent • MP •
Partenariat: Anna
Dispo • MP •
Votez pour

Orion Sheerus

 :: Prélude :: Inventaire :: Fiche :: Ouverte Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 24 Juin 2018, 09:46

Nom
Prénom
Métier/études : n'a pas de travail fixe.
Situation raciale : Naturel
Classe Social : Nanoïd
Situation conjugale : Célibataire

ft. Sirius Black - dessin de Waricka.

Âge : 20 ans.
Nationalité/origines : Anglaise.
Carnation : Très pâle.
Taille : 1m79.
Corpulence : Orion est très mince. Les années de survie et de famine l'ont rendue très maigres paradoxalement le jeune homme à des bras et des jambes légèrement musclées. Orion a beaucoup marcher et à du porter de lourdes charges.
Cheveux : Cheveux mi-longs bruns et ondulés.
Yeux : Marron.
Signe(s) distinctif(s) : Orion a plusieurs tatouages sur le corps. Ils ont était fait par William. Bien qu'ils soient légèrement brouillons et maladroitement réalisé le jeune homme adore ses tatouages et est très précieux pour lui. Il possède juste un tatouage qui a était réalisé par Céleste. Il s'agit d'un croissant de lune juste au-dessus de son cœur. Il a également de nombreuses cicatrices. Une sur le nez qui a été faite lors d'une attaque aux couteaux. Il a en a un grand nombre sur les bras qui ont été faites lorsqu'il survivait à l’extérieur. Certaines sont également d'ancienne mutilation. Il a des taches de rousseur sur le visage.
Sexe : Masculin.


Orientation : Bisexuelle

Phobie : après la mort de Céleste et de William, la plus grande peur d'Orion et de perdre une personne a là quel il tient. C'est pour cela d'ailleurs qu'il a du mal à s'attacher aux gens.

Ambitions : Il n'a pas de réelle ambition. Il veut juste vivre sa vie tranquillement et se remettre des événements passés. Il aimerait aussi réussir à contrôler ses crises.

Capacités et Effets secondaires:
* Orion est familier au combat au corps a corps et il sait également manier certaines armes. Il les a appris lors de son adolescence et ses capacités se sont amélioré avec ses années de survie.

* Le jeune homme souffre de schizophrénie. Celle-ci a était diagnostiqué à son adolescence. Le jeune homme souffre de grandes sautes d'humeur, de délire et d'hallucination. Ses symptômes apparaissent lors de ses crises de délires. Elles sont provoquées par de trop fortes émotions. Quand les crises sont trop grosses elle se termine par des black-out. Il a également des hallucinations plus régulières qui se présente sous la forme d'hallucination auditive. Respectivement deux voix, une voix masculine qui se veut agressive et insultante et, une voix féminine qui est plus apeurée et paranoïaque.

*Suite au radiation le jeune homme souffre également de fortes migraines, d'asthme et de nausée fréquentes. Il lui arrive par moments de recracher du sang à cause des ses poumons endommagés.

* Il a également développé une plus grande résistance physique. Il a un seuil de résistance aux radiations et au produit toxique plus élevé. Il peut recevoir des substances nocives pour le corps et survivre.


Biens : Tout ce qui tient réellement à cœur au jeune homme se trouve dans une boîte :
* un agenda qui lui permet de gérer ses crises. Il écrit tout ce qu'il peut lui être utile et tout ce qu'il doit savoir.

* une vieille photo sur celle-ci on peut voir Orion, William et Céleste tous les trois entrains de se faire mutuellement des câlins.

* Il y a une bague de fiançailles.

* Un vieux ticket d'avion pour l’Angleterre.

