Notre monde est détruit.
WWIII, l'ultime guerre, l'a anéanti il y a déjà deux ans.
Obligé de se cacher la première année, aucun survivant ne sait vraiment ce qui s’est produit.
Aujourd'hui, la terre n'est qu'un enfer perpétuel, où chacun tente de tenir un jour de plus.
Au cœur de cette horreur se trouve MadTown, seul vestige de notre civilisation passée.
Dans cette ville, la vie continue son cours, ignorant les affres de cette fin des temps.
Depuis sa découverte, les survivants se pressent aux parois du dôme.
Ceux qui refusent la surveillance permanente s'entassent aux alentours, quand ils ne rejoignent pas les rangs des dissidents.

Combien de temps encore, les immortels tiendront-ils la ville ?
Les nouveautés
► 23/06/2018 : Venez semer la Discord !
► 22/06/2018 : Nouvel event contextuel Freedom
► 10/06/2018 : Bienvenue en Mars 2017 !
(...)
► avril 2014 : Ouverture du forum
Important
Forum R18: contenu mature et violent. Les relations homosexuelles sont les bienvenues. Minimum : 300 mots, 1 RP/mois
Crédit
Le contexte vient du fondateur. Le thème est un généreux don de Myrddin d'Epicode/John d'Insomnia. Quelques codes viennent de Cccrush.
Le staff
Fondateur: Kumio
Dispo • MP •
Modérateur: Abel
Semi-absent • MP •
Votez pour

[terminé] Bunny and Chick [P.V : Lister] [PAST][r18 violence]

 :: MadTown :: Plaisirs :: /!\ Espace Vert :: /!\ Parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 02 Avr 2016, 20:26
La respiration haletante, sa sueur dégoulinait le long de sa nuque imbibant davantage encore le triste linceul qui lui tenait lieux de vêtements. Son sang coulait le long de sa peaux, offrants une superbe voie jusqu’à ses pas. Les cris retentissaient déjà, signe que son évasion n’était pas passer inaperçu.

Cette fois-ci, le chasseur se retrouvait être la proie. Le corps tasser contre l’un des murs, ses yeux voilés d’épuisement vaciller au loin, lui transmettant un tas d’information traitresse. Posant une main contre son torse béant, il tenta tant bien que mal de calmer son rythme affolé, sans y parvenir. Tous ses bruis, c’était intenables. Concentrant son esprit, faire le vide fut presque impossible. Alors qu’un à un, les défaillances électriques condamner les portes de sorties, nuisant aux transmissions radiophoniques, se multiplier comme une trainer de poudre, un terrible point sera ses tripes, le clouant en deux dans une quinte sanglante. Un genou plier au sol, le corps fébrile, ses yeux vides brillaient pourtant de ténacité.

D’une main maladroite, il fouilla la sacoche arrachée à l’un de ses poursuivant puis en sorti une seringue remplie d’un liquide acre. Retenant sa respiration, le décompte se fit à toute allure dans son esprit. Quatre, trois, deux... D’un violent accès de rage, la pointe métallique se plante dans son bras. A côté... Nouvelle trainée de sang et retour à zéro. Quatre, trois, deux... Brève hésitation, l’objets glisse entre ses doigts, c’est de justesse qu’il resserre sa prise. Finalement, cette fois-ci, la cible fut atteinte. Il ne faut qu’une fraction de seconde pour que le mélange poisseux se mêlent aux flux sanguins, moins encore pour qu’il ne l’arrache et le jette au loin.

Du feu se répand, son bras devient lourd alors que sa veine se colore affreusement. Néanmoins, le courant électrique qui le frappe alors lui permet de se relever. Essuyant ses lèvres carmines, se jetant sur ses jambes bleuit par sa chute, l’informateur put finalement se relever, s’enfuyant au travers de sombres ruelles. Pourquoi fallait-il que Tender and Treatement soit aussi éloigné du Knock Off ?

Les regards des passants coulent sur sa peau, comme les gouttes de sang qui ne cesse de se glisser sur son passage. Ses yeux vitreux peinaient ne serait-ce qu’à voir les murs contre lequel il ne cessait de se jeter, alors les moues écœurer des passant devant son être monstrueux ne le préoccupait pas le moindre du monde.  Certes, ce n’est pas courant de voir un corps couvert d’une teinte pourrissante, teinte par le sang, s’enfuir dans une de ses blouse d’hôpital qui ne couvait rien.. Mais peu importe, ce n’est pas comme si quelqu’un allait tenter de s’approcher de lui.

Encore un pas, encore un souffle... Le cerveau vide, incapable de la moindre réflexion, ne faisait que pousser le reste de son corps à bout de force, l’exaltant à avancer en dépit de tout. S’effondrant à moitié sur la porte d’entrée, l’éclairage du couloir brula sa rétine en fixant les escaliers. Pourquoi avait-il choisir de vivre si haut ? .. Encore une chance que l’appartement ne fasse pas dix étages... Soupirant, il se hissa, grimpant cette foule de marche, ayant quelque pensée pour le concierge qui devrait passer derrière lui. Sans un son, il finit enfin par chuter dans son chez lui. Allonger contre le sol, ses yeux n’arrivaient même plus à fixer le plafond. La fin .. Ne serait pas pour aujourd’hui. Fouillant une énième fois dans cette stupide sacoche, il attrapa une nouvelle seringue qu’il s’injecta là où son cœur été supposer être. Son souffle fut immédiatement coupé, se crispant dans des râle de souffrance, quelque perles salées ne peuvent s’empêcher de se rependre face à ce traitement insensé...

Néanmoins, son cœur se relança, envoyant de nouvelle une flopée d’adrénaline dans son cerveau. La brume doucement se dissipa, ce n’est pas passé loin cette fois-ci.. Soupirant, il ne put guère jouir d’un instant de tranquillité. Se rasseyant, une à une, il vida le contenu des seringues dans ses veines. Les médicaments n’ont jamais beaucoup fonctionné sur les cobayes après tout. Là, se relevant, retrouvant peu à peu ses forces, il se rendit dans la douche pour effacer ces ravages.

Logan allait le tuer, il n’en doutait pas un instant. Même si ce n’était pas sa première fuite de l’hôpital, cette fois-ci, vu le nombre de sangle qui le retenaient, le médecin tenait à ce qu’il y reste. Même si Kumio était pour l’acharnement chirurgical, à ce point, peut import les critères, il n’y avait qu’un nom : boucherie... Ses mains se perdirent sur les marques trop récentes pour être nommée cicatrices... Peu importe combien de fois ils changeraient son foie, ses reins ou n’importe quel organe de son triste être, aucun ne seraient supportée.  

Une fois l’eau ayant hotter toute crasse, ses mains arrachèrent le restent de sondes ainsi que divers tuyaux en plastiques. Son réveil avait vraiment été terribles pour tout le monde... Ce devait être l’apocalypse à l’hôpital, mais le bleu ne doutait pas que l’histoire serait bien vite étouffée, personne n’aurait d’intérêt à organiser une chasse au malade... Surtout lorsque le dit malade ne tarderaient pas à perdre à nouveau connaissance.

Propre et en meilleurs formes grâce aux nombreux aldéhydes ajouter dans son sang, le bleu se soigna sommairement, dissimulant son corps en lambeaux derrière bandes et gaz bien serrer. Par chance il s’était éveillé à temps, car il n’aurait voulu manqué cette journée pour rien au monde. Après tout, il devait voir le chef de la police grimer en une magnifique poule ♥️ Etrange d’aller voir son patron alors qu’il était en fuite ? Eh bien, il n’y avait aucune chance qu’on aille déranger le Shérif parce que l’hôpital n’avait su garder un de ses patients. N’étant porteur d’aucune maladie, rien ne pouvait le forcer à rester contre son grès, cela ne touchait donc pas à la police ~

Enfin, avant tout cela, il devait respecter sa part du marché.  Et revêtir un vêtement de lapin. Chose qui l’arrangeait bien dans l’immédiat, personne ne se douterait qu’il pouvait s’agir de lui. Un lapin donc... Dans ses souvenirs brumeux, il se rappelait que les enfants aiment les lapins qui s’amusent à entrainer les fillettes dans les pires ennuies, des lapins revêtu d’un costume, parfois de noble, parfois de domestiques, avec une boussole en guise de montre...

Donc un lapin loufoque, qui ravira autant enfant que parents et lui assurerait un anonymat non synonyme de sauna. Rapidement, il enfila un pantalon noir à la coupe serrer, réalisant qu’étrangement, son séjour à l’hôpital l’avait quelque peu remplumé. Probablement était-ce dû à des meilleurs soins et une alimentation plus régulière. Il enfila avec ça quelque bottines sombre, bien lustrée. Une chemise blanche, puis une veste courte à carreau noire et gis. Agrémenter d’un jabot flottant tenue par une pierreries sanguine. Pour finir, il ne manquait qu’une longue veste destinée à rester ouverte, portant quelque fils doré ici et là. Et pour cacher l’état de ses mains, il revêtit une paire de gant en cuire noire.  Mais où était le lapin ? Il arrivait. Une paire d’oreille douce, tout aussi sombre que sa tenue, fut attaché dans ses cheveux, ainsi qu’une petite boule de poile nocturne parsema son postérieur. Pour finir, un masque blanc en forme de visage de lapin, lui offrant l’anonymat tant désiré. Rien de bien compliqué, mais cela devrait suffire.  

