Notre monde est détruit.
WWIII, l'ultime guerre, l'a anéanti il y a déjà deux ans.
Obligé de se cacher la première année, aucun survivant ne sait vraiment ce qui s’est produit.
Aujourd'hui, la terre n'est qu'un enfer perpétuel, où chacun tente de tenir un jour de plus.
Au cœur de cette horreur se trouve MadTown, seul vestige de notre civilisation passée.
Dans cette ville, la vie continue son cours, ignorant les affres de cette fin des temps.
Depuis sa découverte, les survivants se pressent aux parois du dôme.
Ceux qui refusent la surveillance permanente s'entassent aux alentours, quand ils ne rejoignent pas les rangs des dissidents.

Combien de temps encore, les immortels tiendront-ils la ville ?
Les nouveautés
► 14/11/2018 : Anna rentre dans le staff, elle se chargera des partenariat. Un grand merci à elle !
► 23/06/2018 : Venez semer la Discord !
► 22/06/2018 : Nouvel event contextuel Freedom
► 10/06/2018 : Bienvenue en Mars 2017 !
(...)
► avril 2014 : Ouverture du forum
Important
Forum R18: contenu mature et violent. Les relations homosexuelles sont les bienvenues. Minimum : 300 mots, 1 RP/mois
Crédit
Le contexte vient du fondateur. Le thème est un généreux don de Myrddin d'Epicode/John d'Insomnia. Quelques codes viennent de Cccrush.
Le staff
Fondateur: Kumio
Dispo • MP •
Modérateur: Abel
Semi-absent • MP •
Partenariat: Anna
Dispo • MP •
Votez pour

Redessinons le monde aux crayons de couleur

 :: MadTown :: Plaisirs :: /!\ Espace Vert :: /!\ Parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 23 Sep 2018, 17:32


Il faisait plutôt frais aujourd’hui. Les températures n’avaient pas encore remontées malgré les prémices d’un printemps bien prometteur. Mais voyons le côté positif. Au moins, il ne pleuvait pas. L’après-midi était plutôt grise, mais le temps restait parfait pour faire une petite sortie à l’extérieur. Un moment d’autant plus agréable après les cours, pour décompresser un peu. Avec tout ce qui s’était passé durant ces quelques mois, Abel n’avait plus eu l’occasion de sortir, que ce soit pour aller au parc ou dans la roseraie. Il passait son temps cloitrer chez lui, ne montrant son nez que parce qu’il fallait bien aller à l’école. Sinon, le garçon resté barricadé dans son appartement, de peur de faire une mauvaise rencontre.

En même temps, il ne faisait pas bon vivre pour les cauchemars sous le dôme. Avec les nouvelles lois qui étaient passés, sa situation était précaire. Traquer les cauchemars pour en faire des animaux de compagnie bien dociles. Rien que d’y penser, cette idée lui donnait froid dans le dos. Raison pour laquelle il ne faisait pas de vague et essayait de se faire oublier. Il employait rarement sa forme de coyote, essayant de ne pas attirer l’attention sur lui. Il était un étudiant à Mengele, tout ce qu’il y avait de plus normal. Il s’efforçait à y croire, taisant une fois de plus ses gênes animales. Si les autres pouvaient le voir comme quelqu’un de normal et non comme un danger potentiel, sa vie n’en serait que plus facile. Qu’on lui laisse sa chance et il pourrait montrer à tout le monde qu’il n’était pas un animal sauvage, prêt à mordre n’importe qui.