" Character is how you treat those who can do nothing for you

Orion peut paraître froid et distant. Les gens peuvent le trouver agressif par moments. En effet le jeune homme a du mal à se sociabiliser. Il dresse un mur entre lui et les autres. Relativement discret, il essaye de ne pas se faire remarquer. Au fond Orion est un jeune homme triste. Avant la guerre la schizophrénie d'Orion avait déjà placé une distance entre lui et les autres. Sa maladie lui force l'isolement. Après la mort de ses deux amants son isolement s'est accentué. Le jeune homme est sujet à un grand chagrin d'amour qui lui enlève toute joie de vivre. Il n'est plus qu'un être morne tourmenté par de vieux démons. Il est hanté par la mort de ses deux amants et n'arrive pas à passer à autre chose. Orion s'en veut pour la mort de William. Il considère que la mort de son amant est de sa faute. Parmi ses hallucinations auditives se trouve une voix masculine qui se veut agressive. Cette hallucination est due à sa culpabilité. Le garçon est terrorisé par l'idée de perdre à nouveau quelqu'un. Il sait qu'une nouvelle perte pourrait le détruire complètement. Toute cette tristesse avec le temps s'est transformé en haine. Orion a tendance à rapidement s’énerver et à être énervé par les autres personnes. Il fuit donc les relations sociales. Par peur de s'emporter, par peur de ne pas s'intégrer ou tout simplement par peur de perdre une fois de plus une personne importante à ses yeux.
Cependant le garçon essaye de ne pas se laisser abattre et fait tout pour pouvoir s'en sortir. Quand on connaît le garçon on peut trouver une personne très attacher à ses amis. C'est quelqu'un de très sympathique qui a peur d'être blésé à nouveau. Il est très tactile et s'attache facilement. C'est un garçon passionné qui aime les arts en tous genres. C'est quelqu'un de relativement calme qui peut se transformer en une tout autre personne une fois en colère. Ça seule envie est celle d'être heureux et d'être libre. Cependant à Madtown le garçon n'a pas toute sa liberté. Priver de ses muses alcool et drogues, il s'ennuie profondément. Il est donc à la recherche d'occupation. Bien qu'il ne veuille pas renouer de liens avec qui que ce soit au fond de lui il veut trouver une personne qui pourrait penser ses blessures et ses démons. Que ce soi un ami, un mentor ou un amant.



Histoire
Ma tête me fait horriblement mal et des spasmes prend tout mon corps. J'ai l'impression que je vais vomir. J'essaye de me relever mais mon crâne est bien trop lourd. J'ai l'impression qu'il est rempli d'eau ou d'un gaz toxique qui empêche mon cerveau de respirer. J'aimerais juste faire un trou dans mon crâne et laisser tout ce qui est mauvais disparaître avec le gaz. Je me laisse retomber sur le lit. Je n'ai pas la force de bouger. J'aurais plus qu'à changer les draps. Je sens ma gorge se contracter et mon estomac se tendre. Je sens la remonter arriver. Je trouve la force de me retourner d'un coup laissant ma tête pendre dans le vide. Je commence à tousser de plus en plus fort. Je sens un liquide sortir de ma bouche. Ma gorge et mes poumons me brûlent. J'observe le sol et me rends compte que le liquide en question n'est autre que mon sang. « Putain fait chier... » Je soupire. Mon regard se perd sur le mur en face de moi. Mon crâne me fait mal, ma gorge me fait mal, mes poumons me font mal. Je suis pitoyable. Allonger en face de mon propre vomi, les yeux river sur le mur, la bouche ouverte. Je les entends murmurais. L'un se moque de moi et m'insulte, l'autre elle panique. Elle a peur et me dit que je vais mourir. Les murmures deviennent des hurlements. Ma tête me fait de plus en plus mal. « Rah ! Fermez là ! » Je me retourne brusquement pour atteindre l'autre côté du lit. Je prends ma tête entre mes mains. J’attends calmement jusqu'à ce que les voix ne redeviennent plus que des murmures. Je baisse les yeux et mon regard se pose sur une petite boîte posée à côté de mon lit. Mon cœur se serre. Je la fixe un moment avant de l'attraper du bout des doigts