Avec cela, il vida ses placards de tous ce qui s’apparentait à des friandises et portant ce sac coloré, après avoir avaler une bonne dizaine de pilules de bonheur et dissimuler le reste dans sa poche, il put se rendre au parc. Manchester avait beau libérer les limiter et s’enfoncer dans un état policier... On ne pouvait qu’admirer les efforts fournit pour noyer les citoyens dans un certain confort. Ce mois-ci pour paque, en dépit des restrictions, une grande fête était organisée : Une immense traque à l’œuf se déroulant dans les hectares du parc. Certes, ce n’était pas du chocolat, mais des œufs décorés qu’il fallait retrouver... Néanmoins, de la sorte, chacun pouvait chercher autant d’œuf que désiré, puis recevoir un jouet en remercîment. Seul les trois premiers à trouver le plus d’œuf pourront recevoir des figurines, plus ou moins grandes, constitué de chocolat. Ils ne seront pas trop de deux pour cacher les œufs, recevoir ceux débusquer par les enfants, en faire le compte comme le tri et à la fin, débusquer ceux non trouvé...

Voilà pourquoi l’informateur avait rapporter d’autre confiseries. Bonbons, sucettes et autres friandises, qu’il se ferait une joie d’offrir aux participants, car pâque n’est rien sans sucrerie et.. Quelle plus grande plaisir un homme peut-il avoir que le bonheur des petits ? ♥️ Arrivant sur place, ses yeux se portèrent sur les objets à cachées, alors qu’il s’occupa de la paperasse confier par la ville, apprenant au passage que ses collègues, comme de coutumes, encadreraient l’évènement en patrouillant dans le parcs, vêtu en civils afin de n’alarmer personne. Pour sa part, il se fichait bien qu’Hans ou Stéphane doivent passer du temps en famille, lui ne cherchait qu’un certain poulet des yeux. Lister allait-il tenir son engagement ? IL n’avait pas l’ombre d’un doute à ce sujet !
Kumio Hakkyou
Cobaye
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Anomalie
Date d'inscription : 26/10/2014
Localisation : En train de t'espionner
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Avr 2016, 02:18
Pff… Comment se faire avoir en beauté…
C'était un remix de l'épisode de Noël… Sauf qu'ici, le costume n'avait plus rien avoir avec celui du gros bonhomme rouge. C'était sans doute bien pire… Oh oui, bien pire… Un policier n'avait jamais bien aussi porté le surnom de "poulet" donné par les vauriens de bas étages de Punk Hazard qu'en ce jour de Pâques. Pourquoi le shérif avait accepté une fois de plus d'être la mascotte d'une fête populaire où on chassait des œufs en chocolat. Ces petits cachotiers avaient l'air de se dissimuler partout pour éviter d'être dévorés… Et qui cachent ces précieuses friandises? Ce n'était autre que le lapin et la poule de Pâques! Enfin, pour être précis, c'étaient plutôt le shérif et son binôme transformés en animal géant pour l'occasion. Et bien entendu, c'était Lister qui jouait le rôle du volatile dodu. Un déguisement de poulet marron tout pelucheux, de quoi ravir les enfants qui participaient à cette grande chasse aux œufs. Mais avant que les choses sérieuses ne commencent, il fallait effectuer le travail le plus important de l'événement: cacher les fameux trésors un peu partout dans le parc.

L'espace vert avait été momentanément fermé au public, le temps de préparer les festivités. Plusieurs policiers s'étaient vu attribuer un jour de libre pour venir aider à planquer les surprises ici et là, le chef refusant de jouer ce jeu. Déjà qu'il était affublé d'un horrible costume de poule qui ne manquait pas de faire rire tous ses subordonnés… Dans son dos bien entendu, car le premier qui riait sous son nez se verrait transformer en joli saucisson pour une pinata party. Et ce ne serait certainement pas des bonbons qui en sortiraient… Plaisanterie? Absolument pas! Lister ne blaguait jamais lorsqu'il menaçait les agents sous ses ordres. Tout le monde le savait, plusieurs pouvaient en témoigner, d'autres encore étaient dans l'incapacité de confirmer ces dires. D'ailleurs, pour appuyer sa menace, de la corde et une batte de baseball étaient planquées parmi les caisses de lots, sous le petit chapiteau qui avait été monté exprès pour dissimuler les futurs cadeaux des participants. Qu'est-ce que le Saigneur rêverait de pincer l'un de ces membres de la milice à rire comme une baleine! Ca faisait bien longtemps qu'il n'avait pas martyrisé quelqu'un au point de faire couler du sang… Voilà quelques semaines que Lister était cantonné à son bureau, à traiter toutes sortes de dossiers allant du plus insignifiant au plus important. Pas de sortie, encore moins avec son binôme. Quel ennui!

Et quand Hakkyou lui avait envoyé ce message concernant la fête de Pâques, le chérif ne savait pas comment le prendre. D'une part, il était content de pouvoir enfin sortir et de ne plus être cloitré entre ces quatre murs. Mais faire la poule toute la journée… C'était encore plus humiliant que de jouer au Père Noël… Heureusement que sous ses fausses plumes, il était méconnaissable. Seul Kumio qui l'avait inscrit à cette extraordinaire journée et une dizaine de membres de la milice – ceux qui avaient été embauchés pour la chasse aux œufs – connaissaient le secret de cette grande et grosse poule. D'ailleurs, pour remercier son collègue chéri, Lister avait écrit son nom sur la liste des volontaires à cet événement, le transformant un lapin pour l'occasion. Tiens… Où était le coquin aux mauvais tours? Serait-il le seul des deux à ne pas honorer sa parole? Non… Le chef de la milice n'était pas convaincu que son binôme préféré se défilerait. Lui aussi tenait toujours ses promesses, alors Lister ne s'inquiétait pas trop. Il devait avoir eu un empêchement ou quelque chose du même genre. Le lapin pointerait bientôt le bout de son nez.

Ah mais justement! Le voilà qui arrive! Tout beau, tout élégant! Beaucoup charmant que son ridicule costume de poulet en doudoune. Mais bon… Le Saigneur était plus ou moins de bonne humeur du fait qu'il puisse être dehors au lieu de remplir ces montagnes de dossier dans son bureau. Et puis, il avait bien le droit d'embêter un peu Hakkyou, gentiment pour commencer. Il courut en direction du bleu, imitant la poule, tant au niveau de la gestuelle et de la voix. Il finit par s'arrêter, se plantant devant plus pour le toiser, son air mécontent caché par le masque qui recouvre toute sa tête:

Qu'est-ce que tu foutais?! Tu t'es perdu en chemin?! Tu es en retard!

Lister passa un bras par-dessus les épaules du chasseur et le ramena doucement en direction de la petite tente. Quelques policiers étaient déjà revenus, ayant caché tous les œufs qui leur avait été attribués. Certains étaient encore en train de trouver des cachettes pour les derniers trésors mais tous ne tarderaient pas à être là. Ils encadreraient alors l'événement dans l'uniforme alors que d'autres, habillés en civile, baliseraient également le terrain. Même si les grands rassemblements étaient interdits en règle générale, celui-ci avait été organisé par la Mairie et était surveillé de toute part par la milice pour éviter le moindre incident. La chasse aux œufs allait donc bientôt pouvoir commencer puisque tous les acteurs de cette pièce grotesque étaient réunis. Encore quelques minutes et des dizaines de gosses couraient d'un coin à l'autre du parc. Pff… Quelle grosse blague…
Le Saigneur profita de sa proximité avec Kumio pour venir lui susurrer à l'oreille, son masque de poule collé contre sa tête:

Qu'on finisse rapidement… Que je puisse te trainer en ville! Faut nous dégoter un pinata, j'ai envie de jouer… Et y a pas meilleur que toi pour ça!

Il finit par le relâcher pour aboyer quelques ordres à ses subordonnés. Malgré son costume de poulet ridicule, personne n'osait le contester et tout le monde suivait ses directives. Il vérifia que tout était en ordre pour accueillir les visiteurs, faisant son job de boss de la milice à merveille. Les grilles du parc finirent par s'ouvrir, laissant enfin passer les enfants accompagnés de leurs parents. Allez… Ce n'était rien du tout… Ca passerait vite et il pourrait rapidement aller en ville taquiner les hérétiques de Manchester en compagnie d'Hakkyou, pour son plus grand plaisir…

Lister Lindley
Saigneur
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Initié
Date d'inscription : 30/09/2015
Localisation : Partout! Huhuhu!
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Avr 2016, 12:31
Au final, il était le dernier à être arrivé, ce qui en soit n’était pas trop étonnant. Il avait trainé de la patte en quelque sorte sur le chemin, il valait mieux économiser son énergie s’il voulait profiter de cette journée au mieux. Ce qui signifiait aussi qu’il n’avait pas eu à attendre son cher patron et pour cause : ce dernier arriva sur lui à peine venait il d’arriver au parc. Et quelle entré en matière !

Il était époustouflant. Sa démarche était telle qu’il avait vraiment l’impression de voir une poule gigantesque s’avancer vers lui, furibond. Dodu à souhait, presque appétissante et cette voix  de crételle.. Derrière son masque, ses yeux bleutée s’agrandir sous l’émerveillement. C’était maintes fois mieux que de le voir déguiser en père Noël ! Lorsqu’il s’approcha, le lapin lui sauta au cou, enlaçant son costume volumineux pour en apprécier le toucher, la forme, chercher à voir où se dissimulait la fermeture et percer les secrets de se vêtements sublime, s’amusant à le faire quelque peu bouger sous ses doigts. Sans retenu, il déclara d’une voix où sa joie se lissait pleinement.

- «  Tu es merveilleux, ma poule ♥️ Vraiment parfait, les enfants vont se régaler dis- moi ~ On voie que tu vis dans une volière, la ressemblance est limpide ! Tu mets l’eau à la bouche, on aurait envie de te croquer ♥️ »

Insensible à la fureur de son supérieur, il ne voyait que son éclat, qui transcendait même l’hilarité qu’aurait dû provoquer le déguisement. Il n’avait même pas écouté ses questions, c’est dire combien il appréciait la réussite de ce mauvais tour. La mairie avait vraiment été cruel sur ce coup là, voilà bien de quoi lui assurer d’avoir fait le bon choix en prenant un de ses propres costume de lapin, et non de s’en remettre au mauvais gout des fonctionnaire. Certes, ça aurait été drôle et surement plus juste, mais.. il n’aurait pas tenu cinq minute dans un tel vêtement.