Pour l’heure, le blond était relativement tranquille. BH n’avait pas encore envoyé ses sbires pour le capturer. De même, la milice n’avait pas trop l’air de s’intéresser à son cas. En même temps, il était un étudiant studieux, bon élève et assez discret. Pas casier judiciaire, un jeune homme tout innocent, tout blanc. Certes, il connaissait des Dissidents, mais pour le peu de contact qu’il avait avec eux, il ne sentait pas en danger de ce côté-là. Pareil avec Kumio… Abel avait travaillé pour lui tout un temps avant que le bleu ne se volatilise. Il doutait concernant la mort du chasseur de prime. Quelque chose lui disait qu’il était toujours là, à rôder en ville et à parfaire ses méfaits. Peut-être le recroiserait-il en jour ? C’était à Hakkyou d’en décider. Le jeune cauchemar ne comptait pas reprendre contact avec lui. Ce type était bien trop effrayant et imprévisible pour vouloir le côtoyer de près.

Le parc… Qu’est-ce qu’il aimait cet endroit. Seul espace de verdure intact sous le dôme. Certes, il y avait bien le bois à la périphérie de la ville. Ce n’était pas pareil. Le gamin se sentait bien plus en sécurité dans le parc que dans cette pseudo forêt. Qui savait sur quoi on pouvait tomber dans ces bois… Avec la rumeur de ces bestioles venues de l’extérieur du dôme et qui avaient réussi à se faufiler dans les rues de la ville. Abel n’en avait pas vu une seule. Mais il parait qu’elles avaient fait un carnage dans les rangs de la milice. Ça aussi, cet incident lui donnait des frissons. Et Dieu savait les événements auxquels le blondinet avait échappé. Ce n’était pas une si mauvaise idée de rester enfermé chez soi.

Abel s’installa sur un des bancs qui parsemaient le sentier du parc. Il posa ensuite son sac à dos à côté de lui, ayant pensé à emmener son bloc à dessin. Ça faisait longtemps qu’il n’avait plus pris la peine de venir dessiner dans le parc. Ces petits moments en solitaire et au calme lui manquaient. Mais maintenant que la situation concernant les cauchemars semblait se tasser un peu, l’étudiant allait peut-être pouvoir sortir à nouveau et prendre du bon temps au parc. C’était un bon plan, pour les semaines à venir. Et une véritable bouffée d’air frais, autant au sens propre qu’au sens figuré. Cette sortie lui faisait réellement du bien.

Le garçon fouilla dans son sac pour en sortir un plumier. Il prit un crayon et s’installa confortablement sur son banc. Il observa un instant les alentours, profitant du calme paisible des lieux. Il garda sa veste sur le dos. C’est qu’il faisait frais lorsqu’on n’était plus en mouvement. Cependant, Abel s’en accommodait très bien. Lorsqu’il dessinait, peu lui important la température extérieure. Dessiner des paysages enneigés avec quelque chose de très relaxant, donc le froid ne l’empêchait pas de se perdre dans son petit plaisir artistique. Le blond choisit alors un morceau de l’allée face à lui et commença à griffonner sur le papier, laissant ses pensées vagabonder et son corps se détendre tout doucement.


Abel Marshall
Cauchemar
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Confiant
Date d'inscription : 12/11/2014
Age : 25
Localisation : Dans son appart'
Revenir en haut Aller en bas
Sam 29 Sep 2018, 18:03
Skey Ripper
Abel Marshall
Redessinons le monde aux crayons de couleur


« Tu comptes vraiment y aller ? Tout ce que je pourrais te dire ne te fera pas changer d’avis ? »

Skey laisse échapper un sourire qui donne à lui seul la réponse aux interrogations de son bras-droit. Oui, il compte se rendre dans ce lieu qui ressemble davantage à une prison qu’une ville. Le fait qu’elle soit ouverte pendant deux jours, sans contrôle aux portes et postes de surveillance et une aubaine qu’il ne peut décemment pas louper. Evidemment, il pourrait laisser ses espions faire leur boulot et venir l’informer quand le moment sera venu ; sauf qu’il ne le voit pas sous cet angle. Ce n’est pas tous les jours qu’il peut pénétrer dans cet endroit où vivent nombre des siens ; parfois tels des animaux de compagnie. Cette simple pensée suffit à lui faire serrer les mâchoires. Non, qu’importe le nombre de fois où il pense à ce sujet, il est obligé de sentir la colère l’envahir. Ils ne sont pas des animaux ! Qu’importe la forme qu’ils peuvent prendre lorsqu’ils le désirent et les comportements parfois plus animaux qu’humains des siens. Il n’en reste pas moins qu’il est inconcevable de les réduire à l’état d’animaux de compagnie.