Quand j'ouvre la boîte je tombe directement sur cette photo, notre photo. Je l'observe le cœur rempli de nostalgie. Sur la photo je peux voir Céleste et William. J'ai toujours trouvé que Céleste était une très belle fille. Elle était tellement souriante et rayonnante. Elle était douce et gentille. J'adorais son parfum. De son côté William lui était plein de vie et remplit énergique. J'aimais faire du sport avec lui. Il avait beaucoup de problèmes avec ses parents et passait ses week-ends hors de chez lui. On rigolait beaucoup ensemble et avec lui je me sentais rassurer. Il prenait toujours notre parti avec Céleste et il faisait tout pour nous rendre heureux. Je me rappelle du jour ou a était prise cette photo. C'était un soir après le lycée nous étions partis boire dans notre cachette habituelle. C'était le garage de la grand-mère de Céleste. On l'avait aménagé pour pouvoir nous cacher du reste du monde. Ce jour-là on était en sous-vêtements et relativement saoul. On avait passé la soirée à écouter de la musique en se moquant des autres Céleste avait décidé d’immortaliser le moment avec son polaroid. Notre relation à tous les trois était relativement spéciale. Un jour, après de nombreuses bouteilles il y a eu quelques gestes déplacer entre nous. Il y a eu quelques attouchements et quelques baisers. On avait décidé d'éviter le sujet, jusqu'au jour où nous avons passé la nuit tous les trois. Après cette nuit notre relation était devenue vraiment fusionnelle. Cette amitié est devenue tellement forte que nous sommes passé du statut d'amis au statut amants.
Nous étions dans la phase de notre vie où l'on se croyait seul contre tous. Nous en voulions à la terre entière et nous avions un grand sentiment d'incompréhension. Trois jeunes perdues dans la campagne anglaise. On était les anomalies. Nos vêtements étaient trop extravagants pour eux. Tout le village nous connaissait. Nous étions pointés du doigt et cela accentuer notre haine envers les autres. Nous nous étions donc plongé dans notre petit monde. Il n'y avait qu'amour entre nous et haine envers les autres. On passait nos journées à baiser, fumer, boire, rigoler. On était complètement coupé du monde extérieur. Maintenant je ne sais pas si j'étais réellement amoureux d'eux ou s'il s'agissait juste de pure passion, mais à l'époque ils étaient tout pour moi. Plus la relation que j'avais avec mes parents se dégrader plus ma relation avec William et Céleste s'intensifiait. Le point de rupture a été l'annonce de ma schizophrénie la vie avec mes parents était devenu un enfer et j'ai commencé à me droguer. Je le faisais pour oublier mes problèmes. Maintenant je sais que mes parents tenaient à moi. Il s'inquiétait juste a leurs manières. Malgré moi j'ai entraîné William et Céleste dans la drogue. Une des nombreuses choses que je regrette.

Un week-end mes parents était parti en voyage alors j'avais invité Céleste et William pour le week-end. Céleste n'avais pas pu venir suite au décès de sa grand-mère. La nouvelle avait été un choc pour nous. On aimait vraiment la grand-mère de Céleste. Évidemment on n'avait pas été invité à l'enterrement. Les parents de Céleste nous détestaient. Il considérait que l'on était de mauvaise influence pour leurs filles. Ils avaient bien raison. Alors je m'étais retrouvé seul avec William. On a passé le week-end à baiser et à nous droguer. Malheureusement mes parents étaient revenus plus tôt que prévu. Ils nous avaient trouvés dans une position plutôt incommodante. Tout l'alcool et la drogue étaient posés en évidence sur la table du salon. Mes parents avaient vraiment pété un câble. Ils étaient très intolérants et n'acceptent pas ma relation avec William. J'étais pour eux "un dégénéré de droguer". Ils disaient aussi que si jetaient comme ça c'était parce que j'étais fou. Que ma maladie était la cause de mes problèmes de drogue et de ma bisexualité. Mes parents et ceux de William avaient décidé de nous envoyer dans une école priver très stricte. Ils pensaient que cela nous remettrait dans le droit chemin. Je me dis que Céleste a eu de la chance de ne pas être là ce week-end. Nous n'avions pu voir Céleste qu'une fois avant notre départ. Elle n'avait pas arrêté de pleurer. Elle nous en voulait de la laisser seule ici. Avant de partir nous avons tous les deux fait la promesse à Céleste de revenir pour elle et qu'aucune fille autre qu'elle n'entrerait dans notre vie. Qu'elle serait notre seul amour. Nous avons passé plusieurs mois avec William dans cette école. Je partageais ma chambre avec un mec fan d'arme blanche. Il passait son temps libre à nous apprendre à utiliser différents types d'armes. Voulant en apprendre plus avec William nous avons décidé de prendre comme activité extra-scolaire certains sports de combat. On voulait apprendre à nous défendre pour nous et Céleste. À ce moment le sport était notre seule échappatoire. Les journées dans cette école étaient horribles. Le stress était que mes crises étaient de plus en plus fortes. William lui était déprimé.

