Notre monde est détruit.
WWIII, l'ultime guerre, l'a anéanti il y a déjà deux ans.
Obligé de se cacher la première année, aucun survivant ne sait vraiment ce qui s’est produit.
Aujourd'hui, la terre n'est qu'un enfer perpétuel, où chacun tente de tenir un jour de plus.
Au cœur de cette horreur se trouve MadTown, seul vestige de notre civilisation passée.
Dans cette ville, la vie continue son cours, ignorant les affres de cette fin des temps.
Depuis sa découverte, les survivants se pressent aux parois du dôme.
Ceux qui refusent la surveillance permanente s'entassent aux alentours, quand ils ne rejoignent pas les rangs des dissidents.

Combien de temps encore, les immortels tiendront-ils la ville ?
Les nouveautés
► 23/06/2018 : Venez semer la Discord !
► 22/06/2018 : Nouvel event contextuel Freedom
► 10/06/2018 : Bienvenue en Mars 2017 !
(...)
► avril 2014 : Ouverture du forum
Important
Forum R18: contenu mature et violent. Les relations homosexuelles sont les bienvenues. Minimum : 300 mots, 1 RP/mois
Crédit
Le contexte vient du fondateur. Le thème est un généreux don de Myrddin d'Epicode/John d'Insomnia. Quelques codes viennent de Cccrush.
Le staff
Fondateur: Kumio
Dispo • MP •
Modérateur: Abel
Semi-absent • MP •
Modérateur: Valerian
Dispo • MP •
Votez pour

Anderson Sheryl • Little freak •

 :: Prélude :: Inventaire :: Fiche :: Ouverte Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 17 Juil 2018, 20:55

Anderson
Sheryl
Orientation : Hétéro'
Peurs : Du vide ou etre en hauteur (j'ai des vertiges à chaque fois) et les araignées
Ambitions : Pouvoir faire une solution qui copie son pouvoir en améliorant les capacité du cerveaux

▬ ft. Flaky de Happy Three Friends en version Anime

Âge : 19 (même si on m'en donne 15...)
Nationalité : Anglaise et quelques trace d'origine australienne du coté de ma mère
Carnation : Une peau très pale, mais qui se prend des coups de soleil directement au lieu de bronzer.
Taille : 1m62, les deux centimètres sont très précieux.
Corpulence : Je fais juste souvent du sport pour me maintenir en forme, surtout de la danse. Et si c'est une question cachée.... Non je ne sais pas me battre. Mais je sais faire des claques.
Cheveux : Ils sont long, crépus et comme si une bombe avait explosé sur ma tete, me coiffer c'est mon enfer du matin. Je suis aussi née albinos, alors normalement ils sont blanc, mais je les ai teint en rouge car les remarques commençait à m'irriter. Pourquoi du rouge ? C'est juste ma couleur favorite.
Yeux : Puisque je suis albinos de naissance, ils sont rouge au naturel. Malheureusement ils sont aussi très expressif. Je suis myope comme une taupe donc je suis souvent avec mes lunettes, et quand il y a trop de lumière je passe pour les lunettes de soleil étant donné que mes yeux sont très sensible.
Signe(s) distinctif(s) : Ma taille, mes cheveux, et mes yeux sont déjà de gros signes distinctifs.


► Situation raciale : Survivant ~ Contyp


► Classe Social : Scientia ~ Apprentie Neurobiologiste ~ Etudiante en 3eme cycle à Mengele


► Biens : Toujours des mouchoirs sur moi au cas ou, des sucres et un verre de glace pilée. J'ai aussi toujours un nouveau livre, roman psychologique ou un bouquin sur le cerveau et aussi des lunettes (une de vue simple et l'autre pour le soleil).
Il parait que je fais partie de ceux qu'on appelle les "surdoués"