Luna s’approche de son Alpha et pose sa main à moitié gantée sur son bras pour qu’il se souvienne de sa présence et surtout pour qu’il n’échappe pas à la fin de la conversation car elle le connait bien. Elle ôte rapidement sa main car la période n’est pas la plus propice pour les contacts, même si elle se termine. Skey baisse les yeux sur la chouette et fait une petite moue avant de s’étirer.  

« Je veux voir les choses par moi-même Luna. Et je ne serais pas seul, j’ai des Queues en place là-bas. »


La jeune Cauchemar lève les yeux au plafond de fortune au dessus de leur tête et rend les armes. Elle sait que quoi qu’elle dise, Skey ne va pas l’écouter et se rendra sur place. Tout ce qu’elle espère, c’est qu’il en ressorte le moment venu. Elle n’ose imaginer ce qui se passerait si un autre Alpha venait à prendre sa place. Elle secoue la tête pour chasser ses pensées et hoche la tête.

« Je vais rassembler des Griffes pour patrouiller près du Dôme. Pas trop près, je ne suis pas stupide. » Ajoute-t-elle en sortant de la tente du blond.

Il sourit en la voyant partir et se prépare. Il troque son éternel sweat-shirt rouge pour un gris foncé. Il n’a pas envie de se faire repérer dans les rues de la ville, quand bien même les contrôles ne sont pas assurés par leur force de police. Il place un poignard dans sa botte droite, il pourra toujours se transformer en cas de besoin mais il préfère ne pas avoir recourt à ce procédé, surtout dans cette ville de malheur pour les siens.

Une fois dehors, Luna l’attend avec cinq Cauchemars spécialisés pour leur discrétion et leur rapidité d’action. Ce n’est pas pour rien qu’elle est son bras droit.
Au fur et à mesure qu’ils se rapprochent du Dôme, leur source de lumière se tarit et les lampions utilisés pour se diriger dans ce noir absolu sont plus espacés. Les portes sont effectivement ouvertes et certains rentrent quand d’autres semblent sortir. Il note un couple qui franchit le poste de surveillance. Ce qui l’a attiré est l’homme qui accompagne la femme au masque : c’est un Cauchemar. Mais il n’est pas là pour lui et s’il sort, Skey sait que d’autres Evènes s’en occuperont. Luna lui souffle de faire attention à lui et après l’avoir décoiffée, l’Alpha les laisse pour continuer sa route.

Il ne coupe pas à la douche de décontamination. Moment des plus désagréables selon lui. Ses sens coupés de tout, il n’apprécie pas du tout. Et une fois dans la ville, les odeurs sont bien différentes de celles à l’extérieur. Il n’arrive pas à savoir s’il préfère l’air contrôlée et purifiée d’ici à celle à laquelle il s’est accoutumé depuis des années. Les habitants semblent profiter de cette liberté gentiment offerte par le dirigeant en place. Il repère l’une de ses Queues à l’odeur avant même de le voir. Un simple croisement de regard et le Cauchemar se font dans la masse.

Skey navigue dans les rues, observant plus qu’il ne se mêle à la fête qui occupe la plus part des individus. Les accolades de certain-e-s catins auraient pu lui plaire à une autre période de l’année, sauf qu’il est encore sujet son résidu asexuel pour quelques semaines. Alors il les repousse aussi aimablement qu’il le peut. Dire qu’il ne fait même pas attention aux traits attirants d’un des hommes qui l’aborde.