Un jour on a craqué. Alors on a pris la décision de partir. On pouvait plus rester dans cette école. On était à notre limite. Notre décision était prise nous voulions partir en vacances loin de tout ça. Partir l'espace d'un mois, loin de tout. On voulait faire la méga fugue de l'année. Alors une fois rentré pour les vacances j'ai volé de l'argent à mes parents. Avec cet argent nous avions acheté trois bagues de fiançailles et des billets d'avion. Nous sommes allé chercher Céleste et on a disparu dans la nuit. L'avion nous avait emmenés à New York. J'ai passé là-bas la meilleure semaine de toute ma vie. On sortait tous les soirs, on faisait la fête sans se soucier de rien. L'alcool, la drogue et le clope coulaient à flots. On passait tous les matins au lit à se câliner et à récupérer les soirées de la veille. Là-bas on s'est « marié ». Bien que tout cela n'avait rien d'officiel, qu'aucun papier ne le stipulait, pour nous c'était réel. J'avais vraiment l'impression d'être libre et que tout mon souci s'était envolé. J'étais avec les deux personnes que j'aimais le plus au monde et personne pour nous Déranger. Seulement un soir on avait trop fait la fête. Ce soir-là j'ai fait une overdose. J'ai passé un certain a l'hôpital. Quand je me suis réveillé la fin du monde avait commencé.

Quand la guerre a commencé, nous sommes restés caché dans cet hôpital. Nous devions reprendre l'avion mais les bombardements avaient commencé. Certaines villes avaient été toucher. Il nous était impossible de rentrée chez nous. Nous sommes alors resté cloîtré à regarder le monde tomber. Quand les vivres ont commencé à manquer dans l'hôpital nous avons volé tout ce qui pourrait nous être utile. En nous munissant de toutes les protections possibles nous sommes sortis. Nous nous sommes alors mis à vagabonder évitant les zones à risques et à la recherche perpétuelle d'eau encore potable. J'ai fait de nombreuses choses dont je ne suis pas fière... mes souvenirs les plus noirs reviennent à cette période.