Pour comprendre comment je suis autant vous dire simplement comment les personnes me trouve. Après tout c’est logique.
La première personne qui peut prétendre me connaitre un peu c’est celle qui me surnomme « Little Freak » (petit monstre), c’est à dire ma mère. Elle dirait que je suis parfois dénuée d’empathie. La mort pour moi n’est rien. À chaque enterrement ou perte du animal, qu’il me soit chère ou non je ne ressent pas de tristesse ou de frisson. Elle dirait que je suis trop sérieuse, que je ne pense qu’a lire des bouquins sur le cerveau. Personnellement je n’aime pas ma mère. Elle a bannis mon père qui essayait de faire le bien avec ses recherches.
Une seconde personne, enfin la c’est un groupe, qui pourrait parler de moi c’est tout mes professeurs. Ils vous diront tous que je suis surdouée ou je suis un prodige. Mes enseignants de mes années d'études diront que j’ai sauté une classe car sinon je m’ennuyais. Les autres diront que j’ai eu des notes parfaites. Je n’aimais pas comment on se pliait en quatre devant moi pour avoir les réponses.
Quelqu'un d’autre, celui qui me connait le plus, et qui a été mon seul véritable ami dirait que même si je regarde les personnes qui se font tabassé avec un regard impassible, je suis quelqu’un qui reste un peu trop émotive pour le reste, du genre je m'énerve pour presque un rien et ma passion envers le cerveau se voit tout de suite dans mon regard, il pourrait presque y avoir des étoiles. Il vous dévoilerait aussi que parfois je suis tellement paresseuse que je ne peux même pas bouger un doigt, mais en même temps j’aime dormir. Il vous affirmerait aussi que je suis un peu trop passionné par le cerveau. Qu’il m’arrive parfois, enfin toujours, d’être trop bavarde. Et que je suis un peu maladroite parfois.
Moi je vous dirais que j’aime travailler seule même si j’aime parler aux autres. Pour continuer sur mes gouts, vous devez savoir que je suis une grande fan de glace pilée. Et du cerveau mais ça je pense que vous l’avez compris.
Mon seul « tique » enfin si s’en est un, c’est de soupirer assez facilement. Quand la personne ou le cour est ennuyant, quand je m’énerve par les maux de têtes qui m’empêche de faire ce que je fais, enfin bref quasiment tous le temps. Aussi au bunker il n'y avait pas vraiment de musique, juste une suele : Moritat - Mackie von Messer, du coup je l'écoute souvent.