Le temps passe et il finit par se diriger vers le parc, espace de verdure qui l’étonne fortement, même s’il n’en laisse rien paraitre. Avec les radiations, ce genre d’endroit est devenu rare, pour ne pas dire impossible à trouver à l’extérieur. Il vient s’assoir quelques minutes dessus, passant les doigts dans les brins qui glissent entre ses phalanges. Et c’est une nouvelle aura qui lui fait quitter des yeux un groupe non loin de lui, pour l’attirer vers un jeune homme. Un Cauchemar, seul. Décidé, Skey se lève pour aller le rejoindre et s’assoit sur le banc. Il reste à une certaine distance sans pour autant être à l’autre bout. Il observe les coups de crayon sur le papier blanc. Dans combien de temps ce jeune Cauchemar se rendra compte de sa présence et de son aura d’Alpha ? Skey sourit à cette question car il semble vraiment parti loin dans ses pensées et son dessin.

« Les espaces aussi immaculés sont rares de nos jours. »
Il souffle tout en regardant le dessin. Malgré les températures extrêmes de l’extérieur, la neige n’est plus ce qu’elle était.
Codage par Libella sur Graphiorum

Skey Ripper
Cauchemar
avatar
PCLK : Non
Sous-race : Indomptable
Date d'inscription : 11/07/2018
Localisation : Beaver en général.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Oct 2018, 13:54

Un frisson le parcourut subitement. Ce n’était pas le froid… Il faisait encore assez doux, même s’il faisait frais aujourd’hui. De plus, le jeune homme avait son manteau sur les épaules. Ce n’était décidément pas les températures plus fraiches qui le faisaient frémir ainsi. Non, bien sûr que non. C’était une sensation qu’il n’avait plus ressentie depuis un moment, depuis qu’il avait de nouveau enfoui au fond de lui sa part animale. Mais le coyote en lui faisait de nouveau surface. Et il avait senti quelque chose approcher de lui.

Abel déglutit. Si con cauchemar avait décidé de s’éveiller subitement, ce n’était pas pour rien. C’est qu’il avait senti la présence de l’un de ses semblables. Et pas n’importe quel congénère… Les gros et les plus importants. Peut-être un Alpha ? Pendant une seconde, le blond avait eu l’espoir de voir débarquer Agon, son grand loup. Apercevoir sa tignasse rouge, repérer son allure nonchalante, son odeur sauvage et musquée. Mais rien de tout ça… L’aura que le jeune percevait lui était inconnue, mais fière et indomptable. Le parfum que son odorat captait était tout aussi étranger à ce sens. Un parfait inconnu en approche. Ce qui était loin de le rassurer.

L'étudiant leva discrètement le regard de son dessin et chercha furtivement la raison de son pressentiment. En apparence, il ne détectable rien d'anormal. Il y avait d'autres habitants dans le parc et qui vaquaient à leurs occupations quotidiennes. Abel n'osa pas étendre sa propre aura de Cauchemar pour détecter l'autre animal, de peur d'attirer l'attention de gens malintentionnés sur lui. Peut-être l'indomptable était-il simple de passage et ne ferait-il pas attention à un confiant en train de profiter du parc? Le jeune se reconcentra sur son dessin, reprenant les coups de crayons tout en essayant d'ignorer la sensation désagréable qu'il ressentait encore.

Trop plongé dans ses pensées et dans son travail, le blondinet ne vit pas la silhouette s’approcher. Son instinct de survie l’alerta un peu trop tard de la présence de l’autre Cauchemar. Il releva doucement les yeux en sentant l’odeur de son congénère. Abel ne put s’empêcher de sursauter en entendant une voix s’adresser à lui, surpris qu’on vienne lui parler ainsi. Sa main manqua de laisser s’échapper son crayon. Le coyote ne s’attendait pas à être interpeller ainsi. Certes, c’était un autre Cauchemar, mais le plus jeune aurait cru que ce dernier passerait son chemin sans s’intéresser à lui. Sa présence écrasante ne le rassurait pas. La présence d’un autre Cauchemar tout court ne le rassurait pas. Il n’avait jamais été très doué avec ses semblables, hormis avec Agon.