À ce moment j'étais prêt à tuer pour eux. La seule chose qui était importante était nous. Plus le temps passé et plus nous tombions malade. Je nous voyais mourir à petit feu. Mes crises étaient de pire en pire. Je n'arrivais pas à les gérer. Puis un jour Céleste tomba malade elle avait une forte fièvre et n'arrivait même plus à marcher. Avec William on était obligé de la porter. J'étais tellement inquiet. Jusqu'à ce que je trouve cet homme qui avait réussi à trouver des médicaments. Alors complètement désespérer je l'ai attaqué à l'aide d'un couteau. Je devais récupérer les médicaments pour Céleste. Ce que je ne savais pas c'est que l'homme était armé. C'était un genre de survivaliste qui avait déjà prévu la guerre. Ce mec avait un flingue... un putain de flingue. Paniqué à la vue du flingue je me suis vite écarté évitant de justesse de me faire tirer dessus. Je n'avais juste pas pensé que William se trouver derrière moi. Il n'avait pas vu l'arme et n'avait pas pu éviter la balle. Quand l'homme a vu ce qu'il avait fait il est juste parti en courant. Me laissant paniquer à côté du corps de William. J'en ai la nausée rien que d'y penser à nouveau. La balle avait toucher son poumon et je n'avais rien pour le soignait. J'ai essayé de le ramener au campement. Il est mort lors du trajet. Je ne saurais pas décrire ce que j'avais ressenti ce jour-là. À vrai dire je ne me rappelle plus vraiment ce qui s'est passé après sa mort. Je n'ai plus qu'un gros black-out. Je me revois juste au campement face à Céleste entrain de pleurer. J'étais dévasté. Je ne savais pas comment j'allais faire pour survivre sans lui. Il était tout pour moi. Il m'était tellement important. Je n'avais pas la force d'avancer sans lui mais je le devais pour Céleste. Je devais me battre pour elle. Il ne restait plus qu'elle. Je ne pouvais pas la perdre. Pourtant Céleste ne passa pas la semaine. Elle était trop malade. Je n'avais pas de médicament, je manquais de vivre et je n'arrêtais pas d'avoir des black-out. Elle est morte dans mes bras au milieu d'une nuit. Elle semblait sereine et heureuse de partir. Elle était trop fatigué pour se battre. Juste avant de mourir elle me fit dont son vieux polaroid cassé est une photo de nous trois. Elle l'avait gardé contre elle tout ce temps. Elle disait que c'était son porte-bonheur. Je me suis donc retrouvé seul, malade et affamer.

J'avais un grand vide au niveau du cœur. Mes deux grands amours étaient partis en l'espace d'une semaine. Je n'avais plus la force d'avancer. J'ai airé plusieurs jours songeant à les rejoindre, à mettre fin à mes jours. Je ne sais même plus comment j'ai fait pour survivre. J'étais vide. Je marchais sans réelle conviction. Je n'avais pas la force de manger. Puis je l'ai trouvé Madtown. Au début je n'ai pas vraiment compris de quoi il s'agissait. Tout autour du dôme des survivants. Ils essayer de rejoindre la ville. J'ai donc appris ce qui se passait ici à l'aide de certains survivants. Je suis resté avec eux un certain temps non loin du dôme. J’attendais juste un signe ou quoique se soit. Un jour le dôme s'ouvrit. Alors j'ai compris. Je devais avancer. Je devais vivre. C'était mon signe. J'ai tout fait pour entrer. J'ai dû passer par des tonnes d'examens médicaux. Comparer aux autres personnes que j'ai vues je n'étais pas vraiment atteint. J'étais même plutôt chanceux. Quand je voyais toutes les mutations génétiques, les nécroses et déformation physique. J'étais plutôt heureux de mon état. Je n'ai pas évoqué ma maladie... j'ai juste parlé de l'asthme que j'avais développé et des nausées fréquentes. Je préférais mettre toutes les chances de mon coté. Au final j'ai été admit à la seule condition que j'accepte de me faire injecter une puce. J'ai bien évidemment accepté. Ma condition physique me permanentait d'entrer... Je sens sur ma joue une de mes larmes couler. D'un mouvement rapide j'essuie la larme sur ma joue. Bien que j'essaye d'avancer je n'arrive pas à oublier. Maintenant je suis là sur mon lit, horriblement seul et toujours aussi triste à me dire que tout ce dont j'ai envie c'est une bouteille d'alcool. Je ressens mes nausées revenir. Je ferme vite la boîte et essaye de me diriger vers les toilettes.
Murphy
avatar
PCLK : Non
Date d'inscription : 06/01/2014
http://deadend.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DEAD end :: Prélude :: Inventaire :: Fiche :: Ouverte-