C’est un 15 février que ma mère, une simple infirmière, décide de m’appeler Sheryl. Il parait que c’est un vieux prénom britannique qui signifie « champ lumineux ». J’ai aucune idée du pourquoi. Elle ne m’a pourtant pas choyé. Aucun surplus de cadeaux, et pourtant je suis une gosse de riche. Mon père était un psychologue assez réputé mais il a disparus ou alors il est partis j’en sais trop rien. Des que j’aborde ce sujet avec ma mère elle se met à l’insulter et après elle change de sujet. C’est un peu plus tard que j’ai appris un chose mais je vais y revenir.
Ma commence donc par des cris et des servantes qui s’occupe de moi au lieu de ma mère trop occupé par son travail. Et surtout un suivis des médecins. "Il faut faire attention à sa santé". C’est naturel rien de transcendant. Ma vie continue et voila que je commence à aller à l’école. Au début, évidemment on me traite différemment car je suis albinos. J’ai jamais compris pourquoi. Il y a d’autres personnes bizarre mais non, c’est moi qui me prend tout. Mise à part ça, les travaux étaient trop facile pour moi. Mais je ne disait rien vu que je pensais que c’était pareil pour tout le monde. J’avais pas non plus l’occasion d’en parler à ma mère et autre autres Doc' ? Non merci, ils était aussi aimable que des balais à chiotte. Je jouais toute seule le reste du temps.
Et ma vie continue…
C’est vers mes 8-9 que ma mère découvre mon manque d’empathie, elle me voit juste en face d’un chien mort d’un mauvais traitement au vu des blessures, je voulais juste l’emmener dans une poubelle. Suite a cet événement elle m’emmena chez un psychologue. Il parait que c’était un ami a mon père. Il lui raconta que chez un enfant en manque d’affection ça arrive et aussi que ça allait passer. C’était juste passager. Cette révélation marqua ma mère et elle décida juste de passer plus de temps avec moi.
C’est un an après a ce moment, qu’on se rend contre que je suis une surdouée. L’arrivée a mon école enclenche de nouvelles remarques pour mon apparence. C'est la que j'ai eu un ami. Le premier. Qui n'était pas la pour les notes car à vrai dire il s'en foutait royalement. Il tapait plus qu'il réfléchissait. Un cancre et une surdouée. Total opposés. Mais on était inséparables quand même. Et avec tout ça ma vie continue.
C’est à mes 13 ans, que je découvre quelque chose sur mon père. Il faisait des recherches sur le cerveau. Ses capacités principalement. Après les avoir consulter, au bout de 2 ans je me met à le rejoindre dans sa passion. Le fait que je m’ennuie trop en classe se fait voir et on me fait monter dans une autre. J’étais totalement impassible lors des examens. Mais ma vie se continuait.
Puis 2014 se pointa. Et c’est à ce moment que je compris que finalement être une gosse de riche, c’était pas si mal mais mon ami avait disparus sans laissé de traces. Tout le monde le disait mort mais moi j'espérais que non. La paranoïa de mon père lui avait poussé a construit un bunker. Par chance ou non presque 30 minutes après la vague de missile , enfin se que je supposais être des missiles, ma mère m’y emmena avec tout le domestiques. Moi je m’en fichais si ils y restaient. J’avais toujours se manque d’émotions. Mais ma mère non. Elle disait qu’elle ne pourrait pas supporter que quelqu’un meure sous ses yeux.
Même si aux début les conditions n’étaient pas les pires, certains s'inquiétaient pour le reste de leurs famille et partaient. Ils ne revenaient jamais. La population du bunker se réduisait a ma mère et moi. Ainsi que le peu de vivre qu’on avait réussi a sauver. Dès le début ma mère se contentait du minimum et m'incita a le faire. Pour vivre plus longtemps. Ce qui m'a fait tenir c'est la lecture, la seule musique qu'on avait, ma mère et la pensé de revoir mon ami. La santé de ma mère se dégradait, seulement de mois en mois, puis toutes les deux semaines, ensuite seulement toutes les semaines et enfin en fin 2015 tout les jours. Elle crachait du sang, elle avait des hallucinations et perdait la mémoire, parfois même elle avait des absences. C’était toujours elle qui sortait pour voir les nouvelles. Alors quand sont état ne le permettait plus j’y allais, et aussi pour cherché mon ami, mais je revenais avec aucune autres nouvelles. Certains pourrait trouver qu’on était descendus en enfer. Les gens en sang j’en ai vu mais je restais toujours impassible. Je les ignorais.
C’est pendant ces deux années que mon pouvoir se révéla. Je lisais des livres laissé a l’abandon. Pendant 30 minutes je retenais tout du livre. Je pleurais. Et ensuite je compris pourquoi. Je passais mon temps à m’occuper de ma mère et de la découverte et du contrôle de mon pouvoir et a la recherche de mon ami.
Puis le 24 juin 2016 ma mère n'était plus la même. Elle allait bien, enfin mieux. Elle me confia une carte de crédit en disant qu'elle avait été a mon père. Qu'il avait vécu un ans a Manchester.
Et le soir me souffla juste de continuer mes rêves en guise de dernière parole. C’est la que j’entendis quelques jours après une histoire avec le Dome.
Le 26 juillet 2016 me voila dans ce Dome. Cette ville. Même si pour y entré ça n'avait pas été très facile. Des tests à la con, un peu trop con. Mais lors d'un des tests on me questionna, mais ils aurait tout simplement pu me demander si j'étais surdouée. La j'avais rien d'autres a perdre alors je dévoila mon pouvoir et mes ambitions.
Des mon arrivée je pris les choses en mains. Renseignement et découverte du centre scolaire Mengele. Par chance l’argent de ma famille n’avait pas disparut, mais en voyant les chiffres sur le compte mon coeur loupa un battement. Je ne savais pas que mon père avait autant d'argent. Je m’y inscris en 3eme cycle et pris connaissance de mon nouveaux chez moi. Une chambre au dortoir. L’année suivante je me replonges dans mes études, je m’informa au mieux du reste du monde, enfin des races, des classes sociales et tout le reste. Mon objectif ne se changeait pas, celui de retrouver mon ami non plus. J’étais toujours passionné pour les capacités du cerveau. Même si récemment la glace pilée m’intéressais aussi.
Et me voila aujourd’hui… Ou ma vie continue…


Pouvoirs
Et si vous pouviez augmenter une capacité de votre cerveau ? La réflexion, les capacités mathématiques (logique et les calculs), votre orientation ou encore votre concentration ainsi que la réflexion, voila ce qui est de mon pouvoir. Pour ça la condition « d’activation » est que je dois pleurer. Ensuite je dois choisir une des capacités à amélioré puis stimuler directement la zone du cerveau concernée. Je ne peux cependant l’utilisé qu’une heure au maximum. Au delà c’est comme quand je me force à pleurer, les répercussions doubles.

Effets secondaires
Les effets secondaires, tout d’abord juste après l’utilisation je saigne du nez a n’en plus finir. Pendant 10 longues minutes, et c'est aussi pour ca que j'ai du sucre en permanence sur moi. Ensuite j’ai des migraines ophtalmiques pendant toute une semaine, chaque jour, et même plusieurs fois par jour. C’est comme une migraine classique auxquels s'ajoutent des scintillements ou des tâches qui apparaissent dans le champ visuel. La migraine ophtalmique se traite au moment des crises avec mise au repos dans le noir et aussi une possibilités de les calmer avec un anti douleurs, cependant dans mon cas seul le noir peut me calmer.
Murphy
avatar
PCLK : Non
Date d'inscription : 06/01/2014
http://deadend.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DEAD end :: Prélude :: Inventaire :: Fiche :: Ouverte-