L’étudiant posa alors son regard vert sur l’homme qui venait de l’accoster, le détaillant un peu. Blond aussi, rien à voir avec le rouge flamboyant du grand loup. En revanche, le Cauchemar dégagea la même aura sauvage et fière que le canidé. Une envie de s’aplatir et de se faire tout petit le prit, alors que la peur commençait déjà à lui tordre les entrailles. Abel déglutit et baissa à nouveau les yeux sur son dessin pour tenter de contenir ses émotions. Si ça ne tenait qu’à lui, il écouterait son coyote et filerait rapidement la queue entre les jambes. Mais il tenta de retrouver son calme et de chasser ce sentiment de peur qui le grignotait de l’intérieur. Peut-être que parler artistique l’aiderait à s’apaiser ?

J’aime bien dessiner le parc… C’est un des rares espaces de verdure encore intact. Et il est magnifique quand il y a de la neige en hiver…

Du moins, quand le dôme voulait bien faire neiger sur la ville. Abel ne connaissait pas le climat à l’extérieur du dôme. Ou plutôt, ne le connaissait plus. Il avait entendu pas mal de rumeurs sur l’extérieur mais ne savait pas ce qui en était de la réalité de l’autre côté de ses murs. Et il n’avait pas très envie d’aller le vérifier. Même si les Cauchemars étaient chassés en ville, il préférait de loin y résider que se retrouver en pleine nature post-apocalyptique. Il était bien mieux dans son petit appartement et à travailler dur à l’école pour réussir son année. Abel osa finalement relever son regard vers lui, un peu plus calme même si la proximité avec l’indomptable ne le rassurait toujours pas. Il se risqua finalement à dire, la voix plus basse :

C’est rare aussi de croiser de semblables ici…

Surtout avec les dernières lois votées récemment…
Abel Marshall
Cauchemar
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Confiant
Date d'inscription : 12/11/2014
Age : 25
Localisation : Dans son appart'
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Oct 2018, 10:20
Skey Ripper
Abel Marshall
Redessinons le monde aux crayons de couleur


Skey note les différentes réactions chez ce jeune Cauchemar, pensant même un instant le voir tout lâcher et partir en courant, la queue entre les jambes. Cette réaction est souvent vu chez les plus faibles des siens, ceux qui ne savent pas se défendre et préfère la fuite pour leur survie. En est-il de même pour lui ? En même temps, à moins qu’il soit un expert en arts martiaux, rien que leur gabarit respectif donne la victoire au plus grand et costaud des deux Cauchemars. Mais l’Alpha ne s’y trompe pas pour autant, il a déjà pu observer des Cauchemars renverser une situation qui les donnait perdant. De nos jours, il ne faut jamais être trop sûr de soi, c’est un luxe qui ne peut plus être prit si on veut survivre. Skey reste calme à faire des allers-retours entre le dessin et son modèle, notant qu’il semble doué pour cet art. Les siens dessinent de plus en plus sur le sol, la terre ou les murs car le papier et les crayons viennent à manquer et surtout, ils sont utilisés en priorité pour des sujets plus importants que le simple loisir. Peut-être pourrait-il demander à ce médecin de leur en apporter, histoire de faire un cadeau à ceux qui se plaisent à se perdre dans le dessin pour rêver ? Il note cette idée dans un coin de son esprit, tout en écoutant la réponse de son interlocuteur improvisé. L’Alpha a été incrédule la première fois qu’un de ses espions lui a rapporté que le Dôme agissait pour donner l’impression d’une météo ; mais il ne remet que très peu en cause la parole des siens et cet inconnu vient de le lui confirmer. En plus de le voir par lui-même. Il doit bien avouer que c’est assez impressionnant et que nombre qu’entre les siens rêveraient de pouvoir revoir un pareil spectacle. Car avoir le froid mordant de l’extérieur et cette neige contaminée est autre chose que ça.