Riant, ravi de retrouver son boss, car être avec lui promettait beaucoup d’amusement en perspectif, il l’accompagna volontiers en sentant son ‘aile’ contre son épaule, ne cessant de lui jeter des coups d’œil fort curieux. Pendant quelque instant, le reste avait disparut de son cerveau, il ne pensait qu’au mauvais tour à jouer au poulet.. Jusqu’à ce qu’il entendit ces paroles enchanteresses souffler contre lui. Pinata.. Une lueur particulière passa dans son regard à ce mot. Il n’y avait qu’avec Lister que Pinata avait une définition semblable à celle de son esprit endommagé. Il murmura, d’une intonation complice.

- «  Vil flatteur, si tu me prend par les sentiments.. ~ Mais tu sais, avant même d’aller en ville, il y a de quoi s’amuser ici.. ♫ »

Le parc était suffisamment grand pour jouer à cache-cache après tout. Et il fallait l’admettre, l’informateur n’avait aucune envie d’attendre pour commencer à s’amuser. Certes, il n’avait pas prévue de partir en ville mais il n’avait jamais était raisonnable. Et puis, il se sentait suffisamment bien pour l’envisager, après tout, ce serait surement sa dernière journée de liberté. Il avait la chance de pouvoir la passer avec un fameux compère, hors de question de ne pas en profiter.

Une fois relâcher de l’étreinte de sa poule – un surnom qu’il allait garder, Lister pouvait en être sûr – il s’approche de ses collègues. Avec eux, s’était peine perdu pour les faire rire devant le big boss, ils le connaissaient trop bien pour s’y laisser aller. Et il avait autre chose en tête de toute façon, d’autre type de proies..

Autre bonne nouvelle, le travail était déjà fait. Les œufs avaient été caché par des policiers, ce n’était qu’une question de minute avant que le parc ne soit de nouveau ouvert. Son travail serait donc d’attendre que des enfants viennent déposer des œufs à la chère poule. Comme à une déesse ♥️ Simple, rien de fatiguant.. En attendant, il vola discrètement le téléphone d’un des agents de l’ordre. Ses affaires étaient restées à l’hôpital, il allait en avoir besoin. S’asseyant sur une caisse, celle la même qui contenait de quoi saucissonner et battre leur futur cible, il regarda le Shérif réprimander quelque un de ses collègues, riant devant se spectacle hilarant. Décidément, ce costume lui allait comme un gant..

Plus sérieusement, il se connecta à l’un des forums fréquenté par la petite racaille de Manchester et y créa un poste.

«  Qui attrapera la poule ? »
« Événement au parc : un emplumé y distribue des œufs. Qui  veut en faire une omelette ? 100 $ à celui qui lui arrache son masque. »


De quoi pimenter un peu la chasse à l’œuf. Parmi ses racailles, il y en aurait bien au moins un qui ne manquerait pas de s’esclaffer devant le roi de la bassecour.. Et ainsi devenir pinataman. Un sourire mauvais sur les lèvres, il lança le portable emprunté à son propriétaire. Une bonne chose de faites, il ne manquait plus qu’à passer à l’action. Se relevant dans un léger saut, il revint vers son cher binôme.

- «  Que dirais-tu d’aller  faire un tour ma poule ? Aller accueillir les enfants, leur souhaiter bonne chance.. J’ai même ramené des sucreries à leur distribuer ♥️ »

Attrapant le bras du poulet, il ne manqua pas de l’entrainer à sa suite vers les grilles du parc, sans lui laisser d’autre choix que de le suivre. Plus tôt les festivités commenceraient, plus tôt ils pourraient aller en ville. Et puis, il tenait vraiment à distribuer les douceurs qu’il avait préparé pour les innocents des Manchester. Et malmener un peu son patron par la même occasion ne serait pas de refus.

Ce n’est qu’une fois arriver qu’il relâcha son supérieur, accueillant avec sa bienveillance factice les invité trépignant d’impatience. Il fallait voir les yeux des enfants devant la poule géante.. Ils n’avaient qu’une envie : lui sauter dessus. Un sourire sadique sur les lèvres, le diabolique lapin déclara alors, frappant dans ses mains pour avoir l’attention de tous.

- «  Mesdames, messieurs.. Et vous tous, chers chasseur d’œuf !  N’hésitez pas à approcher pour câliner celle qui a dissimulé pour votre plus grand joie dans le parc ses précieux œufs. Elle est douce et adore les enfants ♥️ D’ailleurs, si vous voulez faire un tour  sur son dos, n’hésitez pas, qui sait si elle ne s’envolera pas avec vous ? Ou pour les plus timides, je suis à votre disposition pour vous prendre en photo avec Mme Cocotte. Prenez une photo, recevez un bonbon ~ Et ne vous inquiétez pas, il y en aura pour tous !  »

Tout cela dis avec le plus grand naturel du monde, comme s’il en avait été convenu ainsi depuis le début.. Évidement, ce sont des cris de joies qui accueillir ses paroles et bientôt, des dizaines d’enfants voulurent câliner « cocotte », monter sur son dos et être pris en photo avec.

Et oui, à Noël, n’étant pas parmi les « lutin », il n’avait put qu’assister de loin à ce petit amusement. Mais cette fois-ci, il était un acteur de premiers ordres dans cette farce dont son patron serait le dindon.

Les enfants ne seraient pas en reste, car les sucreries étaient piégées.
Kumio Hakkyou
Cobaye
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Anomalie
Date d'inscription : 26/10/2014
Localisation : En train de t'espionner
Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Juin 2016, 23:45
Ah! Que ce commentaire lui allait droit au cœur!
Venant de la part de son binôme en plus! Quelle journée magnifique! Non? Tss… Il n'y avait vraiment de Kumio pour se payer sa tête. Et sans risquer de représailles de la part de son supérieur. C'était bien le seul qui avait le droit se moquer ouvertement du chef de la milice. Si par malheur, l'un de ses subordonnés venait à en faire de même, ses remarques passeraient beaucoup moins bien. L'inconscient – ou le fou, qui sait – finirait probablement pendu dans un coin, les tripes à l'air. Non mais… On ne le raille pas sans en subir les conséquences. Seul son binôme chéri en avait la possibilité. Pourquoi? Parce que voilà! Pas besoin de se justifier non plus! Peut-être parce que Hakkyou ne le décevait jamais? Probablement… Il n'y avait pas de plus merveilleux compagnon de jeu…

Quelle ironie du sort pour un passionné d'oiseaux que d'être transformé en poule pour une journée. Le rêve? Absolument pas… Les poules… Berk… C'était sans doute le volatile le moins apprécié de Lister. Qu'est-ce que c'est moche avec sa petite crête ridicule… Et le bruit… Ca caquette, ça cause… Un peu comme les policiers au commissariat. Aucun chant, c'était d'un vulgaire! Sauf le coq… Oui… A part dans son assiette, il ne l'aimait pas. Ses cris étaient synonymes du matin et du réveil. Et comme tout le monde le savait, le shérif détestait le matin et devoir se lever pour aller s'enfermer dans les bureaux à s'occuper de la paperasse. Donc, non… Être déguisé une mère poule, c'était juste burlesque et casse-pied… Qu'il retrouve celui qui avait émis cette idée saugrenue… Il serait rayé de la surface de Manchester dès le lendemain…

Qui croquera qui…

Ce n'était que partie remise pour lui rendre la pareille.
Si Lister ne portait pas ce masque grotesque, il serait déjà venu depuis longtemps grignoter les fausses oreilles de son lapin. Le bleu n'eut droit qu'à une simple tirade d'oreilles de rongeur et un pincement aux fesses en guise de taquinerie. Il avait d'autres chats à fouetter avant l'ouverture du parc pour la chasse aux œufs. Tout devait être prêt, sinon c'était chez lui que la Mairie viendrait se plaindre si la fête n'était pas une réussite. Qu'est-ce qu'il n'en avait rien à foutre de cette traque au chocolat… Lui, voulait chasser autre chose… Au moins, le commentaire de son binôme le fit sourire derrière sa face de poulet. C'était bon d'entendre qu'ils étaient tous les deux sur la même longueur d'ondes. Parfait! Ils s'amuseraient bien ensemble après cette partie ennuyante. Il ne manquait plus de désigner la pinata et la fête serait réussie!

Cependant, la fin de sa phrase ne laissait présager rien de bon. Pour lui? Absolument pas! Mais bien pour les autres. Kumio préparait un mauvais tour, le shérif en était certain. Qui viserait probablement les joyeux bambins et leurs parents ou les policiers aux alentours. Lister savait très bien qu'il était au centre de l'intérêt du chasseur de prime. Qui d'autre pouvait être le dindon aujourd'hui… Il ne pouvait recevoir qu'un revers de sa part, toujours taquin et sans limite. Mais le connaissant, le chef de la milice y trouverait sans doute son compte. Même si ses coups tordus partaient toujours de moqueries, le Saigneur les trouvait toujours à son gout, ayant souvent une victime toute désignée à se mettre sous la dent en guise de pardon inconscient. Il attendait donc avec impatience de découvrir ce que manigançait son bleu favori. Taré? Ce n'était plus vraiment démontrer…

Oh oui! Amuse-moi! Je n'attends que ça!