« Les saisons sont donc toutes respectées ? »


Skey baisse les yeux vers le jeune Cauchemar, non pas qu’il le prenne de haut, juste qu’il est plus grand, et garde son discret sourire au coin des lèvres. Après tout, il n’est pas là pour faire de vague, bien au contraire, même si le sujet abordé n’est pas pour lui convenir car il met en avant les sévices que subissent les siens –même s’ils ne vont pas partis de sa meute-.

« C’est ce qu’il semblerait oui. Du moins, pas libres n’est-ce pas ? »
Il le dévisage un peu avant d’ajouter. « Tu peux te détendre, je ne te veux aucun mal. Je ne suis pas là pour ça. »

Dans un endroit comme celui-ci, les habitants doivent commencer à se connaitre, ou du moins à s’être déjà vu de loin, je ne doute pas que ma présence va être remarquée à un moment ou un autre donc cacher que je viens de l’extérieur est inutile ; surtout en ce week-end de portes ouvertes.

« As-tu un Alpha pour te protéger ici ? Et prendre soin de toi ? »


Il sait bien que le sujet est indiscret mais il l’intéresse beaucoup. Déjà, parce que sentir un Cauchemar faible près de lui en imaginant qu’il n’a personne pour l’aider lui déplait fortement, même s’il ne le connait pas. Ensuite, parce qu’il espère convaincre ce jeune homme de l’amener à son Alpha s’il en possède un. Un Cauchemar d’une telle puissance dans ces lieux serait sans nul doute un allié de choix et il ne veut pas passer à côté d’une telle opportunité. Après tout, il n’a que deux jours pour ça.




Codage par Libella sur Graphiorum

Skey Ripper
Cauchemar
avatar
PCLK : Non
Sous-race : Indomptable
Date d'inscription : 11/07/2018
Localisation : Beaver en général.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 07 Déc 2018, 21:39

Parler des saisons le détendit un peu. Abel avait bien vu que son interlocuteur s’intéressait à ses dessins, vu les fréquents coups d’œil qu’il jetait au papier. Pourtant, ce n’était pas vers ceux-ci que se portait la conversation. Plutôt sur les saisons ou la reconstitution des saisons sous le dôme. Ça faisait un moment que le blond y habitait, donc il s’était habitué aux illusions créées par le dôme. Et il devait bien l’avouer, la machinerie de la ville imitait à la perfection les changements climatiques liés aux mois de l’année. Même avec les récents problèmes, la ville avait encore droit à un semblant de saisons, ce qui rythmait la vie de chacun.

Oui, chaque saison est bien respectée. Le temps est resté similaire à celui qu’on a connu en dehors du dôme.

Il marqua une pause avant de se reprendre :

Du moins, avant tout le bazar qu’il y a eu à l’extérieur…

Bazar était un mot bien faible comparé à ce qui s’était passé dans le monde. Apocalypse serait beaucoup plus appropriée. Le dôme avait des allures de paradis pour ceux qui vivaient en dehors. Pourtant, il n’en avait plus les airs depuis bien longtemps. Un enfer caché… Certes, la ville offrait encore des avantages non négligeables par rapport à l’extérieur. Cependant, il était de plus en plus difficile d’y mener une vie paisible et sereine. Surtout lorsqu’on était un cauchemar. Traqué et vendu comme des bêtes de foire ou des animaux de compagnie, peu de cauchemars pouvaient encore se targuer vivre librement. Abel était encore l’un des rares à survivre sans maitre. Tout ça parce qu’il faisait profil bas et qu’il refoulait au mieux son état de coyote.

Pas libre, en effet…

L’étudiant s’était déjà légèrement détendu. Avant même que l’autre Cauchemar lui dise qu’il ne lui ferait pas de mal. Ce n’était que des mots… Mais l’attitude posée et calme de l’autre blond le rendait moins nerveux. Le plus jeune ne ressentait aucune animosité à son égard. L’indomptable était là en pacifiste et non en belliqueux. Le savoir le rassurait un peu plus. De même, son côté animal n’avait pas envie de s’enfuir la queue entre les pattes. Au contraire, il était plutôt content d’avoir affaire à l’un de ses semblables. Voilà bien longtemps qu’il n’avait plus eu de contact avec un autre cauchemar. La présence de cet Alpha rendait le coyote joyeux. Abel le ressentait au fond de ses tripes. Cependant, il ne se laissa pas aller à cet élan de joie, gardant le contrôle sur le cauchemar enfoui au fond de lui.

La question suivante le surprit. S’il avait un Alpha qui le protégeait et prenait soin de lui ? Le blondinet se pinça les lèvres. Oui… Il y avait bien Agon qui avait pris soin de lui pendant un bon bout de temps. Il lui avait appris à maitriser son état de cauchemar. Donc, le jeune lui était redevable. Cependant, voilà un moment qu’Abel n’avait plus eu de ses nouvelles. Lui était-il arrivé quelque chose ? Peut-être… Sa disparition l’inquiétait… Et le rendait triste aussi. Pouvait-il encore dire qu’il était sous la protection d’un Alpha ? C’était compliqué…

Un indomptable m’a beaucoup aidé depuis que je suis ici… Mais ça fait un moment que je n’ai plus de nouvelles… J’ignore ce qu’il lui est arrivé…

Abel referma son carnet et rangea son crayon. L’heure n’était plus aux dessins. Il avait entamé une conversation avec un autre cauchemar. Il se tut un instant, réfléchissant. Puis, il osa lancer sa question, lui demandant, quelque peu curieux :

Je ne vous ai jamais vu dans le coin… Vous appartenez à quel groupe ?


Abel Marshall
Cauchemar
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Confiant
Date d'inscription : 12/11/2014
Age : 25
Localisation : Dans son appart'
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Déc 2018, 12:32
Skey Ripper
Abel Marshall
Redessinons le monde aux crayons de couleur


Similaire. Voilà un mot qui sonne presque étrangement aux oreilles de Skey. Depuis cette fin du monde et tout ce qu’elle a entraîné, il n’est pas certain de pouvoir se rappeler exactement les saisons comme elles étaient avant tout ça. Il a davantage l’impression que ce passé lointain est un rêve, qu’il n’a pas vraiment vécu aussi heureux et paisiblement -à quelques détails près- et qu’il a simplement imaginé tout cela pour s’évader de ce monde pourri où chaque jour un nouveau Cauchemar tombe malade ou dépérit un peu plus par manque de nourriture. Il sort de ses pensées pour éviter de plonger dedans et de tourner en rond. Ca ne mène jamais à rien de bon de réfléchir sur ces sujets, il le sait que trop bien. Bazar ? Le blond a presque envie de sourire face au mot utilisé par ce jeune homme et il se demande s’il a vécu, ne serait-ce qu’un peu, ce que certains ont vécus à l’extérieur. Il en doute. Car selon ses informations, peu de réfugiés sont acceptés entre ces murs et les Cauchemars qui y parviennent ne sont pas laissés en liberté, même s’ils ne représentent aucun risque.

« C’est une belle illusion. »
Mais ça n’est que ça : une illusion. Mais il comprend pourquoi certains ne veulent pas quitter cette cage dorée pour se retrouver à l’extérieur.