Un ricanement sortit de son bec de poule.
Allez! Il était temps de jouer son rôle de dindon. D'autant plus que Hakkyou avait apporté de friandises pour les gamins. Douceurs petites choses sucrées… Ne pas toucher! Du moins, Lister n'en prendrait pas un seul. Kumio et enfants n'étaient pas de très bons amis… Pas besoin d'être un génie pour le savoir… Et même si les bonbons avaient l'air succulent, rien ne lui garantissait qu'ils étaient sains. Dans le doute, le shérif les laissa avec plaisir aux bambins qui attendaient à l'entrée du parc. Et au cas où, le Saigneur prit joyeusement une pleine poignée de sucreries qu'il lança par-dessus son épaule à ses subordonnées. Ayons l'esprit partageur! C'est un jour de fête! Les enfants n'étaient pas les seuls à pouvoir profiter de ce merveilleux cadeau offert par son collègue préféré. Eux aussi avaient le droit de se régaler de saveurs édulcorées. Les pauvres petits, ils allaient s'en mordre les doigts… Huhuhu!

La suite du programme fut nettement moins réjouissante… Après le discours fort mielleux de son comparse, les enfants n'eurent envie que d'une chose: venir taquiner la poule dodue. A dada sur son dos, photo stupide d'enfants souriants, grignotages de bonbons, câlins moelleux contre le rembourrage du costume… Berk… Trop de joie et d'amour pour lui… Lister en grinçait des dents. Pire qu'être l'ogre rouge de Noël… Enfin, ce moment horrible toucha rapidement à sa faim puisque les enfants étaient impatients d'aller chasser les œufs. Le shérif dut rassembler les gosses sur la ligne de départ, manquant d'en envoyer valser certains, les plus récalcitrants ou les plus agités. On lui apporta un revolver, un jouet bien sûr. Dommage, un vrai aurait été mille fois plus intéressant. Décomptant rapidement de trois jusqu'à un, l'homme-poulet appuya sur la gâchette pour annoncer le début de cette traque enfantine.

Le chef de la milice attendit quelques instants, que les bambins soient partis en chasse pour aller se poster près de la tente à cadeaux. Bien entendu, c'était la poule qui servait de ligne d'arrivée. Il était cessé rester tranquillement dans son coin, à patienter. Le temps que les enfants reviennent avec leurs œufs pour qu'il puisse encoder leurs trouvailles. Quel ennui… Comme s'il allait attendre… Lister préféra aller vadrouiller pour rendre la tâche plus difficile, se planquant dans divers endroits. L'idée de quitter le parc lui traversa l'esprit. Pas de poule, pas de remise de cadeaux. Les pauvres enfants… Ils seraient horriblement déçus par cette vilaine cocotte. Tant pis! Huhuhu!

Bon… Le dindon allait tout de même rester, mais c'était aux petits mômes à trouver sa cachette. Il n'allait pas leur donner leur récompense aussi facilement…
Lister Lindley
Saigneur
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Initié
Date d'inscription : 30/09/2015
Localisation : Partout! Huhuhu!
Revenir en haut Aller en bas
Mar 04 Oct 2016, 15:49
À peine venaient-ils de se retrouver que déjà ils se cherchaient. En toute complaisance : si quelqu’un d’autre avait soufflé de telles paroles, le lapin lui aurait déjà sauté à la gorge pour lui arracher avec ses dents la peau. Au lieu de cela, avec son binôme, ce n’était que rire et faux crie quand ses fausses oreilles furent picorées et son fessier méchamment pincé.

Le programme promettait d’être chargé de rire malsain, de pleur d’enfant et de hurlement de souffrance. Une fête de pâque sublime ! Du regard, il vit son partenaire adorer lancer une poignée de bonbon aux autres officiers. Les pauvres accueillirent ce geste avec plaisir, les inconscients... ! Lister le connaissait suffisamment pour savoir que ces bouchées sucrassent leur ferait passer le goût des friandises pour longtemps. Décidément, ces deux-là faisaient une sacrée paire.

Quand les enfants, après son discourt mielleux, se jetèrent sur la belle cocotte, il les aida volontiers, les portants pour les mettre sur son dos, attrapant les appareils photo pour leur offrir des souvenirs mémorables. Quelques parents ne se génèrent pas pour poser avec leur progéniture. Qu’ils s’amusent, ils verraient bien qui aurait le dernier rire. Tant de joie, tant d’amour, si ce n’était pas beau... Non, pour le bleu, s’était écœurant, le mal-être de son patron était son seul réconfort. Ça, et la pensée de ce qui suivrait, car Lister portait, il en était sûr, des sentiments similaires pour cette progéniture indésirable. Peut-être pas aussi destructeur, mais aussi négatifs.

Tout cela ne dura guère, les enfants étaient là pour la chasse, le rodéo sur poulet géant n’était qu’un simple extra. Alignée sur une ligne, bien sage malgré quelque trépignement et quelques accros des surexcités impatient de se lancer à la tâche, le lapin, derrière son sourire figé, les contempler avec une noirceur sans pareille. Tant d’enfant, de petite tête blonde, avec leur parent rempli d’amour... Hors de question qu’ils s’en sortent indemnes !

Bien innocemment, il apporta le revolver à son chef adoré. Et comme le lapin comique qu’il incarnait, il posa ses mains sur ses oreilles. Pourtant, le coup de feu ne laissa aucun doute : l’arme était réelle, comme la balle qui vola dans les airs. Pourquoi aurait-il tendu un jouet ? C’était bien plus drôle comme ça : entre l’ébahissement général, les pleurs des plus petits et ceux qui étaient tombés au sol à cause de la surprise. Il ne se faisait pas de soucis pour Lister : avec ou sans costume, il avait dû réaliser la supercherie dès l’instant où il avait tenu l’arme en main.

Se reposant contre le tronc d’un arbre, alors que les adultes rassuraient les plus émotifs et que cette joyeuse troupe courut se perdre sous les feuillages des arbres, un soupire lui échappa. S’il avait été en forme, il aurait semé pièges et surprise dans le parc, les œufs auraient été explosifs, ça aurait pu être si amusant... Alors que là, toutes ses tentatives ne seraient qu’un piètre amuse-gueule. Ses yeux injectés de sang fixer dans le dos de ses inconscients, il voyait les flammes au loin, l’odeur de la cendre lui chatouillait les narines, pur fruit de ses fantasmes. Le moment était idéal pour allumer un incendie : toute la jeunesse dorée de Manchester disparaîtrait. Lister, probablement, prendrait le blâme de sa vie... Même Seth serait furieux...

Quel dommage qu’il n’ait rien pu apporter en venant ! Enfin, si les invités à cette joyeuse fête amenaient de l’alcool et des briquets, peut-être pourrait-il malgré tout mettre en œuvre ses goûts macabres ?

Des étouffements lui firent tourner la tête vers ses collègues. L’un d’entre eux se tenait la gorge, virant en un rouge criard en faisant des gestes pitoyables tandis que ses collègues l’entouraient, incapables de l’aider. L’emballage des friandises s’envolait au vent...

S’étirant, un frisson peu agréable lui traversa le corps, alors que le monde tangua un court instant autour de lui, le rappelant à l’ordre. Attendre sagement était une perte de temps, un luxe qu’il ne possédait pas. Du coin de l’œil, il s’avança dans les halées. Si la poule est censée délivrer les cadeaux, le lapin est censé aider les enfants à trouver les œufs. C’est de son timbre le plus douçâtre qu’il partagea son secret avec un gamin de six ans particulièrement enthousiaste : dans le bassin du parc, près des roseaux, se trouve le plus bel œuf qu’il lui sera donné de voir. En agitant la main, il observa l’enfant partir. Les oies se feront une joie de le pincer et le faire tomber à l’eau .

Sur le chemin, il vint en aide à une jeune fille qui tentait d’atteindre un œuf cacher dans un arbre. La prenant dans ses bras, il la déposa sur une branche, puis s’en alla, insensible aux hurlements de terreurs de l’enfant, lorsqu’elle réalisa qu’elle ne savait plus descendre.

C’était amusant, mais où son collègue préféré se cachait-il ? Ce serait plus drôle de partager le plaisir de ses tours, que d’agir seul. Connaissant l’emplumé, il y avait peu de chance qu’il ait accepté d’attendre gentiment le retour des enfants, qui à cette allure ne risquaient pas de revenir un jour.

Quelque plume assez grossière finit par attirer son attention alors qu’il approchait de la cachette de la vilaine cocotte. Grimpant à un arbre, le lapin l’approcha en douce, jusqu’à être au-dessus de lui. Là, il lui lança des œufs, trouver sur le chemin et que ses confrères avaient fort mal dissimulés, puis une fois l’attention de son dindon reporté sur lui, il souffla.

- « Aurais-tu peur de l’embrassade des enfants, ma poule ? ~ »

Faisant le cochon pendu, ses yeux embrumés fixaient les alentours, soupirant lourdement. Tout cela était bien beau, mais pas à la hauteur de ce qu’il souhaitait.

- « C’est ennuyant, tu ne trouves pas ? Cette petite fête n’a vraiment rien d’exaltant. Que dirais-tu d’une petite promenade avec moi ? On pourrait se cacher dans les buissons et faire peur à ces sales petits rats... Leur donner une telle frousse qu’ils n’oseraient jamais plus revenir dans le parc ♥️ J’ai mieux ! On les fait se perdre dans les bois, pour offrir à  ces chers parents la peur de leurs vies ! Ou alors.. Débusquons tous les œufs, ces pleureurs chercheraient en vain et partiraient avec le cœur briser... Hum, quoi que... »

Un sourire sournois dissimuler sous son masque, il sauta au sol, atterrissant sur cette douce volaille, pour l’attraper entre ses bras, ses yeux brillant dangereusement en le gardant prisonnier sous son poids. Une idée maintes fois plus présente lui titillait méchamment l’esprit.

- « Je te kidnappe ♥️ Plus de poule, plus de récompense…  Les pucerons, leurs ânes et même ses attardés de cochons vont te chercher de longues heures, s’inquiéter quand ils trouveront des plumes ensanglantées ici et là.. Puis ils tomberont sur ton costume pendu à un arbre : le suicide de cocotte, pas mal comme grand final, tu ne trouves pas ?  Pendant que nous, nous serons en ville, à boire de l’alcool et à provoquer des bagarres... Qu’en dis-tu ? »
Kumio Hakkyou
Cobaye
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Anomalie
Date d'inscription : 26/10/2014
Localisation : En train de t'espionner
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov 2016, 00:33
Bien planqué dans son coin, la cocotte patientait tranquillement.
Non pas qu'elle attendait sagement les enfants… Il ne fallait pas rêver non plus! Ayant retiré son masque de poulet, Lister s'était confortablement installé à l'entrée du bois, caché derrière des boissons. Autant pour se camoufler et laisser les enfants chercher que pour se griller une clope en toute tranquillité. Crachant quelques volutes de fumée grises, le Saigneur observa les enfants depuis sa cachette, ayant malgré tout une vue sympa sur tous ses mômes qui cherchaient les fameux œufs. De là, personne ne le voyait, mais lui avait un beau panorama. Que les gosses continuent de chercher, ça lui ferait des vacances! Avec un peu de chance, ils ne le trouveraient pas de sitôt…

Un bruissement de feuilles attira son attention. Cependant, le shérif ne dédaigna pas lever les yeux vers les branches grinçantes. Même la pluie d'œufs fut royalement ignorée… Lister préférait continuer à fumer en paix, bien qu'un fauteur de trouble pointait le bout de son nez entre la végétation. Aucune question à se poser… Il savait très bien qui venait le déranger pendant sa pause clope. C'était sans doute la seule présence qu'il tolérait en cet instant. S'il avait s'agit de l'un de ses subordonnés, il l'aurait remballé rapidement. Avec un coup de pieds au cul! Tout dépendait s'il était dans les bonnes grâces du chef de la milice. Ce dernier leva enfin les yeux pour jeter un coup d'œil au singe bleu qui s'amusait sur les branches. Il lui lança ensuite un petit sourire en entendant sa remarque.

Le lapin est jaloux parce qu'il n'a pas de câlins des enfants? Je peux te faire un câlin made in cocotte si tu veux!

Son sourire s'élargit, un petit air narquois flottant sur son visage. Juste de la taquinerie, rien de bien méchant… Ses yeux bleus se posèrent sur son binôme qui jouait au cochon pendu. Un vrai gosse quand il s'y mettait. Il aurait très bien pu l'inscrire à cette chasse aux œufs. Kumio aurait sans doute raflé tous les trésors planqués dans le parc, ne laissant aucune chance à ses pauvres enfants de gagner le grand prix. Ça aurait pu être amusant! Le méchant lapin voleur d'œufs! Quel serait son plaisir de voir la déception sur tous ses petits visages. Ce genre de situation aurait certainement été plus amusant qu'une simple chasse aux œufs où tous les enfants seraient gagnants. Pour ça, Lister était parfaitement d'accord avec Hakkyou.

Il fallait mettre un peu plus d'animation dans cette chasse au trésor. Les idées du bleu étaient toutes plus alléchantes les unes que les autres. Se cacher et faire peur aux enfants… Les guider dans la forêt vers d'autres surprises imaginaires puis les abandonner pour qu'ils s'y perdent. Un Cauchemar affamé finirait peut-être par tomber dessus avant les autorités. La une des journaux le lendemain: deux enfants s'égarent dans les bois en cherchant des œufs en chocolat, leurs corps déchiquetés retrouvés par la police. Comme il avait pensé, Lister enverrait bien Kumio débusquer tous les petits trésors, l'aidant dans sa tâche. Mais ça mettrait fin à leur partie de rigolade. Or, plus ça durait, mieux c'était!

De bonnes idées, mais il faudrait plus divertissant!

Lister écrasa son mégot contre le tronc de l'arbre et retourna à la contemplation de la joyeuse partie. Il fut cependant bien vite tiré de son observation fugace par un bleu tombant de l'arbre. Le shérif ne broncha pas quand son binôme le serra contre lui. Au contraire, son sourire revint s'accrocher sur ses lèvres. Ce dernier s'étira en mode carnassier suite à la remarque d'Hakkyou. Le kidnapper? Quelle idée intéressante! Si on l'enlevait, personne ne pourrait le blâmer d'avoir laissé tomber la chasse aux œufs et tous ses bambins qui attendaient avec impatience le retour de la cocotte. Qu'il le kidnappe! Le Saigneur ne dirait pas non!

Oh oui! Kidnappe-moi!

Le shérif ricana. Cependant, quelque chose le chiffonnait… C'était moins amusant de retrouver le costume sanguinolent vide de tout corps. Il fallait quelqu'un pour jouer le pantin à l'intérieur, sinon l'effet de surprise et de terreur serait moindre. Quelqu'un devait le remplacer sous le déguisement de cocotte, sinon ça n'aurait pas le même impact. Et Lister savait pertinemment où trouver le parfait candidat pour jouer cette adorable poule pendue. Son regard d'azur se posa à nouveau sur son binôme chéri. Un autre sourire apparut sur son visage.

Dis-moi… C'est toi qui as fait venir ces rôdeurs? Qu'est-ce que tu leur as promis?

Oui… Pendant les jeux avec les enfants, avant le départ de la course, le chef de la milice avait déjà repéré deux ou trois personnes n'ayant pas la tête pour une chasse aux œufs dans le parc. S'étant finalement dit qu'il s'agissait de simple promeneur, Lister n'y avait pas prêté plus d'attention. Mais maintenant qu'il avait l'occasion de surveiller un peu les environs depuis sa base secrète, il était clair que certains n'étaient pas des flâneurs ou habitués du parc. Ils cherchaient clairement quelque chose et ce n'était pas les œufs en chocolat. Une ou deux n'étaient pas très doués pour se cacher… Pour un œil averti, ils paraissaient directement suspects. Et son petit doigt lui disait que le seul créateur de ce plan foireux ne pouvait être qu'Hakkyou. Qui d'autre pourrait bien transformer cette joyeuse fête de Pâques en véritables cauchemar, tant pour les adultes que pour les enfants?

Je consens à te suivre si tu m'attrapes un de ces jolis rôdeurs que tu as rameuté! On va le transformer en belle cocotte rouge! Ce sera bien plus agréable d'avoir une poule remplie! Imagine la tête des enfants… Ça ne peut être que magnifique!

Lister tapota gentiment la tête de son collègue en ricanant avant d'ajouter:

Allez viens! On va chasser le parfait pigeon!

Sans attendre plus longtemps, le Saigneur remit son masque et sortit de sa cachette, autant pour se faire voir aux yeux des enfants que des invités indésirables. Cette fête allait peut-être être plus amusante que prévu…
Lister Lindley
Saigneur
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Initié
Date d'inscription : 30/09/2015
Localisation : Partout! Huhuhu!
Revenir en haut Aller en bas
Mer 01 Mar 2017, 17:39
La pluie d’œuf fut royalement ignorée, pourtant le shérif devait, à coup sûr, avoir remarquer sa présence. Fumé sa clope n’était pas si prenant que ça.. Ceci dit, il eu tout de même droit à un sourire et une réponse.

- « Mais, j’en veux bien plus qu’un ! »

Pseudo-caprice, car Lister ne risquait pas de venir le chercher pour l’étouffer sous ses ailes. Les idées pour rendre la fête de paque divertissante, selon la définition de son supérieur et la sienne semblait plaire. Pourtant, le dindon avait parfaitement raison : il en fallait plus, toujours et encore plus. A eux d’eux, les possibilités étaient quasiment illimitées, pourquoi voir petit ?

Au final il eut le droit à son câlin, en essayant d’écrabouiller la poule pour en faire un bon civet. Ceci dit, le saigneur était costaud, il n’avait rien à craindre ou presque. Cela dit, allait jusqu’à lui dire de telle mot, c’était vouloir qu’il perde la tête. Dans tous les cas, il n’en fallut pas plus pour qu’il se jette sur lui, commençant à vouloir le déshabiller. Pas de préliminaire, il voulait tout de suite passer au chose sérieux et pour cause : ils n’avaient que trop traîner derrière ces sales gamin pouilleux.

L’excitation chassait la fatigue, ou plutôt l’adrénaline, face à l’état toujours plus déplorable de son corps. Même s’il restait persuader que la fièvre n’était que des bouffées de chaleur. Réussissant à forcer de faufiler ses mains sur son supérieur, il trouva la fermeture du costume, prêt à lui ôter.

- « Unn ? De l’argent contre une poule farcie. Histoire d’avoir notre pinata ♥ »

Redressant son buste, il observa les environs de son regard brumeux. Des tâches vertes et d’autre plus colorés... Enfin, si Lister en parlait, c’est qu’ils les avaient vu quelque part. Quelle bonne nouvelle que ses invités soient venus, la fête allait pouvoir être encore plus amusante !

Consentir ? Son expression se fit boudeuse, il n’aimait pas ce mot. Qui avait-il d’excitant à kidnapper quelqu’un qui accepter bien gentiment ? Le poulet n’était en rien un gentille animal dodu.. En plus, ça lui donnait presque l’impression de le forcer : comme si Lister n’aimait pas l’idée... Ceci dit, la suite de ses paroles éclipsa complétement cet aparté. Ses yeux s’ouvrirent en grand avant de se rétrécir, sur une lueur effrayante. Une cocotte garnie... Un frisson le parcourt, d’excitation – qu’il continue à se leurrer sur son état de santé. Ce n’était pas pour rien qu’il était son boss avec de telles idées.

- « Je devrais t’emmener à chacun de mes coups ♥ »

La ville ne tiendrait pas longtemps, s’ils s’amusaient ensemble plus souvent. Riant d’enthousiasme machiavélique sous le geste de son cher collègue, il sauta de côté, levant une main ho combien énergétique en l’air.