Qui troquerait sa liberté -et encore, ils ne sont pas tous enchainés et traités comme des animaux- pour se retrouver à l’extérieur ? Dans le noir complet ? Avec des vagues de radiations qui peuvent arriver d’un moment à l’autre et empirer l’état de ceux de l’extérieur ? Ils ont à manger, ils sont protégés contre les créatures qui, comme tous êtres vivants, cherchent à se nourrir et survivre. Dans cette optique, on pourrait presque croire que l’Alpha pourrait se laisser tenter mais ce n’est pas le cas. Après tout ce qu’ils ont vécu après la fin du monde, il n’est pas question de tout perdre en devenant de vulgaires animaux. Il trouvera un moyen d’améliorer la vie des siens sans passer par l’esclavage. Ils ont déjà accès à plus de soin grâce à ce médecin qui vient à l’extérieur, moyennant paiement mais c’est déjà plus que leurs propres moyens. Il inspire profondément et observe les alentours aux paroles du plus jeune. Peut-être est-ce parce qu’ils parviennent à rester hors de portée des chasseurs, que certains Cauchemars ne souhaitent pas sortir, se pensant en sécurité ici. Jusqu’au jour où il sera trop tard et que toutes libertés leur sera ôtées.

Indomptable; un terme qu’il a dû apprendre, car ici, ils classifient les Cauchemars en fonction de leurs gènes et de leur force. Skey n’aime pas ça car certains alpha ne seraient pas considérés comme puissants ici alors qu’ils ont été à la tête d’un groupe pendant des mois voire des années et ils ont survécu. Ce n’est pas toujours les gènes qui font quelqu’un de fort. Mais assez palabré. Et entendre que ce Cauchemar a disparu lui retire l’espoir de le rencontrer ce jour ou même le lendemain car il croit son interlocuteur quand il lui dit ne plus avoir de nouvelles. Il pourrait mentir pour le protéger, certes, mais compte tenue de la différence de force entre eux, il serait aisé pour Skey de le faire parler en étant moins aimable. Mais il ne le fera pas dans tous les cas; il n’est pas ici pour s’attirer des ennuis mais observer et pourquoi pas, essayer de se faire des contacts. Certaines Queues lui ont rapporté des identités intéressantes.

« Je vois... Tu n’as pas essayé de le retrouver ou d’obtenir des informations ? »
Peut-être est-ce trop dangereux dans ce lieu d’agir et dans sa voix aucune marque de jugement se fait entendre. Il pose uniquement une question. « Peux-tu malgré tout me parler de lui ? » Avec les hommes qu’il possède sous le dôme et qui récoltent nombres d’informations, peut-être en obtiendra-t-il une le concernant ? C’est peu probable mais cela ne coûte rien à ses Queues de chercher, tant qu’ils ne se mettent pas eux-même en danger.

« Je viens de l’extérieur comme tu t’en doutes sûrement. »
Sa voix est plus basse car même si les autorités ont donné l’ordre à leur force de police de ne pas intervenir pendant deux jours et qu’il sera tôt ou tard repéré comme venant de l’extérieur, il aimerait rester discret le plus longtemps possible. « Je suis venu observer les lieux pendant que je le peux et faire des connaissances avant de repartir. » Déjà parce que les autorités ne le laisseraient pas rester ici. Ensuite parce qu’il ne le voudrait pas. Ce n’est pas son monde ici, quand bien même le sien est atroce. Il marque une petite pause avant d’ajouter. « Notre Alpha cherche à protéger les Cauchemars de tout niveau, les plus forts comme les plus faibles et ce qui se passe ici n’est pas acceptable à ses yeux. Alors si certains habitants veulent nous rejoindre, il les accueillera à bras ouverts. » Non, il ne va pas dévoiler qu’il est l’alpha en question, pas entre ces murs car avec toutes les rumeurs qui courent sur ce qui se passe dans ce dôme, il ne veut courir aucun risque. « Mais je suppose qu’il est difficile de quitter une vie si paisible ici, malgré le danger environnant. Qu’en penses-tu ? »






Codage par Libella sur Graphiorum

Skey Ripper
Cauchemar
avatar
PCLK : Non
Sous-race : Indomptable
Date d'inscription : 11/07/2018
Localisation : Beaver en général.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DEAD end :: MadTown :: Plaisirs :: /!\ Espace Vert :: /!\ Parc-