- « La chasse est ouvert ! »

Dans un saut plein d’entrain, il attrapa dans un saut le bras de la belle dodue, à présent de nouveau masquée, évitant de s’évanouir en basculant sa vision sur celle des caméras du parc. Le gibier n’était guère loin d’eux, à menacer les passant pour trouver leur cible. Vu leur mine, ils risquaient de vite abandonner. Dire que même des gosses de cinq ans se montrait plus tenace dans leur traque, alors qu’ils ne recevront que des babioles…

Rapprochant son visage masqué de son collègue, il glissa à son oreille, d’un timbre gourmand.

- « Tu les laisse te tomber dessus pendant que je vais chercher tes accessoires ou tu préfères jouer les appâts ma poule ? »

Déjà, le goût du sang brulait son palais. Inconsciemment, ses mains s’agrippèrent avec plus de force, à l’idée de jouer. Enfin, c’est comme ça qu’il interpréta le spasme qui envahit ses membres. L’un des voyous attirés par la prime ferrait un bien beau pantin : une carrure similaire à celle du Shérif, en plus graisseux et bien moins terrifiant. Histoire de préparer un beau paquet surpris pour les petits et pour les grand, y compris les forces de l’ordre. Si quelques-uns pourraient penser qu’il s’agit bien des restes du shérif, ce serait parfais ♥

Kumio Hakkyou
Cobaye
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Anomalie
Date d'inscription : 26/10/2014
Localisation : En train de t'espionner
Revenir en haut Aller en bas
Sam 08 Avr 2017, 14:34
Son empressement et son excitation le firent ricaner. Le gamin débordait d'enthousiasme!
Avait-il tellement envie de voir cette magnifique cocotte surprise? Probablement, vu sa rapidité à vouloir le débarrasser du costume de Dame la Poule. Quel coquin, vraiment! Vouloir ainsi le déshabiller derrière les buissons! Décidément, il ne savait pas attendre un endroit plus intime pour retirer toutes ces plumes! Mais malheureusement, l'heure n'était pas encore venue. Le Poulet ne tirait pas sa révérence tout de suite. Il devait encore trouver un beau pigeon pour le remplacer et pousser son cocorico. Son dernier chant, probablement… Lister poussa donc le bleu pour qu'il arrête de chatouiller la fermeture éclair de son costume. Kumio aurait tout son temps de lui retirer une fois la belle pinata attrapée.

Doucement! Il manque la farce avant de me retirer la peau!

Aaaah… L'argent! Qui n'était pas prêt à tout pour quelques crédits supplémentaires sur son compte? L'appât du gain financier était la meilleure méthode pour rameuter tout un tas de gens louches. S'il y avait eu quelques pièces dorées à la place des œufs en chocolat, ce ne serait certainement pas des bambins qui couraient dans tous les sens, mais bien des adultes avides de richesse. Une idée pareille aurait pu être intéressante. Voir tous les imbéciles heureux de cette ville courir d'un coin à l'autre du parc à la recherche dore et de gloire. Pathétique! Mais quel succulent spectacle! Les enfants avaient encore une certaine innocence, ce plaisir de jouer sans arrière-pensée. Pas les adultes! Ils ne verraient que le fric. Des poussières d'or leur voileraient les yeux, leur faisant ressortir leurs plus vils penchants. Ils se dévoraient sans doute les uns les autres pour quelques pièces sonnantes et trébuchantes. Qui n'auraient plus aucune valeur puisque la ville fonctionnait par crédit et avec une puce… Une idée à garder pour plus tard! Ce serait un bal grandiose!

Oh oui! Emmène-moi! Tu sais que je ne dirai jamais non pour tes beaux yeux!

Un petit rire amusé… Pour sûr, le bleu savait très bien qu'il pouvait toujours compter sur son boss adoré. C'était sans doute l'une des rares personnes – Valerian y compris – auxquelles il ne pouvait quasi rien refuser. Lister avait beau grogné, paraitre mécontent, dire non en hurlant… Il finissait toujours par craquer. Mais entre sa colombe et son binôme, il y avait un monde de différence. Valerian, c'était… Parce que c'était Valou! Point barre! Il n'avait pas à se justifier et ne le ferait certainement pas. Kumio, c'était différent, peut-être plus moins complexe… le chasseur savait très bien comment attirer le Shérif pour faire les quatre-cent coups. Et le concerné devait bien l'avouer, il n'était jamais déçu par les petits jeux que pouvait organiser son bleu préféré.

Le Saigneur rit encore une fois en voyant l'entrain de son partenaire de jeu. Cette journée promettait d'être plus amusante que prévu finalement! Sans attendre, il remit son costume en place, fermant la fermeture éclair que Kumio avait déjà pris un malin plaisir à dézipper. Il laissa ses plumes avec un soin exagéré et remit son masque de cocotte alors que le chasseur tentait déjà de le sortir de sa cachette végétale. Oh! Doucement! Quel vilain fripon! Tellement excité qu'il n'avait pas non plus pris le temps d'écouter les règles de ce nouveau jeu. Lister attrapa les poignets du gamin pour l'immobiliser, le couper dans son élan d'excitation. Puis, maintenant plus calme, il choppa ses joues entre ses vilaines ailes de poulet et le rapprocha de lui, le forçant à regarder les gros yeux vides du costume. Avant de lui susurrer sur un ton mielleux:

Trouve-nous la plus belle poule, mon Lapin! La plus magnifique pour en faire une belle farce!

La grosse cocotte posa un bisou de son bec en plastique sur le front du lapin. Puis elle ricana à nouveau avant de chercher quelque chose sous ses plumes, relâchant le bleu par la même occasion. Le Saigneur s'empressa rapidement d'ajouter avant qu'Hakkyou ne s'en aille au triple galop:

Et pour pimenter un peu le jeu, les petits poussins vont eux aussi essayer de retrouver leur maman!

La Dodue finit par ressortir sa main de sous ses plumes, un talky-walky entre les doigts. Le Shérif porta rapidement le drôle téléphone à ses lèvres et appuya sur un petit bouton avant de faire passer son message, à tous ses subordonnés en place dans le parc et qui surveillaient le bon déroulement de la chasse aux œufs:

Et les gars! J'ai repéré des grands enfants qui rôdent dans le coin! J'aimerais ne plus les voir, ça fait tache au milieu des gosses! Vire-moi ça!

La chasse est ouverte, mon Lapin!
Lister Lindley
Saigneur
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Initié
Date d'inscription : 30/09/2015
Localisation : Partout! Huhuhu!
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Avr 2017, 20:11
Le chasseur eut une moue boudeuse lorsqu’il se fit repousser. Certes, mieux valait avoir la farce sous la main avant de vider la belle cocotte... Toutefois, ce n’était pas non plus parfaitement indispensable. Surtout quand trouver le parfait pigeon ne serait qu’une franche rigolade. Ceci dit, Lister avait bien raison de calmer le bleu, sans quoi il se serait retrouver complétement nu en quelque seconde et rien ne lui garantissait que le démens n’en aurait pas profiter.

- « Les plats n’ont pas à dicter comment ont les cuisinent ! »

Le masque dissimula la langue qu’il lui tira avec toute la maturité dont il était capable. De toute façon il avait déjà commencé à l’ouvrir.
Mine de rien, si Hakkyou trépignait d’impatience, le Shérif demeurait plus terre à terre et plus il était calme, plus le bleu s’excitait tout seul à la pensée du jeu. Du moins, jusqu’à ce qu’il soit remis à l’ordre, immobiliser par les ailes de la grosse poule. Les yeux rivés de force vers les trous du costume, ils les plissèrent, bouillant intérieurement d’impatience. A peine reçut-il le baiser en plastique qu’il voulut s’élancer dans les buissons. La plus belle était son boss, toutefois il allait lui dégotait un remplaçant remarquable.

Cependant, les paroles énigmatiques de son compagnon le stoppèrent si brusquement qu’il manquait d’en perdre l’équilibre. L’éclat dans son regard abysse vrilla quelque instant, tandis que son sourire s’agrandit au fur et à mesure que ses mots frôlèrent ses oreilles. Que la chasse commence ~

Pourtant, avant de partir en courant comme un dératé à la recherche de ses proies, il croisa ses bras, son regard toujours posé sur le meilleur chef qu’il lui fut donné d’avoir. Puis, fatalement, il s’approcha de lui, venant à nouveau lui sauter pour mordre son cou avec hargne, histoire qu’il sente quelque chose sous son pelucheux costume. Après avoir cracher quelques plumes, il s’en alla tranquillement, lui faisant signe de la main

- « Je te laisses t’occuper des préparatifs, ma poule ~ »

Parce qu’une fois attrapée, il faudrait encore ficeler le pigeon et attendrir les chaires, donc chacun son rôle.  Le bleu n’oubliait pas ses idées de feux d’artifices, qui vinrent se mêler aux paroles de son supérieur pour créer une magnifique mosaïque. Remettant convenablement en place son masque, le prédateur était prêt à trouver le plus bel oiseau pour son boss.

Et il était là, de l’autre côté de l’étang. Une silhouette semblable à plus de quatre-vingt pour cent, une carnation cramoisi, des cheveux d’un châtain claire médiocre et bien sûr, des yeux aux couleurs délavés… A regarder cet homme, plus jeune que le shérif, on pouvait s’interroger sur les piètres capacités visuelles du mourant.  La ressemblance n’était en rien si flagrante : la forme du visage était loin du charme viril du maître des forces de l’ordre, l’odeur de soûlard en plus. Néanmoins, ça n’avait pas grande importance, vu ce qu’il comptait lui faire subir.

Son palpitant battait la chamade en voyant les poussins approcher de sa proie. Difficile de ne pas remarquer l’armoire à glace qui bousculer tous les passants. Un gibier magnifique : que du muscle et pas un sou de cervelle. S’il courait directement se jeter dans les bras de son binôme, il ne saurait être plus simple à capturer. Toutefois, il devait neutraliser les chiens galeux qui bavaient sur ses plates-bandes.

Un cri horrible au demeurant attira son attention. Un sale marmot était là, à gazouiller bêtement en tapant des mains tandis que sa chère mère lissait un de ses romans à l’eau de rose. Aussitôt, son visage prit son expression la plus mauvaise qu’il soit.

Au loin, avant que les policiers ne fassent circuler sa bien aimé proie, la pauvre jeune femme, en pleure, se met à hurler à l’aide. Et forcément, les imbéciles sautent dans le panneau, grillant leur couverture civile pour aider la créature éplorée. La disparition d’un enfant en bas âge est plus urgente que la présence de quelques voyous.

Il ne restait qu’à attirer la farce dans son piège.  Ce ne fut l’histoire que de quelque minute. Marcher l’aire de rien jusqu’au groupe de voyou, bousculer leur chef avant de se faire attraper par le col, à deux doigts d’être frappé. Sauf que ses oreilles poilues et son masque eurent le don d’accrocher l’attention de la petite frappe. Un homme déguisé en lapin, le jour de pâques... Évidemment, il avait des chances d’accompagner la poule et donc de savoir où se cache cocotte.

Après avoir été secoué et même frapper à l’estomac puis au visage, la lèvre en sang, sous les insultes et les brimades, le rongeur ‘poltron’ se fit un plaisir de les guider jusqu’à la tanière de l’horrible volaille. Sur le chemin, il s’assura que les canetons soient bien occupés à ratisser le parc.  Parfait, qu’ils cherchent la couche puante... Ils ne viendraient pas mettre leur nez dans leur affaire avant que l’heure ne sonne.  

Madame cocotte se trouvait là, sublime dans son pelage comique. Qui ne manqua pas de faire s’esclaffer les malfrats du dimanche. Rira bien qui rira le dernier ~
Alors que le petit chef de ce groupe minable s’approcha, crâneur, Hakkyou se retrouvait accompagné de quelques gigolo, trop occupé à rire de bon cœur pour mesurer le danger dans lequel ils venaient de se jeter.



Piquant le sac des malfrats, y voir la contrebande finit de le mettre en joie. Définitivement, il pourrait fêter comme il se doit son départ. D’une humeur explosive, il se jeta une énième fois dans le dos de son bien aimé binôme. Lister avait eu largement le temps de maîtriser le chef de ses brutes. Déjà, ses mains revinrent à l’attaque pour le mettre à nue, puisqu’il n’avait pas d’excuse cette fois.

- « Alors, il est à ton goût ? ~ Maintenant, il est l’heure de te déplumer ♥️  »
Kumio Hakkyou
Cobaye
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Anomalie
Date d'inscription : 26/10/2014
Localisation : En train de t'espionner
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin 2017, 18:20
Quel enthousiasme! Quelle excitation!
Son bleu préféré n'était décidément qu'une pile électrique, une boule de nerf. Si le Shérif l'avait lâché directement, il aurait très certainement couru dans tous les sens. Mais le fait de l'avoir attrapé avait su capter son attention. Du moins, pour quelques minutes… Mais c'était amplement suffisant pour lui annoncer les règles du jeu que la cocotte avait pondu. Des règles qui furent accueillies avec joie. Sans plus attendre, le lapin s'élança dans cette chasse aux pigeons. Quoique… Il se stoppa net avant de faire demi-tour et venir sauter sur la poule. Une morsure… c'était tout ce que Lister venait de récolter. Non pas qu'elle fut douloureuse, mais il l'avait tout de même sentie passer. Et la seule réaction qu'il eut, ce fut un ricanement qui franchit ses lèvres. Kumio s'éloigna ensuite, laissant le volatile rire seul dans son coin.

La Dodue s'étira doucement. Bien… Le lapin était parti à la chasse. Il ne lui restait plus qu'à préparer les ingrédients pour cuisiner un délicieux poulet farci. Et Lister savait très bien où il avait stocké tout son matériel pour préparer un poulet rôti. Le seul petit hic était que s'il sortait de sa cachette, les enfants allaient fondre sur lui comme des rapaces affamés. Hors de question d'avoir des gamins dans les pattes pour confectionner un plat digne de ce nom. De plus, c'était une surprise pour tous les bambins galopant dans le parc. Voir la surprise avant qu'elle ne soit terminée n'allait absolument pas. Ce serait décevant, tant du côté des gosses que du Lapin et de sa Cocotte. Donc mieux valait rester planquer. Du coup, Lister ne se foula pas pour récupérer ses effets personnels. Un appel via son talkie-walkie et le tour était joué. Il aurait tout ce qu'il faut pour préparer cette magnifique surprise.

Bientôt, l'un de ses subordonnés arriva. Il portait une caisse à bout de bras. Elle n'était pas spécialement lourde. Pour cause, à part les vêtements du Shérif, une batte de baseball et de la corde, la boite était complétement vide. Une grande caisse pour pas grand-chose au final… Et interdiction d'approcher. Les enfants avaient très bien remarqué le manège du policier. Et si ce n'était pas les bambins, les parents avaient l'œil du faucon. Mais les ordres étaient clairs. Personne ne pouvait déranger la cocotte qui préparait une surprise pour le show final. Et si par malheur quelqu'un venait à l'apercevoir, la Dodue ne distribuerait pas les chocolats surprises. Alors, cette consigne qui sonnait comme une menace servait à dissuader les curieux. Ces derniers continuèrent donc leur chasse aux œufs, attendant avec une impatience trop voyante la fameuse surprise.

Le chef de la Milice congédia son employé avant de fouiller sa boite. Rapidement, il en sortit la batte de baseball, laissant ses vêtements et la corde soigneusement ranger dans le ventre de la caisse. Il planqua l'arme sous son épais plumage. On n'y voyait que du feu. Rien ne laissait présager que la Cocotte était armée, ni avec une batte ni avec un revolver précieusement planqué dans une poche invisible du costume. Si le pigeon venait à être récalcitrant, il avait de quoi le dissuader de jouer les fous furieux. Il ne lui restait plus qu'à patienter, que son lapin ramène un beau pigeon. Et Liste ne dut pas attendre bien longtemps. Son bleu favori revenait déjà de sa chasse, avec quelques jolis gibiers à la clé. Que le festin commence!

La Dodue restait bien en place, faisant comme s'il n'avait pas entendu l'arrivée de ses invités surprise. Immobile, il attendait. Comme un serpent attendait sa proie tapis dans les feuilles, prêt à frapper de ses crochets venimeux. Lui aussi était tapi sous l'épais plumage jaune, prêt à dégainer son arme et l'abattre sur le beau pigeon que lui offrait son lapin. Indifférent, il attendait que l'homme s'approche. Toujours plus, réduisant la distance entre eux. Il ricanait… Le pauvre, s'il savait à qui il avait affaire… Il rigolerait moins lorsqu'il saurait ce qu'on ferait de lui… Le dindon ne gloussait plus une fois farci… Le Shérif alla jusqu'à se laisser un peu malmené, se laissa pousser comme s'il était une petite poule sans défense. Puis il frappa, lorsque le type s'y attendait le moins. Lister n'y avait pas été de main morte. Mais il s'en moquait complètement. Kumio avait réalisé le même travail avec les oisillons qui suivaient le pigeon.

Le Saigneur n'eut pas le temps de se retourner que le bleu était déjà sur lui. Avec le même empressement qu'un peu plus tout, il fouilla le plumage de la Dodue à la recherche de la fermeture éclair. Plus d'excuse cette fois! Mais qu'importe… Lister était ravi de quitter enfin ce costume ridicule. Alors, il laissa faire le chasseur de prime, lui offrant le plaisir de le déplumer. Une fois le masque tombé, il récupéra ses vêtements dans la caisse et s'habilla. Il balança la batte dans la caisse et sortit la corde. C'était bien mieux d'être en pantalon et chemise que dans ce répugnant costume. Il s'alluma une nouvelle clope tout en contemplant leur œuvre.

Oui! Il est magnifique, notre pigeon!

L'homme qui semblait être le chef de ces petites frappes était méconnaissable. Lister termina sa cigarette et la jeta dans l'herbe avant de l'écraser sous sa semelle. Sans aucune délicatesse, il attrape le type en face de lui pour le ficeler comme un cochon. Puis, il le fourra  à l'intérieur du poulet. Le Saigneur se retourna ensuite vers le bleu, souriant. Et sans attendre, il lui fit une petite remarque avec un grand sourire carnassier:

Parait que tu es un vrai cordon bleu! Montre-moi tes talents de cuisinier, mon cher Kumio!

Il adorait frapper, faire couler le sang… Mais être l'observateur de scènes macabres lui plaisait tout autant… Surtout lorsque son binôme était le maitre de cérémonie. Avec lui, il ne s'ennuyait jamais…
Lister Lindley
Saigneur
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Initié
Date d'inscription : 30/09/2015
Localisation : Partout! Huhuhu!
Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Juil 2017, 22:55
Qu’elle était belle, cette poule en furie ! Assit sur les restes des oisillons, il contemplait cocotte la magnifique dans son numéro de lynchage spectaculaire, riant aux éclats. Dommage qu’il ait raté le clou du spectacle ~

sans laisser le temps à la vedette de saluer son public, il se jeta sur elle, la serrant de toute la force de son corps mourant de crainte qu’elle ne s’échappe encore de son accolade. Ses mains se firent une joie de se promener dans le vêtement, manquant de l’arracher par l’empressement de mettre à nue sa peau. Évidemment, il ne se gêna pas pour profiter de l’occasion, caressant les muscles rigoureux de son boss... Afin de mieux lui soutirer son arme à feu, quelque arrière pensé en tête.

À peine s’extirpa-t-il des entrailles de la défunte madame poule que Lister empala le pauvre pigeon dans sa dépouille. À voix basse, le bleu grommela, les bras croisés.

- « Cela t’allait mieux ! … Enfin... Tu lui as joliment refait le portrait ♥️ quel charme ! »  

Lorsque son chef se retourna vers lui, souriant au possible, pour lui offrir ce grand honneur... Le lapin croisa ses bras, la mine renfrognée sous son masque. Brusquement, il pointa un doigt accusateur sur son supérieur, s’écriant.

- «  Hey ! Tu t’es déjà rhabillé ! … Ce n’est pas drôle, je ne peux même pas profiter un peu après avoir tant bataillé pour te mettre à nu... Ne me dis pas que tu es pudique ? »  

Plutôt lent à la détente, le bleu... Comme d’ailleurs il le prouva, en ne réalisant qu’après coup l’offre alléchante de son boss. Stupéfait, toute idée de représailles se dilua de ses pensées immondes, alors qu’il était sur le point de se jeter sur son acolyte pour le dénuder une bonne fois pour toutes. Au lieu de cela, il s’approcha de lui, la démarche féline, venant se saisir de sa batte déjà bien ensanglanter, frôlant ses doigts. De l’index, il caressa le menton de son supérieur, comme pour s’assurer d’avoir toute son attention et glissa d’une voix complice.

- « Vile flatteur, comment te le refuser ? »  

En se reculant, la batte sur l’épaule, il lui déroba au passage sa cigarette, raillant un « domo » sarcastique. Ses pas le placèrent face à son ingrédient principal, qu’il détailla de bas en haut, après avoir écrasé la cigarette . Irrémédiablement, le costume allait mille fois mieux à Lister... Ses yeux floutés dardèrent quelque éclat sur le concerné, avant de revenir sur sa cible. On sentait qui était passé par là.

- « Une dinde farcie… Pour la cuisson… bleue ? Unn… Par contre, je n’aime pas cuisiner dans le silence. Si tu permets que je branche la radio. »

.. Quelques minutes plus tard, en sueur et épuisé, il reposa l’arme au sol, observant d’un air satisfait le sac de viande gire misérablement. Dire que le pauvre n’était ni mort, ni même inconscient…

Laissant tomber les hors-d’œuvre, puisque la viande était parfaitement attendrie, il s’approcha du sac de ce benêt, pour en sortir une bouteille d’alcool. N’avait-il pas parlé de feux d’artifice, tout à l’heure ? Arracher un morceau du sac, vider quelque cartouche de l’arme du saigneur afin d’obtenir un moelleux petit coussin garnit d’une cordelette dégoulinante d’alcool ne pris guerre de temps. S’amusant à la faire sauter en l’air, ses yeux concentrés diaboliquement sur le repas, il murmura noiremant.

- « Il est temps de farcir la dinde... ♥️ »  



Pourtant, il recula docilement, le bras couvert de sang, pour afficher son sourire le plus radieux à son supérieur, avant de réajuster son masque de lapin. Sans plus de cérémonie, il revient se jeter sur lui, entourant ses larges épaules en soufflant.

- « À toi l’honneur, boss ♥️ allume-le et après, je te kidnappe ~ »  

Ho, ce n’était pas avec tout cela qu’il pourrait réduire en cendre l’espace vert, il le savait. Tout au plus réussirait-il à créer un bûcher, entraînant avec l’agonie de l’homme quelque arbre avant que les cerbères n’éteignent ce feu de joie, ode à ce qu’il avait de plus semblable à un ami sous le dôme... Néanmoins, dans son esprit déranger, les choses étaient là : banquet feux d’artifice, sacrifice d’adieux... Qu’aurait-il pu lui offrir de mieux ?
Kumio Hakkyou
Cobaye
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Anomalie
Date d'inscription : 26/10/2014
Localisation : En train de t'espionner
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Aoû 2017, 22:46
Son œil unique se posa sur la dépouille du bandit.
Pourtant, le Shérif n'avait porté que trois coups… Ce n'était pas grand-chose… A croire que les petits caïds du coin devenaient de moins en moins résistant… Que des petites frappes… C'était bien dommage… Ils ne méritaient pas le qualificatif de dissident. Trop simple à attraper et à tabasser… Les vrais ne se feraient pas avoir aussi facilement. Ils ne se laisseraient pas prendre au piège tout court. C'était juste une bande de mecs en mal de sensations fortes et qui se prenait pour les rois du parc. Foutaises… Au moins, il s'était amusé… Et ne comptait pas en rester là…

Un rire moqueur s'échappa d'entre ses lèvres lorsque le bleu l'accusa d'être pudique. Kumio… Tu le connais bien pourtant… Son binôme devait bien savoir que son chef était sans doute le premier à vouloir se balader à poil dans le poste de police. Ce n'était certainement pas lui qui était pudique… Simplement, Lister voulait rapidement quitter les lieux pour aller squatter autre part avec son chasseur favori. Pas question de rester plus longtemps dans ce parc avec des mioches qui couraient dans tous les sens, à la recherche des œufs que Dame Cocotte avait planqués. Le Shérif avait assez donné de sa journée pour cette farce grotesque. Il préférait largement passer du temps en compagnie de Kumio et foutre le bordel là où il pouvait.

Le chef de la Milice grommela lorsque le bleu lui piqua sa cigarette. Il ne l'avait pas fini! Il grogna encore lorsqu'il vit sa clope s'éloigner de plus en plus de ses lèvres. Heureusement que son binôme l'avait prise pour faire joujou avec leur nouvelle poule. Cette pièce de théâtre macabre promettait d'être excitante! Hakkyou ne l'avait jamais déçu. Sa cruauté et son sens du spectacle n'avaient aucun égal. Même lui ne ferait pas mieux… Un acteur magnifique et de talent! Raison pour laquelle il le laissait mener ce bal sanglant.

Fais comme bon te semble! Je me régale toujours avec toi!

Et pour profiter au mieux, Lister alluma une nouvelle cigarette. Une petite friandise, comme on mangerait du popcorn devant un film. Et quel cinéma! Un bon film d'horreur, qui l'amusait plus que le terrifiait. Qu'elle était belle leur Cocotte! Parée de ce rouge écarlate! Magnifique! Le Shérif en ricanait, loin de se soucier du sort de la pauvre victime, aucune culpabilité, aucune pitié. Personne n'en avait eu pour lui lorsqu'il se trouvait entre les mains de BH… Alors il n'en aurait pas non plus pour les autres. A son tour de s'amuser avec la vie d'autrui, comme les scientifiques qui avaient abusé de la sienne.

La viande était prête! Il ne restait plus qu'à la farcir! Et rien de mieux qu'un cocktail maison made in Kumio. Il lui semblait bien que ce chenapan lui avait piqué son arme de service. Quel gredin! Le vol ne le dérangeait pas vraiment. Si le jeune homme avait envie de faire joujou avec son revolver, qu'il le fasse. Mais le bleu avait d'autres projets pour l'arme en question. Qu'est-ce qu'il foutait?  Une surprise pour lui? Que pouvait-il bien mijoter à présent? Plus son binôme avançait dans la préparation de son repas, plus le Shérif voyait clair dans son jeu. Un sourire sadique étire ses lèvres. L'odeur et la vue de sang excitaient déjà ses sens. Sa langue passait frénétiquement sur ses canines pointues. L'envie de mordre le démangeait… Lister savait très bien que boire du sang ne lui apportait rien. Son rang de Saigneur était trop faible. Mais l'envie était bien là. Difficile d'y résister. Pourtant il resta sage, attendant que son bleu chéri finisse de farcir la dinde. Il aurait tout le temps de planter ses crocs dans la chair d'un autre plus tard. Surtout si Valerian l'attendait à la maison… Mais pour l'heure, le final promettait d'être grandiose!

Tant d'honneur, mon cher Kumio!

Lister le réceptionna, passant un bras autour de sa taille pour le maintenir contre lui. Sans d'autre cérémonie, il retira son masque de lapin. Lui non plus n'en avait plus besoin. La Cocotte allait bientôt être sacrifiée, le lapin pouvait aussi quitter les lieux. Leurs rôles ici s'achevaient. Le Saigneur observa la bouille de son complice, maculé de sang de leur victime. Rah… Toujours aussi sale! Mais quel plaisir de le voir ainsi, tout barbouillé d'hémoglobine. Lister se pencha vers lui pour lui lécher le coin des lèvres, goutant au sang de leur victime. Pas mauvais, mais il avait déjà gouté mieux… Est-ce que celui de son cher bleu était meilleur? Il n'y avait jamais touché… Plus tard peut-être…

Le chef de la Milice sortit son briquet et joua de la roulette pour faire sortir la flammèche, juste en-dessous de la ficelle. Cette dernière eut tôt fait de s'embraser. Bientôt… Boom! Un beau feu d'artifice jaillirait! C'était magique! Mais mieux valait ne pas trop rester à proximité… De loin, c'était beau plus beau! Sans lui laisser le temps de réagir, le Shérif l'embarqua sur son épaule comme un sac à pommes de terre. Par pure plaisanterie, il lui donna une claque sur les fesses, le tripotant ensuite sans honte.

C'est moi qui te kidnappe!

Lister partit dans un rire tonitruant,. Il mit également son talkie-walkie en veilleuse, histoire qu'il ne soit pas dérangé pendant son tête à tête avec son lapin. Pas besoin non plus de prévenir la Milice du bucher dans le parc, il se verrait bien assez tôt. Et puis, ce serait amusant de voir la tête de ses Cerbères, paniqués par ce nouvel incident. Peut-être croiront-ils que leur Shérif bien-aimé avait grillé dans ce costume de vilain poulet. Qu'elle ne serait pas leur surprise lorsqu'il débarquerait au poste, en un seul morceau et grognant comme un ours. Ce serait magnifique à voir! En attendant, il s'éloigna à grands pas, son fidèle binôme toujours sur son épaule. Allons plus loin s'amuser!

Suite
Lister Lindley
Saigneur
avatar
PCLK : Oui
Sous-race : Initié
Date d'inscription : 30/09/2015
Localisation : Partout! Huhuhu!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DEAD end :: MadTown :: Plaisirs :: /!\ Espace Vert :: /!\ Parc-